Publié le 12 Avril 2022

Parmi les participants de cette exposition burlesque, on retrouvait James Ensor, Addolphe Crespin, Fernand Khnopff et Eugène Laermans.

Great Zwans » se tient à Bruxelles à partir de 1885, puis notamment à la veille des guerres 1914-18 et 1940-45, regroupant tout ce qui se fait de moquerie autour de l’art et de la société. James Ensor, Léon Frédéric, Amédée Lynen, Arthur Navez et d’autres artistes belges des générations suivantes viendront agrémenter ce parcours décalé.  L'artiste Philippe Geluck, donnera bien plus tard au nom « zwanzeur »  : « C‘est celui qui se fait volontiers passer pour un im­bécile dans le but de mieux tromper son interlocuteur. ».

Great Zwanz, par Andre Blandin en 1914, lithographie en couleur, imprimerie Paelman

La zwanze (du brabançon « radotage ») est un type d'humour gouailleur proche de l’autodérision associé à Bruxelles. Par extension, le terme désigne un art de vivre bruxellois. Il appartient au patrimoine de la culture populaire bruxelloise avec ses dialectes qui forment le brusseleer ou le marollien.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Rire, #Humour, #Zwanze, #Bruxelles, #René Blandin, #Great Zwans

Repost0

Publié le 10 Avril 2022

Michel Polak est un architecte belgo-suisse né à Mexico le  et décédé à Bruxelles le . Il a été l'architecte du monde du luxe et de l’élégance de l’entre-deux-guerres. Il était capable de maîtriser tous les styles en fonction des goûts de sa clientèle : style Beaux-Arts, Art déco, classicisme moderne épuré. Dans la capitale belge, il a notamment signé le Résidence Palace, l’hôtel Plaza, et la Villa Empain, au cours de la première moitié du vingtième siècle.

Après avoir obtenu un diplôme d’architecture à l’École polytechnique fédérale de Zurich (1903-1907), Michel Polak suit les cours de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris entre 1907 et 1911. À partir de 1917, il travaille avec Alfred Hoch, un autre architecte suisse. Il s'installe à Bruxelles cinq ans plus tard à l'invitation du promoteur immobilier et financier Lucien Kaisin qui lui commande le complexe d'appartements de luxe du Résidence Palace45. Dans ce cas, l’architecte propose une nouvelle manière d’habiter la ville et remet en question le concept de propriété matérielle6.

Si l’œuvre de l'architecte est représentative des styles de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, elle se distingue par son opulence et son luxe. A travers ses réalisations transparaît l’évolution du métier de l’architecte vers l’architecte-artiste et un intérêt croissant pour l’Orient, l’Art africain et les découvertes en égyptologie7. Il maîtrisait de nombreux styles architecturaux et savait également allier à la perfection art déco, classicisme et modernisme. Il contrôlait une grande étendue de connaissances sur les matériaux et pouvait également bien les appliquer dans ses conceptions8.

Après la Seconde Guerre mondiale, son bureau est repris par ses deux fils, André et Jean Polak9.

Il meurt le 4 octobre 1948.

Réalisations principales

 
La Villa Empain en 2012, après restauration.

Notes et références

  1.  « http://aam.be/wp-content/uploads/2014/11/Polak-Michel.pdf » [archive] (consulté le )
  2.  « http://aam.be/en/list-of-collections/ » [archive] (consulté le )
  3.  « http://www.archiefbank.be/dlnk/AE_16129 » [archive]
  4.  « Louis Empain et Michel Polak » [archive], sur Fondation Boghossian (consulté le )
  5.  « History - The Architects Polak » [archive], sur www.thearchitectspolak.org (consulté le )
  6.  « Michel Polak | AEX » [archive], sur www.architecture-exhibitions.com (consulté le )
  7.  « Michel Polak » [archive], sur Fondation Boghossian (consulté le )
  8.  « History - The Architects Polak » [archive], sur www.thearchitectspolak.org (consulté le )
  9.  « History - The Architects Polak » [archive], sur www.thearchitectspolak.org (consulté le )
  10.  « Palais | JCX » [archive], sur www.jcx.be (consulté le )

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Michel Polak, #Résidence Palace, #Villa Empain, #Lucien Kaisin, #Architecture, #Bruxelles, #Art déco, #Mexique

Repost0

Publié le 10 Avril 2022

María Jesús Lampreave Pérez, dite Chus Lampreave, est une actrice espagnole née à Madrid le  et morte à Almería le . Elle est internationalement connue pour ses rôles dans les films de Pedro Almodóvar.

