Beur FM

Publié le 14 Janvier 2008

46881_426484941905_599451905_5365223_1142558_n.jpg

Beur FM est une radio radio locale privée généraliste qui a une vocation d'être une radio pour la communauté maghrébine de France. Diffusée en français par choix, cette radio est devenue un porte parole de la beurgeoisie et une représentante de la laïcité, niant avec hardiesse toute forme de communautarisme et culture de l'Islam. Elle est également diffusée au Maghreb à grands coûts de publicité via le satellite, mais enregistre là bas, un très faible taux d'écoute. La chaîne perd sa spécificité en s’ouvre de plus en plus à une world music  assez disparate, c'est à dire une musique commerciale sans grand raffinement. 

Historique

Son fondateur, Nacer Kettane, (né en 1953 dans un village de Béjaïa en Kabylie en Algérie) est avant tout un homme d'affaire français d'origine algérienne. Il est médecin de formation, il fonde le journal Sans Frontière et Radio Beur, participe à la création de France Plus. En 1989, Kettane monte une radio associative devient Beur FM à Marseille, puis, Grenoble, Aix, Saint-Étienne, Toulouse, Nîmes, Paris en 1992 et Rouen. Cet ancien membre du Haut Conseil à l’intégration, aurait crée cette chaîne de radio dans l'objectif de permettre aux journalistes d’origine maghrébine d’exercer leur profession et de répondre aux attentes des Maghrébins vivant en France. Le 1er avril 2003, il lance également Beur TV.

 

Une chaîne qui subit une médiatisation et une mondialisation sous-culturelle, une programmation catastrophique...fort critiquée !

Une place est donnée à l'information en provenance des pays méditerranéens, mais avec peu de développement. Les auditeurs, n'attendent plus les flash d'information. La musique maghrébine représente plus de 50 % du programme musical, mais son point faible est une programmation souvent décriée comme désastreuse par le milieu artistique qui réduit la programmation à du DJeing qui privilégie les artistes des compilations plutôt que ceux qui ont écrit l'histoire de la musique dans leur pays ou dans la ghorba. L'histoire de ces musiques est présentée comme une caricature des styles locaux, le raï et le rap se mélangent sans réelle réflexion dans la fusion des genres musicaux, oubliant nombreux artistes qui participent à l'essor culturel, mais n'entrant pas dans le crénaux DJ, rap et raï. Cette programmation est souvent décriée comme un échec. Elle l'est pour une grosse partie assurée par Mehdi Azir


Beur FM a bien changé!  Regrette une personne sur le propre forum de discussion de la chaîne, Fini l'époque où l'on entendait les nouveaux talents kabyles ou arabes et où des émissions spéciales permettaient aux auditeurs de connaitre la culture de leur pays. Ils ont choisit l'option commerciale et parfois on se croirait sur NRJ ou Fun car la programmation n'a plus grand chose à voir avec Beur. Dommage ! Chaque radio a sa place et Beur FM doit son succès justement à tous ceux de la communauté maghrébine qui appréciait une radio rien que pour eux
[1] s'exlame une auditrice, et rajoutant Sa mission devrait revenir comme par le passé à promouvoir ceux qui ne passent pas sur NRJ ou Fun pour permettre au public d'apprécier autre chose que Puff Daddy ou Beyonce qui ont déjà suffisamment de diffusion sur les autres émetteurs. La station reste peu proche des préoccupations des immigrés de France, me confie une autre personne. Des commentaires à profusion sur la toile décrient le manque de crédibilité de la chaîne commerciale[2] qui axe ses magazines sur une certaine France plurielle et laïque et qui reçoit indifféremment l’intellectuel Alain Finkielkraut que l’humoriste Dieudonné, Jospin, Pasqua, voire même la frontiste Marine Le Pen ou le porte-parole du Syndicat des officiers de police.[3]  La chaine s'accomode du gouvernement Sarkozyste décrie une autre personne dans un autre forum de discussion.

