Sommet virtuel des dirigeants du G20 - Mexique

Publié le 22 Novembre 2020

Le président mexicain AMLO participe au Sommet virtuel des dirigeants du G20; appelle à garantir le droit à la santé et à donner la priorité aux soins des plus pauvres. Le rôle du G20 est d’empêcher que la situation économique et par conséquent la situation sociale, ne s’aggravent davantage à cause de la pandémie.

Un sommet virtuel des dirigeants a été organisé par la présidence saoudienne du G20 en 2020, en remplacement de la réunion physique qui devait initialement avoir lieu à Riyad.

Le G20 est un groupe composé de dix-neuf pays et de l’Union européenne. L’Asie est le continent le mieux représenté avec sept pays, l’Arabie saoudite, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Japon, la Turquie et la Corée du Sud. Le Vieux Continent est représenté en plus de l’UE par la France, l’Allemagne, le Royaume Uni, l’Italie et la Russie. L’Amérique du Nord, par les Etats-Unis, le Canada et le Mexique, l’Amérique du Sud par l’Argentine et le Brésil, l’Océanie par l’Australie, l’Afrique du Sud. Le sommet du G20 en sa quinzième édition qui se tient à Ryad en Arabie saoudite se déroule ce weekend sous un format virtuel.

Le droit humain à la santé, la prévention des maladies chroniques, l'intégration de la famille, la confiance dans la société et le sauvetage économique des secteurs défavorisés sont les leçons que les crises sanitaire et économique ont laissées au Mexique et à son gouvernement, a déclaré le Président Andrés Manuel López Obrador.

Lors de sa participation au Sommet virtuel des dirigeants du G20, le président AMLO a réitéré l'importance de garantir l'accès mondial de la population aux soins médicaux, aux vaccins et aux médicaments à but non lucratif, comme proposé dans la résolution du Mexique approuvée par l'ONU pour 179 pays.

Dans la salle Daniel Cabrera du Palais national, il a indiqué que la reprise économique doit partir des plus pauvres sans concentrer les actions gouvernementales uniquement sur l'allocation de fonds publics aux entreprises ou institutions financières en faillite; ne pas convertir les dettes privées en dette publique; éviter l'endettement »et encore moins si c'est au profit de quelques-uns et au détriment de la souffrance de beaucoup et des nouvelles générations.

Il a déclaré que la liberté doit être garantie au-dessus de toute mesure autoritaire telle qu'un confinement excessif ou un couvre-feu. Rien par la force, tout par la conviction et la raison, remarqua-t-il.

Il a déclaré que l'État doit promouvoir la pratique de l'exercice et une alimentation saine pour prévenir d'autres épidémies de maladies chroniques telles que l'hypertension, le diabète et l'obésité.

"Mieux vaut prévenir que guérir. D'où l'importance d'éviter les produits avec un excès de sel, de sucres, de graisses et de produits chimiques'', a-t-il souligné.

Le directeur général a déclaré que pour contrôler l'épidémie de COVID-19, le gouvernement qu'il dirige continuera à s'appuyer sur le sens de la responsabilité partagée du peuple.

Dans le même temps, il a appelé à considérer la famille comme la principale institution de sécurité sociale, à éviter sa désintégration et à ne pas abandonner les personnes âgées.

Le président était accompagné dans la rencontre avec les dirigeants, les secrétaires des relations extérieures, Marcelo Ebrard Casaubon; d'économie, Graciela Márquez Colín; des finances et du crédit public, Arturo Herrera Gutiérrez; de la santé, Jorge Alcocer Varela et le sous-secrétaire à la prévention et à la promotion de la santé, Hugo López-Gatell Ramírez.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Une bonne position du président Amlo.
Bonne soirée
@mitiés
Répondre