Liliana Felipe se fâche avec l'église - Si Diosito

Publié le 29 Mars 2018

Et comme elle, je pense que séparer Dieu des conventions humaines serait la chose la plus saine qui puisse arriver dans ce monde.

Si diosito hubiera querido que no me masturbara, o masturbarse,
Me hubiera puesto el sexo más abajo,
O las manos más arriba,

O las chichis en la espalda,
O mi cuerpo en batería.
Cada cosa que ves, son dos cosas o tres.
Cada cosa que ves, tiene su derecho y tiene su revés.
Si diosito hubiera querido que no razonara, o razonase, me hubiera puesto un hueco en el cerebro,
O los pelos para adentro
O las nalgas en la frente,
O los pies en la cabeza.
Cada cosa que ves, son dos cosas o tres.
Cada cosa que ves, tiene su derecho y tiene su revés.
Si diosito hubiera querido que no blasfemara, o blasfemase,
Me hubiera demostrado su existencia,
O me hubiera hecho de piedra,
O con pelos en la lengua,
O sin hoyo en el ombligo.
Cada cosa que ves, son dos cosas o tres.
Cada cosa que ves, tiene su derecho y tiene su revés.

Liliana Felipe, l'une des plus grandes chanteuses et compositrices d'Amérique latine, est née en Argentine dans les années 1950. Elle a quitté pour le Mexique juste avant le déclenchement de la « sale guerre » (1976), mais sa sœur et son beau-frère étaient tous deux « disparus » - victimes de la politique criminelle de la dictature militaire. La musique de Liliana a de nombreux adeptes en Amérique latine. Elle continue d'être une présence puissante en Argentine, travaillant avec des organisations de droits de l'homme - en particulier H.I.J.O.S. (L'organisation des enfants de disparus).

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Liliana Felipe, #Religion

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article