 

Beur FM et sa sous-représentation kabyle
On peut affirmer avec certitude que si les Kabyles constituent 30% des individus d’origine nord-africaine en France, ils sont en droit d’exiger de Beur FM, une station de radio prétendant représenter les nord-africains de France, un temps d’antenne proportionnel à leur poids démographique[4].

Décidément, rien ne va plus à Beur FM. La radio communautaire dirigée par Nacer Kettane vient de déposer une demande de changement de nom auprès du CSA (le Conseil supérieur de l’audiovisuel). Le président-directeur général de Beur FM voudrait appeler son média Dix Radio. Selon les responsables de cette chaine communautaire, le terme Beur est devenu obsolète et sans rapport avec le public de la station. Dans une interview à Télérama, Ahmed El Keiy, rédacteur en chef de la station, explique que «les programmes de la radio ont déjà largement dépassé le cadre du mot beur». «Il y avait une contradiction entre le nom de la radio et son contenu (...) Un nom de radio plus neutre nous autorisera les déclinaisons (...) Plus le nom sera neutre, plus on va oublier et mieux on va se concentrer sur le contenu». Beur FM entend «donner la parole à plus de monde possible» et diffuser de la musique aussi bien française que orientale. Mais en réalité, la radio a des difficultés financières et son auditoire, composé essentiellement de la communauté arabe, a permuté vers Radio Orient qui attire de plus en plus d’auditeurs maghrébins. Mauvaise programmation, pas assez de publicité, et surtout pas de vedettes au micro, Beur FM qui était le fleuron de la radio arabe et maghrébine, a chuté à cause de sa volonté de créer une chaîne de télévision. En voulant imiter le lancement de certaines chaînes de télévisions au début des années 2000 et plus particulièrement Berbère TV, le responsable de Beur TV a épuisé la dernière carte médiatique et celle qui faisait vivre tous les salariés de la radio et de la chaîne. Contrairement à certaines radios, Beur FM qui a démarré par un idéal, la lutte contre le racisme, l’identité maghrébine et la culture berbère et musulmane, va engager un grand virage dans son parcours audiovisuel, mais ne bénéficie d’aucune aide étatique. Ce qui n’a pas donné l’occasion à son responsable Nacer Kettane, de trouver des opportunités pour trouver des programmes de qualité. Avec ce changement de nom, il va essayer de récupérer ce qui reste des auditeurs arabes et maghrébins, mais aussi de trouver des auditeurs qui sont ni dans ce champ ni dans l’autre. Autre question qui se pose: «Nacer Kettane va-t-il se débarrasser de Beur TV, qui lui bouffe tout son budget? Va-t-il se consacrer entièrement à sa radio qui a fait de lui le plus important manager maghrébin dans le domaine?» On le saura après la réponse du CSA, qui sera, à coup sûr un tournant dans le parcours de cette radio communautaire qui avait les beaux jours des Maghrébins.

Amira SOLTANE

 

 

 37131 1712911743523 1260032251 31930243 1844440 n

Notes et références de l'article
  1. Forum de Beur FM
  2. Beur FM, pourquoi personne n'ose la critiquer ?
  3. Beur FM : pas seulement pour les « beurs » Propos recueillis par Nadia Boudaoud
  4. Beur FM et les Kabyles, la vérité par les chiffres, Les Kabyles sous-représentés à la radio ? Pour KabyleS.com - Rédaction Paris

Liens internet



Récupérée de « http://www.wikimusique.net/index.php/Beur_FM »

Rédigé par Mario Scolas

Publié dans #Médias de diffusion - institutions et événements

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

no-name 26/05/2008 19:37

Bonjour,

A toute les critique formulées, une seule réponse : l'audience. La radio que nous faisons est de plus en plus encoutée, donc elle plait à de plus en plus de monde. Et finalement, c'est tout ce qui compte. Même si ça rend certaines personnes aigries, nous, on avance !

