Publié le 30 Novembre 2017

La chanson a été écrite et produite conjointement par Lila Downs, Paul Cohen, Aneiro Taño et Celso Duarte, pour interpréter ce thème sur la base des collaborations de Totó la Momposina et de Celso Piña. 

Les paroles de la chanson parlent de Downs et de son admiration pour Zapata. La chanson a quelques allusions à la révolution mexicaine, y compris une référence à la "Religion", que Downs a choisi comme l'une de ses influences pour cette chanson. "Zapata se Queda" est considéré comme une chanson de musique du monde avec de fortes influences de la musique rock et pop et de cumbia.

Analyse musicale

 «Zapata de Queda» intègre la mélodie de la pièce d'accordéon chromatique par le musicien mexicain Celso Piña, un fragment avec lequel il commence, tandis que Lila Downs dit: «Ay, ay, ay, ay, cuando sueño contigo, se dibuja el sereno, por todo mi camino/Ay, ay, ay, ay, cuando sueño contigo, no hay ni miedo ni duda, sobre mi destino» - alors, la chanson change radicalement à un cri, et Downs fait allusion à un saint et aux interprètes qui l'accompagnent où elle mentionne ; «Epa, mi señor del rayo. Pa´Zapata. Goza, Goza. De Sur a Norte y del Norte al Sur. Celso Piña y Totó la Momposina.». À la fin de la chanson, Lila Downs dit au revoir avec une autre proclamation ; —«Si no bailas no gozas. Si no gozas no comes. Ay, ay»—

 

La vidéo musicale de la chanson a été réalisée par l'acteur et cinéaste argentin Gustavo Garzón et créée le 7 juin 2012, dont le contenu visuel a été inspiré par "le mythe de la mort de Zapata", a été reçu avec des critiques mitigées, soulignant la majorité le concept et sa "nature religieuse et sombre". Dans celui-ci, Downs apparaît en chantant avec un groupe de "personnages historiques" dans l'atrium de l'église de San Juan Bautista de Tlayacapan, Morelos.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 30 Novembre 2017

Angélica María Vale Hartman (née le 11 novembre 1975 à Mexico) est une actrice et chanteuse mexicaine. Angelica est la fille de l'actrice et chanteuse américano-mexicaine Angélica María et de l'acteur vénézuélien Raúl Vale.

C'est la légende mexicaine la plus connue, au point que des descendants d'immigrants aux États-Unis d'Amérique et au Canada assurent avoir vu la Llorona au bord des rivières.

Il existe plusieurs versions de cette légende, mais la plus populaire raconte que, au milieu du XVIe siècle, les habitants de Mexico prenaient l'habitude de se réfugier dans leurs foyers à l'heure du couvre-feu. Les survivants de l'ancienne Tenochtitlán en particulier fermaient portes et fenêtres, et toutes les nuits certains se réveillaient au son des pleurs d'une femme qui déambulait dans les rues.

Ceux qui s'enquirent de la cause des pleurs durant les nuits de pleine lune dirent que la lumière leur permettait de voir que les rues se remplissaient d'un brouillard épais au ras du sol. Ils voyaient aussi une personne semblable à une femme, vêtue de blanc et le visage recouvert d'un voile, parcourant les rues à pas lents dans toutes les directions de la ville. Mais elle s'arrêtait toujours sur la grand place (Zócalo) pour s'agenouiller et lever son visage vers l'est, puis elle se levait et reprenait sa route. Arrivée sur la rive du lac de Texcoco, elle disparaissait. Peu se risquèrent à s'approcher de la manifestation fantômatique : mais ils apprenaient des révélations effrayantes, ou mouraient.

On sait des autres versions que :

1. La version originale de la légende est d'origine autochtone mexicaine Cette mystérieuse femme serait la déesse Cihuacóatl, vêtue comme une dame de cour précolombienne, qui criait lors de la Conquête du Mexique : "Oh, mes enfants ! Où pourrais-je vous emporter pour ne pas tous vous perdre ?" en annonce de terribles événements.
2. Une version indique que la Llorona est l'âme de La Malinche, punie pour avoir trahi les Mexicains durant la Conquête.
3. Une autre version relate la tragédie d'une femme riche et cupide, qui perdit ses richesses à son veuvage. Ne supportant pas la misère, elle noya ses enfants et mourut, mais revint de l'au-delà pour payer ses crimes.
4. Une autre version encore raconte que c'était une jeune fille amoureuse morte la veille de ses noces, et qui apportait à son fiancé la couronne de roses qu'elle n'avait pas pu porter.
5. Pour d'autres, il s'agissait d'une épouse morte en absence de son mari, revenant pour lui donner un baiser d'adieu.
6. Une dernière version assure que cette femme fut assassinée par son mari jaloux et réapparaissait pour déplorer sa mort et protester de son innocence.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 30 Novembre 2017

Coco est un film d'animation américain en images de synthèse réalisé par Lee Unkrich, sorti en 2017. Miguel, un mexicain de 12 ans vivant avec sa famille dans une zone rurale du Mexique, résout un mystère générationnel lié à sa famille en déclenchant une série d'événements qui donnera lieu à une réunion de famille, entre défunts et vivants. L'action se déroule lors du traditionnel Jour des morts.

Dans la petite ville de Santa Cecilia vit Miguel, un garçon de 12 ans qui rêve d'être musicien comme son célèbre idole Ernesto de la Cruz, un auteur-compositeur-interprète et acteur de cinéma populaire qui est mort écrasé par une cloche dans une présentation Live Cependant, la famille de Miguel a une restriction longue et stricte à la musique qui remonte à plusieurs générations dans le passé lorsque l'arrière-arrière-grand-mère de Miguel a été abandonnée par un musicien qui a décidé de quitter sa famille pour suivre ses rêves. Pour cette raison, la famille de Miguel, Los Rivera, déteste tout ce qui touche à la musique,

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Cinéma, #Coco (film, 2017), #2017

Repost0