Publié le 15 Mai 2021

Bruxelles - Anc. «Grands Magasins de la Bourse» et Anc. Actiris, boulevard Anspach, 65

Le magasin naît en 1872 à l'angle du boulevard Anspach et de la rue du Marché aux poulets. A l’origine, ce bâtiment s’appelait Les Grands Magasins de la Bourse, "le premier grand magasin sur le sol belge". Cette chaîne est fondée par la famille Thiéry de Morfonainte, en Lorraine existait de 1872 jusqu'à sa faillite en 1972.  Il s’agit d’un fleuron architectural qui allait de pair avec la bourgeoise belge qui sillonnaient les boulevards du centre de Bruxelles. 

En 1884, le grand magasin entre aux mains du groupe Silas Guillon et Cie. En 1898, la société est transformée en société anonyme, la «Société Anonyme des Grands Magasins de la Bourse» et sera étendu en 1881 et et en 1916. Le bâtiment est détruit suite à un incendie en 1948 et reconstruit l’année suivante. L'immeuble comportera sept étages a une superficie de 19.000 m² et "est composé d’une structure mixte en acier et béton sans murs porteurs.

Le grand magasin possédait alors une clientèle plus populaire que ses trois grands concurrents. Il était installé sur sept niveaux, sous-sol compris. Six étaient occupés par les divers rayons, le 7e étage était réservé au personnel. L'alimentation se trouvait au niveau du sous-sol (à cause des odeurs !).

Dans les années 1960, la rentabilité de la société est en recul, la chaîne collabore avec la chaîne française de grands magasins Galeries Lafayette de Paris dans le domaine des achats afin de réduire les prix d'achat des producteurs. En échange, la chaîne française a acquis une participation de 20%. Le grand magasin prend alors une allure nettement plus "classe" : vitrines élégantes, "bon goût français", etc.

Mais rien n'y fera et la Bourse n'échappera pas à la débâcle généralisée du secteur de la distribution dans les années 1980.

Le bâtiment devient plus tard le siège des service de l'Office régional bruxellois de l'emploi (actuellement Actiris). Il est mis en vente en 2017.

Le rez-de-chaussée est actuellement occupé par une enseigne Adolphe Delhaize.

Un projet de réhabilitation de l'immeuble contribuera largement à la revitalisation du cœur de la ville. La combinaison d’une architecture qualitative et d’un programme attractif et varié est le gage de la dynamisation du piétonnier.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Bruxelles, #boulevard Anspach, #Magasin Centraal, #Piétonnier de Bruxelles, #Bourse

Repost0

Publié le 15 Mai 2021

Comprendre l'autre dans une situation interculturelle.

Comprendre l'autre dans une situation interculturelle.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #dialogue des cultures, #Métissage culturel, #Culture, #citation

Repost0

Publié le 14 Mai 2021

De par l'immense éventail des genres musicaux qu'offrent le Pérou, on y trouve par conséquent aussi une grande variété de danses. Le pays offre près de trois mille fêtes populaires qui se déroulent chaque année. Ces danses jouent un rôle très important dans la société péruvienne1. Elle sont majoritairement d'origine indigène. Elles sont liées au travail agricole, à la chasse et à la guerre. Elles sont liées au travail agricole, à la chasse et à la guerre. Les danses agricoles expriment la relation homme-terre et homme-production. Cela donne lieu à la célébration d'une bonne récolte donnant un caractère maternel à la nature vivante: la Pachamama.

Dans les Andes, une multitude de danses issues d’un mélange d’influences pourraient être mentionnées comme celles des danses préhispaniques, les satires des mœurs des colonisateurs, le caractère religieux et catholique, ou encore la séduction2À l'époque inca, le mot taki était utilisé pour désigner simultanément le chant et la danse, car les deux activités n'étaient pas séparées l'une de l'autre. Les danses et divers styles musicaux pratiqués dans les Andes péruviennes présentent des nuances qui varient selon les zones ou régions, influencées par les groupes ethniques ou les cultures qui les habitent.

Les danses pratiquées actuellement au Pérou sont les résultats du métissage culturel, tels que la culture Inca, Ibérique et africaine, le tout ayant évolué pendant des siècles. Ces rencontres culturelles transmettent aux exécuteurs de ces danses la force millénaire et mystique de la culture Inca, la grâce et la posture Ibérique et le rythme entraînant de la culture du continent africain3.

Les danses péruviennes se distinguent en deux grandes catégories4 :

  • Les danses de la  terre : ce sont celles qui représentent les thèmes de la vie agricole, religieuse ainsi que l’histoire et le quotidien du peuple péruvien.
  • Les danses de lumières : ce sont celles qui  représentent les thèmes de l’amour, la séduction et la joie de vivre.
  1. « Musique et danses au Pérou » [archive], sur Terres Magiques,  (consulté le 14 mai 2021)
  2.  « La Danse au Pérou » [archive], sur Antipode (consulté le 14 mai 2021)
  3.  « Ateliers d'ethnomusicologie - Musiques et Danses du Monde à Genève » [archive], sur adem-geneve.com (consulté le 14 mai 2021)
  4.  « Ateliers d'ethnomusicologie - Musiques et Danses du Monde à Genève » [archive], sur adem-geneve.com (consulté le 14 mai 2021)

Voir les commentaires

Repost0