Bonne soirée !

Mario Scolas 26/05/2008 21:15


Je me réjouis du progrès commercial de la chaîne correspondant à des critères commerciaux,  diffusion par satéllites, diffusion via le web qui accroit l'audiométrie !

D'autre part j'ai les derniers chiffres

 


*Mediamétrie - 126000 Radio IDF - Septembre Décembre
2007


 


Sur cette période une autre chaîne Radio
Orient confirme également son
leadership selon les résultats publiés par
Médiamétrie.


Ainsi les conclusions selon les mêmes sources Radio Orient devance ainsi l'ensemble des radios thématiques communautaires
et  enregistre également une augmentation significative de sa durée d'écoute par auditeur
(88 minutes)

La 1ère
 radio communautaire est le fruit d'une programmation généraliste en français et en arabe en évitant le fourre tout et en travaillant un travail de fond
depuis 1982  lors de sa création  pour le rapprochement entre les différentes communautés de France.

La programmation musicale correspond réellement à une programmation qui tient compte des goûts des audideurs et nom à une confrérie de potes...près à  diffuser avec insistance les mêmes
morceaux sur une même plage d'horaire. La chaîne ne respecte plus ceux qui ont fait la musique algérienne, l'ont développé au cours des siècles. On ne cite même plus les références au nom du pognon
(ces artistes n'en n'ont jamais fait de leur vivant et ont été soutenu par des associations musicales peu rétribuées. Je ne pense pas avoir entendu un seul communiqué de presse sur la mort de Sami
al Maghribi, Lili Boniche ou plus récemment avoir annoncé tout simplement la mort de la diva Choubeila Rached et d'avoir passé un seul de ses titres sur antenne. ¨Par contre des overdose du
Tunisiano, et autres artistes de la même clique  et sans modération....

J'accuse certainement Beur FM d'appauvrir la diffusion culturelle musicale au nom du commerce, on ne devient pas aigri si on a les possibilités satélitaires actuels.

Des musiciens sont bien passé sous silence radio après avoir demandé de passer des titres de leur répertoire sur antenne. Bien que présents en France, Algérie, Maroc, Tunisie, ils n'ont eu que peu
d'écho à leur demandes multiples.

C'est au nom de ces derniers que j'ai révélé leurs réalités face à Beur FM qui a la possibilité de prendre la balle au bond.

Personne avance, personne ne recule il n'y a pas que Beur FM et le concept Beur FM peut encore évoluer.


 
 radio communautaire est le fruit d'une programmation généraliste en français et en arabe en évitant le fourre tout et en travaillant un travail de fond
depuis 1982  lors de sa création  pour le rapprochement entre les différentes communautés de France.

La programmation musicale correspond réellement à une programmation qui tient compte des goûts des audideurs et nom à une confrérie de potes...près à  diffuser avec insistance les mêmes
morceaux sur une même plage d'horaire. La chaîne ne respecte plus ceux qui ont fait la musique algérienne, l'ont développé au cours des siècles. On ne cite même plus les références au nom du pognon
(ces artistes n'en n'ont jamais fait de leur vivant et ont été soutenu par des associations musicales peu rétribuées. Je ne pense pas avoir entendu un seul communiqué de presse sur la mort de Sami
al Maghribi, Lili Boniche ou plus récemment avoir annoncé tout simplement la mort de la diva Choubeila Rached et d'avoir passé un seul de ses titres sur antenne. ¨Par contre des overdose du
Tunisiano, et autres artistes de la même clique  et sans modération....

J'accuse certainement Beur FM d'appauvrir la diffusion culturelle musicale au nom du commerce, on ne devient pas aigri si on a les possibilités satélitaires actuels.

Des musiciens sont bien passé sous silence radio après avoir demandé de passer des titres de leur répertoire sur antenne. Bien que présents en France, Algérie, Maroc, Tunisie, ils n'ont eu que peu
d'écho à leur demandes multiples.