Chus Lampreave naît à Madrid le .

Elle prévoyait d'être peintre et a étudié à la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando1, À la fin de ses études, elle travaille à Madrid pour la maison d'édition Aguilar, illustrant des livres de contes pour enfants2.

Bien qu'elle n'ait jamais eu de vocation d'actrice, elle était l'une des plus reconnues et appréciées du cinéma espagnol, spécialiste des rôles d'actrice secondaire. L’actrice tient ses premiers rôles au cinéma dès le début des années 1960, par exemple dans La Petite voiture de Marco Ferreri. Pendant les vingt ans suivants, elle joue seulement sporadiquement dans des films comme Mi querida señorita de Jaime de Armiñán, sorti en 1972, Le Bourreau et La Carabine nationale de Luis Garcia Berlanga3.

Elle commence sa carrière d'actrice en 1958, mais est surtout connue auprès du public international pour ses rôles dans de nombreux films de Pedro Almodóvar1, dans lesquels elle campe des vieilles dames (une concierge, une grand-mère) évoluant avec le plus parfait naturel dans un monde fou où se croisent drogués, homosexuels, dépressifs...

Elle gagne le prix d’interprétation féminine attribué au Festival de Cannes en 2006 à toutes les actrices de Volver3.

Elle épouse Eusebio Moreno de los Ríos décédé le 2 juillet 2015). Ils ont eu deux enfants : Diego et Laura (née en 1963 et décédés en novembre 1996 à l'âge de 33 ans des suites d'une grave maladie)45.

Elle meurt à Almería le 1.  Elle participe à plus de soixante-dix films et de nombreuses œuvres à la télévision, collaborant avec les réalisateurs les plus importants du pays. C’est que pour tous les admirateurs d’Almodovar, Chus Lampreave était plus qu’une actrice : une sorte de mascotte, de porte-bonheur, presque une égérie6.

Filmographie sélective

Récompenses et nominations

Récompenses
Nominations
  • 1987 : Nomination au Prix Goya de la meilleure actrice dans un second rôle pour El Año de las luces
  • 1989 : Nomination au Prix Goya de la meilleure actrice dans un second rôle pour Espérame en el cielo
  • 1990 : Nomination au Prix Goya de la meilleure actrice dans un second rôle pour Bajarse al moro
  • 1996 : Nomination au Prix Goya de la meilleure actrice dans un second rôle pour La Fleur de mon secret
  • 2013 : Nomination au Prix Goya de la meilleure actrice dans un second rôle pour El artista y la modelo :) :]

Notes et références

  1.  Revenir plus haut en :a b et c « Chus Lampreave. Cinéma .Biographie et œuvres sur Spain is Culture. » [archive], sur www.spainisculture.com (consulté le )
  2.  « Biografía: María Jesús (Chus) LAMPREAVE PÉREZ » [archive], sur www.dipalme.org (consulté le )
  3.  Revenir plus haut en :a et b Tobias Dunschen, « Décès de l'actrice Chus Lampreave » [archive], sur Critique Film,  (consulté le )
  4.  « Biografía: María Jesús (Chus) LAMPREAVE PÉREZ » [archive], sur www.dipalme.org (consulté le )
  5.  (es) Jose Madrid, « Cinco años sin Chus Lampreave: la trágica pérdida tras la sonrisa de una gran cómica » [archive], sur vanitatis.elconfidencial.com,  (consulté le )
  6.  « Mort de Chus Lampreave, "égérie" almodovarienne » [archive], sur Les Inrocks (consulté le )
  7.  (es) « Relación de premiados del año 2000 » [archive], sur Ministère de la Culture,  (consulté le ) [PDF].

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Chus Lampreave, #Cinéma espagnol, #Pedro Almodovar, #Mi querida señorita

Repost0