Joe Dassin - "Salut les amoureux" - (On s'est aimé comme on se quitte)

Publié le 3 Août 2011

Le vrai titre de cette chanson est City of New Orleans. Ecrite en 1971 par Steve Goodman et ajouté par Arlo Guthire à son répertoire en 1972 puis reprise par Johnny Cash, Willie Nelson et d'autres. La version de Joe Dassin est une adaptation assez réussie d'ailleurs et dans le ton de l'époque ou se pratiquait beaucoup en France la reprise en français de textes US (exemple: le pénitencier vs rising sun blues ou les nombreuses adaptations d'Hugues Auffray).

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
<br /> Les matins se suivent et se ressemblent<br /> Quand l'amour fait place au quotidien<br /> On n'était pas faits pour vivre ensemble<br /> Ça n'suffit pas toujours de s'aimer bien<br /> C'est drôle, hier on s'ennuyait<br /> Et c'est à peine si l'on trouvait<br /> Des mots pour se parler du mauvais temps<br /> Et maintenant qu'il faut partir<br /> On a cent mille choses à dire<br /> Qui tiennent trop à coeur pour si peu de temps<br /> <br /> On s'est aimés comme on se quitte<br /> Tout simplement sans penser à demain<br /> À demain qui vient toujours un peu trop vite<br /> Aux adieux qui quelque fois se passent un peu trop bien<br /> <br /> On fait c'qu'il faut, on tient nos rôles<br /> On se regarde, on rit, on crâne un peu<br /> On a toujours oublié quelque chose<br /> C'est pas facile de se dire adieu<br /> Et l'on sait trop bien que tôt ou tard<br /> Demain peut-être ou même ce soir<br /> On va se dire que tout n'est pas perdu<br /> De ce roman inachevé on va se faire un conte de fées<br /> Mais on a passé l'âge, on n'y croirait plus<br /> <br /> On s'est aimés comme on se quitte<br /> Tout simplement sans penser à demain<br /> À demain qui vient toujours un peu trop vite<br /> Aux adieux qui quelque fois se passent un peu trop bien<br /> <br /> Roméo, Juliette et tous les autres<br /> Au fond de vos bouquins dormez en paix<br /> Une simple histoire comme la nôtre<br /> Est de celles qu'on n'écrira jamais<br /> Allons petite il faut partir<br /> Laisser ici nos souvenirs<br /> On va descendre ensemble si tu veux<br /> Et quand elle va nous voir passer<br /> La patronne du café<br /> Va encore nous dire "Salut les amoureux!"<br /> <br /> On s'est aimés comme on se quitte<br /> Tout simplement sans penser à demain<br /> À demain qui vient toujours un peu trop vite<br /> Aux adieux qui quelque fois se passent un peu trop bien<br /> <br /> <br />
Répondre