C'est au nom de ces derniers que j'ai révélé leurs réalités face à Beur FM qui a la possibilité de prendre la balle au bond.

Personne avance, personne ne recule il n'y a pas que Beur FM et le concept Beur FM peut encore évoluer.


 radio communautaire est le fruit d'une programmation généraliste en français et en
arabe en évitant le fourre tout et en travaillant un travail de fond depuis 1982  lors de sa création  pour le rapprochement entre les différentes communautés de France.

La programmation musicale correspond réellement à une programmation qui tient compte des goûts des audideurs et nom à une confrérie de potes...près à  diffuser avec insistance les mêmes
morceaux sur une même plage d'horaire. La chaîne ne respecte plus ceux qui ont fait la musique algérienne, l'ont développé au cours des siècles. On ne cite même plus les références au nom du
pognon (ces artistes n'en n'ont jamais fait de leur vivant et ont été soutenu par des associations musicales peu rétribuées. Je ne pense pas avoir entendu un seul communiqué de presse sur la mort
de Sami al Maghribi, Lili Boniche ou plus récemment avoir annoncé tout simplement la mort de la diva Choubeila Rached et d'avoir passé un seul de ses titres sur antenne. ¨Par contre des
overdose du Tunisiano, et autres artistes de la même clique  et sans modération....

J'accuse certainement Beur FM d'appauvrir la diffusion culturelle musicale au nom du commerce, on ne devient pas aigri si on a les possibilités satélitaires actuels.

Des musiciens sont bien passé sous silence radio après avoir demandé de passer des titres de leur répertoire sur antenne. Bien que présents en France, Algérie, Maroc, Tunisie, ils n'ont eu que
peu d'écho à leur demandes multiples.

C'est au nom de ces derniers que j'ai révélé leurs réalités face à Beur FM qui a la possibilité de prendre la balle au bond.

Personne avance, personne ne recule il n'y a pas que Beur FM et le concept Beur FM peut encore évoluer.



 


 








akim 17/05/2008 23:22

Il est bizarre que vous critiqiez cette radio qui a doublé son audience depuis qu'elle a changée son format musical avec le nouveau directeur des programmes qui s'appelle Mezhoud Nourredine(d'origine kabyle) et Mehdi suit la ligne de son directeur .C'est une radio commerciale et son seul but c'est de faire de l'audience faut il le leur repprocher?

Mario Scolas 17/05/2008 23:34



Bonsoir,

Franchement, Beur FM pourrait faire de l'audience avec des responsables compétents. Les critiques par rapport à la qualité de la programmation  sont très
répandues.  L'expansion de la chaîne ne sont que d'autres aspects stratégiques de promotion.


(...) Il n’y a que pour la radio qu’on dit que tout est radio… Comme si le simple fait de programmer une émission, c'était faire de la radio . Je ne le pense pas. En littérature, il
va de soi que tout ce qui est écrit n’est pas de la littérature. En peinture aussi : tout ce qui est peint n’est pas de la peinture. Il y a un point commun entre Rika Zaraï et Marcel Proust:
tous les deux ont fait des livres que l'on peut trouver sur les rayonnages des librairies. Mais un seul a fait de la littérature. Il y a un point commun entre Picasso et un peintre de la place du
Tertre, mais un seul fait de la peinture.




jean luc 14/01/2008 22:59

il est vrai que j'ai ecouter tout un temps beur fm meme si je ne comprenais pas l'arabe j'ecoutais cette radio puisque une bonne partie etais aussi en francais j'aimais beaucoup les musiques que l'on passait la avant mais au fil du temps sa a vraiment trop changer a mon gout , je ne vois plus l'interet de brancher beur fm on entends sur leurs ondes les meme titres que sur les grandes onhdes donc !! a quand de nouveau un programme plus "beur" il y a tant d'artiste memorable dans la musique arabe !! si par contre quelqu'un a une bonne radio libre arabe a me renseigner je suis preneur merci !!