Angelo Soliman: les corps profanés et le spectre du racisme scientifique des Lumières

Publié le 24 Novembre 2020

Reçu dans la haute société, admis dans la franc-maçonnerie viennoise, Angelo Soliman croisa Marie-Antoinette et devint l’ami de son frère, le roi Joseph II. À sa mort, les naturalistes viennois, gagnés par les théories racistes, l’empaillèrent et l’exposèrent dans une vitrine.

Se trata de este africano que, en Viena, en el siglo XVIII, se convirtió en una figura importante de la aristocracia ... antes de ser, a su muerte, disecado y "guardado" en un museo junto a fieras. En la inauguración el 28 de septiembre, Philippe Blom destacó las paradojas de la sociedad europea, tanto abierta como exclusiva, tanto en la época de la Ilustración naciente como en la actualidad. Soliman nació en África Occidental, fue traído como esclavo a Europa por las actuales Libia e Italia ... como lo son hoy los trabajadores que son víctimas de la esclavitud moderna. La única salida, para Solimán, era la asimilación total, que ahora se exige a muchos migrantes en el llamado país "anfitrión".

Pour tous les Soliman d’aujourd’hui !

Angelo Soliman (né vers 1721, dans le nord-est du Nigeria, mort le 21 novembre 1796 à Vienne) était un esclave, valet et précepteur dans la maison des princes  du Liechtenstein ; Il était également devenu une personnalité éminente de la société viennoise de son temps et un franc-maçon. Ni sa position sociale ni son appartenance aux francs-maçons ne pouvaient empêcher son exploitation posthume, conduisant à son statut ultime de "maure momifié". Le racisme scientifique des Lumières européennes et du colonialisme, fondements du racisme moderne.

Soliman était issu probablement du peuple Kanuri. Son nom d'origine, Mmadi Make, est lié à la région de Sokoto, au nord-ouest de l'actuel Nigéria.

Il a été fait prisonnier dans son enfance après la défaite de sa tribu dans un conflit armé, vendu comme esclave et transféré à Marseille. À l'âge de dix ans, il rejoint le service d'une marquise de Messine qui supervise son éducation.

Il a été baptisé le 11 septembre, date qu'il a choisie comme anniversaire par la suite, et il a adopté le nom d'Angelo par affection pour une servante de la maison, nommée Angelina.

Après plusieurs demandes, il a été présenté comme un cadeau au prince Johann Georg Christian de Lobkowitz, gouverneur impérial de Sicile, qui en a fait un soldat et son valet de chambre. Angelo Soliman a accompagné Lobkowitz dans ses voyages et ses campagnes militaires en Europe et à une occasion lui a sauvé la vie, une circonstance qui lui permettrait d'améliorer sa position sociale.

En 1755, le prince mourut et le légua à Joseph Wenceslas du Liechtenstein, dont la maison viennoise Soliman devint le principal serviteur. Plus tard, il sera tuteur de l'héritier, le futur Louis Ier du Liechtenstein.

Sans que le prince le sache, car il refuse le mariage à ses valets, Soliman épouse le 6 février 1768 Magdalena von Kellermann, veuve Christiani. Lorsque Joseph Wenceslas du Liechtenstein l'apprend par une indiscrétion de Joseph II, il le licencie sur-le-champ.

Franc-maçon, Angelo Soliman meurt en 1796 : alors que ses viscères sont enterrés, sa peau est utilisée pour fabriquer un mannequin d’« homme sauvage », paré de plumes et de coquillages, qui sera exposé dans un cabinet de curiosités de Vienne jusqu'en 1806. Le mannequin finira brûlé durant l'insurrection viennoise d'octobre 1848.

Le cas d'Angelo Soliman - un homme noir élevé dans les cours royales de Vienne du XVIIIe siècle qui semblait de son vivant avoir atteint un statut social significatif et une acceptation dans la société bourgeoise, est discuté dans le contexte des théories de la course des Lumières au cœur d'un nouveau «racisme scientifique».

Son petit-fils était l'écrivain autrichien Eduard von Feuchtersleben (né en 1798 à Cracovie, mort en 1857 à Bad Aussee).

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Siècle des lumières, pas si éclairé que cela...
Bonne soirée
@mitiés
Répondre