Publié le 29 Mai 2021

Parmi les qualités appréciée de la musique péruvienne contemporaine est l'innovation. Los Ilusionistas en est un parfait exemple. Cette formation musicale a fait leur débuts au début des années 1970 et à travers leur style et leur talent musical, ils ont marqué une étape importante dans l'histoire de la cumbia péruvienne

Ses membres originaux incluent Walter León Aguilar, directeur, compositeur et guitariste principal; Jorge Chavez Malaver à la deuxième guitare, Pedro Macavilca à la basse électronique, Carlos Ramirez Centeno au chant, Jose Ramirez aux timbales et Ernesto Duran aux Congas. 

Plusieurs des chansons de Walter León Aguilar ont été enregistrées par divers orchestres nationaux et internationaux. 

Les chansons La Colegiala ou encore Las Limeñas ont suscité un grand intérêt dans le monde entier. Malgré cela, beaucoup croient à tort que ces chansons sont d'origine colombienne, mexicaine, etc. Rien de plus faux, ces chansons sont 100% péruviennes.

La cumbia péruvienne apparaît à la fin des années 1960 (Los destellos, los Mirlos...) et donne lieu à la création de la chicha ou musique tropicale andine qui prend son essor musical au milieu des années 1970. C'est un métissage entre le Huayno, le rock psychédélique et la cumbia guarachera de la côte péruvienne. Le son se caractérise principalement par l'utilisation de guitares électriques.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Las Limeñas, #Los Ilusionistas, #Walter León Aguilar, #Cumbia péruvienne, #Cumbia, #Musique péruvienne

Repost0

Publié le 29 Mai 2021

Une qualité très appréciée au sein de la musique péruvienne contemporaine est l'innovation, nous avons donc des groupes tels que Los Ilusionistas. Cette formation musicale a fait leur débuts au début des années 1970 et à travers leur style et leur talent musical, ils ont marqué une étape importante dans l'histoire de la cumbia péruvienne. Ses membres originaux incluent Walter Leon Aguilar, directeur, compositeur et guitariste principal; Jorge Chavez Malaver à la deuxième guitare, Pedro Macavilca à la basse électronique, Carlos Ramirez Centeno au chant, Jose Ramirez aux timbales et Ernesto Duran aux Congas. 

Plusieurs des chansons de Walter Leon Aguilar ont été enregistrées par divers orchestres nationaux et internationaux. 

Les chansons La Colegiala et Las Limeñas, en particulier, ont suscité un grand intérêt dans le monde entier. Malgré cela, beaucoup de gens croient à tort que ces chansons sont d'origine colombienne, mexicaine, etc. Rien de plus faux, ces chansons sont 100% péruviennes.

Il est sorti en 1975 en tant que single de l'album Dinsa.

De la cumbia à la chicha. La cumbia péruvienne connait un certain succès en Amérique du Sud.

La cumbia péruvienne apparaît à la fin des années 1960 (Los destellos, los Mirlos...) et donne lieu à la création de la chicha ou musique tropicale andine qui prend son essor musical au milieu des années 1970. C'est un métissage entre le Huayno, le rock psychédélique et la cumbia guarachera de la côte péruvienne. Le son se caractérise principalement par l'utilisation de guitares électriques. La Chicha utilise des gammes pentatoniques 4/4.

La cumbia amazonienne est un sous-genre populaire de la cumbia péruvienne créée dans les années 1960 en Amazonie qui prend en compte des danses typiques de cette region avec des rythmes afro-latins et du rock psychédélique.

 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 29 Mai 2021

Les paroles sont une ode à la Sainte Vierge comportant de nombreuses métaphores sur l'amour et la nature propres à la culture quechua.

La musique classique a connu un développement important au Pérou pendant la période de la vice-royauté (Renaissance, baroque) avec une nette influence espagnole et italienne.

Hanacpachap cussicuinin (orthographe moderne : Hanaq pachap kusikuynin) est un hymne anonyme à la Vierge Marie en langue quechua mais dans un style de musique sacrée largement européen.

Composé probablement avant 1622 par le frère franciscain Juan Pérez Bocanegra qui l'a publié en 1631, ce qui en fait la première œuvre de polyphonie vocale imprimée dans le Nouveau Monde. Étant donné que Juan Perez de Bocanegra était l'éditeur du Rituel, de nombreuses sources le citent comme le compositeur de cette œuvre, bien que sa paternité reste incertaine.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Hanacpachap cussicuinin, #Juan Pérez Bocanegra, #musique péruvienne, #musique classique, #quechua, #1631

Repost0