Publié le 22 Mars 2020

Moi j’étais de ceux
Qu’on ne remarque pas
Ou alors juste un peu
Mais ça ne durait pas

Vous devez vous souvenir
Ce garçon dans son coin
Qui n’avait rien à dire
Et qui ne disait rien

J’étais trop petit
Ou vous étiez trop grands
J’étais trop gentil
Et vous étiez méchants

J’avais la voix fragile
Et les yeux un peu pâles
Si souvent malhabiles
Vous pouviez me faire mal

Parfois vous vous moquiez
De moi de mes manières
Et vous me bousculiez
Je préférais me taire

Alors je restais seul
A vous regarder grandir
Et je passais les heures
A rêver de m’enfuir

Il est venu quelqu’un
Que je n’attendais pas
Qui m’a tendu la main
Qui m’a offert sa voix

C’était un étranger
Un type d’une autre ville
Il vous a inquiétés
Avec sa drôle de mine

Il est venu vers moi
Comme on abat un mur
Un pas vers le paria
Un saut dans l’aventure

Moi je lui ai souri
Moi je n’avais plus peur
Lui il vous a maudit
Lui il vous a fait peur

Il est parti un matin
Comme il était venu
Il m’a serré la main
On ne l’a pas revu

Et moi je me souviens
De ce qu’il m’a appris
C’était peu c’était bien
ça s’appelait la vie

Moi j’étais de ceux
Qu’on ne remarque pas
Ou alors juste un peu
Et il a été là

Si je chante aujourd’hui
C’est pour le remercier
Et c’est pour conserver
UN SOUVENIR DE LUI

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Un souvenir de lui, #Allan Vermeer, #Chanson française, #2005, #Philippe Besson

Repost0

Publié le 22 Mars 2020

Madureira est un quartier populaire de Rio de Janeiro au Brésil, situé dans la zone nord, tout près de Taquará, dans l'arrondissement de Jacarepaguá. Si populaire qu’il est aussi, chaque année, le poumon du Carnaval

"La Rua Madureira" une chanson longtemps oubliée

Non, je n'oublierai jamais la baie de Rio
La couleur du ciel le long du Corcovado
La Rua Madureira, la rue que tu habitais
Je n'oublierai pas pourtant je n'y suis jamais allé
Non, je n'oublierai jamais ce jour de juillet
Où je t'ai connue, où nous avons dû nous séparer
Pour si peu de temps, et nous avons marché sous la pluie
Je parlais d'amour, et toi tu parlais de ton pays
Non, je n'oublierai pas la douceur de ton corps
Dans le taxi qui nous conduisait à l'aéroport
Tu t'es retournée pour me sourire avant de monter
Dans une Caravelle qui n'est jamais arrivée
Non, je n'oublierai jamais le jour où j'ai lu
Ton nom mal écrit parmi tant d'autres noms inconnus
Sur la première page d'un journal brésilien
J'essayais de lire et je n'y comprenais rien
Non, je n'oublierai pas la douceur de ton corps
Dans le taxi qui nous conduisait à l'aéroport
Tu t'es retournée pour me sourire avant de monter
Dans une Caravelle qui n'est jamais arrivée
Non, je n'oublierai jamais la baie de Rio
La couleur du ciel le long du Corcovado
La Rua Madureira, la rue que tu habillais
Je n'oublierai pas pourtant je n'y suis jamais allé
Je n'oublierai pas pourtant je n'y suis jamais allé
Je n'oublierai pas pourtant je n'y suis jamais allé

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #La rua Madureira, #Nino Ferrer, #Allan Vermeer, #Chanson française, #Samba, #2020

Repost0

Publié le 22 Mars 2020

J'aime la vie quand elle rime à quelque chose
J'aime les épines quand elles riment avec la rose
J'aimerais même la mort si j'en sais la cause

Rimes ou prose

J'aime ma chanson quand elle rime avec ta bouche
Comme les ponts de Paris avec bateau-mouche
Et la perle des pleurs avec l'oeil des biches

Rimes tristes

J'aime les manèges quand ils riment avec la neige
J'aime les nains qui riment avec Blanche-Neige
Rimons rimons tous les deux
Rimons rimons si tu veux
Même si c'est pas des rimes riches
Arrimons-nous on s'en fiche

J'aime les manèges quand ils riment avec la neige
J'aime les nains qui riment avec Blanche-Neige
Rimons rimons tous les deux
Rimons rimons si tu veux
Même si c'est pas des rimes riches
Arrimons-nous on s'en fiche

J'aime la vie quand elle rime à quelque chose
J'aime les épines quand elles riment avec la rose
J'aimerais même la mort si j'en sais la cause

Rimes ou prose

J'aime ma chanson quand elle rime avec ta bouche
Comme les ponts de Paris avec bateau-mouche
Et la perle des pleurs avec l’œil des biches

Rimes tristes

J'aime les manèges quand ils riment avec la neige
J'aime les nains qui riment avec Blanche-Neige
Rimons rimons tous les deux
Rimons rimons si tu veux
Même si c'est pas des rimes riches
Arrimons-nous on s'en fiche

J'aime la vie quand elle rime à quelque chose
J'aime les épines quand elles riment avec la rose
Rimons rimons belle dame
Rimons rimons jusqu'à l'âme
Et que ma poésie
Rime à ta peau aussi...

 

Amo la vida cuando rima con algo
Amo las espinas cuando riman con la rosa
Incluso me gustaría la muerte si supiera la causa

Rimas o prosa

Me gusta mi canción cuando rima con tu boca
Como los puentes de París con un bote
Y la perla de las lágrimas con el ojo de las hinds

Rimas tristes

Me gustan los paseos cuando riman con la nieve
Amo a los enanos que riman con Blancanieves
Rimemos los dos
Rimemos si quieres
Incluso si no son rimas ricas
Vamos a atarlo, no nos importa

Me gustan los paseos cuando riman con la nieve
Amo a los enanos que riman con Blancanieves
Rimemos los dos
Rimemos si quieres
Incluso si no son rimas ricas
Vamos a atarlo, no nos importa

Amo la vida cuando rima con algo
Amo las espinas cuando riman con la rosa
Incluso me gustaría la muerte si supiera la causa

Rimas o prosa

Me gusta mi canción cuando rima con tu boca
Como los puentes de París con un bote
Y la perla de las lágrimas con el ojo de las hinds

Rimas tristes

Me gustan los paseos cuando riman con la nieve
Amo a los enanos que riman con Blancanieves
Rimemos los dos
Rimemos si quieres
Incluso si no son rimas ricas
Vamos a atarlo, no nos importa

Amo la vida cuando rima con algo
Amo las espinas cuando riman con la rosa
Rimons rhimons bella dama
Rimemos al alma
Y que mi poesia
Rima a tu piel también ...

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Rimes, #Allan Vermeer, #Romano Aldo, #Claude Nougaro

Repost0