Publié le 29 Novembre 2022

« Ce n’est pas tout le peuple belge qui est responsable de la colonisation et qui doit payer des réparations. C’est un petit groupe de grands capitalistes qui s’est enrichi grâce à l’entreprise coloniale. Les mêmes qui exploitaient les travailleurs ici en Belgique. C’est à eux de rendre des comptes aujourd’hui », déclare Marco Van Hees, député PTB. Alors que la commission chargée d’étudier le passé colonial de la Belgique au Congo, Rwanda et Burundi est entrée dans la phase des conclusions, il dénonce ceux qui veulent protéger les vrais responsables du crime colonial.

Marco Van Hees, licencié en sciences politiques de l'université libre de Bruxelles,

La commission chargée d’étudier le passé colonial de la Belgique au Congo, Rwanda et Burundi est entrée dans la phase des conclusions. « Certains partis sont prêts à minimiser les crimes du colonialisme, dénonce Marco Van Hees. La droite et l’extrême droite, eux, essayent d’instrumentaliser les débat et d’opposer le peuple belge aux peuples du Congo, du Rwanda et Burundi pour mieux protéger les vrais responsables du crime colonial. Nous ne l’acceptons pas. »

Sous la colonisation, le travail forcé, les salaires de misères ainsi que les très grandes surfaces de terres congolaises ont profité aux grandes entreprises comme la Société générale de Belgique, le Groupe Empain, le Groupe Brufina et la Cominière. A elles seules, ces 4 sociétés contrôlaient jusqu’à 85 % de l’économie coloniale. Ce sont ces mêmes capitalistes qui exploitaient nos grands-parents ou arrière-grands-parents à l’époque. Les mêmes qui ont fait tirer sur les ouvriers qui se révoltaient à Roux dans le Hainaut en 1886.

Aujourd'hui, les nombreuses fusions et changements de nom font qu'il est difficile de savoir où se trouve exactement l'argent du pillage colonial. « Des recherches sont nécessaires, qui devraient se concentrer sur les riches familles belges dont le capital remonte à cette période. Neuf des familles actuellement les plus riches de Belgique étaient actives au Congo : Solvay, Emsens, Boël, Janssen, Bekaert, Lippens, Vandemoortele, Van Thillo, Bertrand, Dieryck et van Baaren. Il y a également la famille royale, dont le gros de la fortune est basée sur l’exploitation coloniale. C’est à ces familles et ces grandes entreprises qu’incombe la responsabilité de la colonisation. C’est à eux de réparer l’injustice qu’ils ont causée », conclut Marco Van Hees.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Colonialisme, #Néolibéralisme, #Politique, #Histoire, #PTB, #Marco Van Hees

Repost0

Publié le 28 Novembre 2022

Nous célébrons quatre ans de transformation du pays. Lors de la marche avec le peuple, de l'Ángel de la Independencia au Zócalo, nous avons vérifié qu'ils sont heureux et satisfaits des actions en leur nom. C'est n'es pas une démonstration de force, là, c'est la célébration de 4 ans de transformation du Mexique, pas de néolibéralisme. C'est la construction d'un pays sans corruption.

Nous sommes tous ce gouvernement; ce qui a été fait a été fait d'en bas et avec le peuple. Notre politique est l'humanisme mexicain, le progrès avec justice. Nous continuerons à promouvoir la révolution des consciences et la répartition équitable des revenus et des richesses.

Lors de notre message sur la Plaza de la Constitución, nous avons présenté 110 actions et réalisations de l'administration. Sur les 35 millions de familles du pays, 30 millions, soit 85 % de la population, reçoivent directement au moins une partie du budget public par le biais des programmes de protection sociale en tant qu'acte de justice.

L'économie nationale s'est développée et le pays a retrouvé son prestige dans le monde ; Il est considéré comme l'un des pays ayant le plus grand potentiel pour recevoir des investissements étrangers directs, un domaine dans lequel des niveaux historiques ont été atteints.

En ce qui concerne la création d'emplois, 21 722 857 travailleurs sont enregistrés auprès de l'Institut mexicain de la sécurité sociale avec un salaire moyen historique de 14 712 pesos par mois.

La subvention au carburant a été essentielle pour protéger l'économie populaire. Nous approuvons que les taxes ou les prix de l'essence, du diesel, du gaz et de l'électricité n'augmenteront pas.

Grâce à la collecte des impôts auprès des grandes entreprises et des banques, le Trésor public est renforcé de 1 890 000 millions de pesos supplémentaires en quatre ans et, malgré l'inflation, a-t-il déclaré, les revenus du gouvernement fédéral ont augmenté de 460 000 millions de pesos, soit 3,7 % en termes réels. , par rapport à la même période l'an dernier.

Le plan d'austérité républicain a permis d'économiser 574 milliards de pesos et la réduction des dépenses publiques en publicité a généré 42 milliards de pesos supplémentaires.

En revenant aux idéaux de personnages historiques tels que Miguel Hidalgo y Costilla et Francisco I. Madero, nous approuvons le fait que la Quatrième Transformation n'accepte pas le défaitisme et s'engage pour les libertés ; De plus, il défend la démocratie et a un profond amour pour le peuple.

Nous remercions les fonctionnaires qui nous accompagnent au gouvernement fédéral, en particulier les membres du Cabinet juridique et élargi.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #AMLO, #Zócalo, #Mexico, #Néolibéralisme

Repost0

Publié le 28 Novembre 2022

Cet article est reposté depuis Rock and Roll Stories.

Voir les commentaires

Rédigé par Tribune de Genève avec ATS

Repost1