Publié le 28 Décembre 2020

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Gloria in excelsis Deo, #Jean-Sébastien Bach, #Bach

Repost0

Publié le 27 Décembre 2020

Le chemin de fer connaît une renaissance en Equateur. Il est considéré comme le réseau ferroviaire le plus spectaculaire d'Amérique du Sud.

Le chemin de fer connaît une renaissance en Equateur. Il est considéré comme le réseau ferroviaire le plus spectaculaire d'Amérique du Sud.

L'un des tronçons les plus frappants serpente à travers la gorge de la rivière Chanchán, à côté du massif de Nariz del Diablo. Ici, le train zigzague sur une dénivellation de 500 mètres en seulement 12 kilomètres. Un voyage qui ne convient pas aux personnes impressionnables.

Depuis quelques années, la ligne principale entre la ville côtière de Guayaquil et la capitale Quito est à nouveau opérationnelle. Le chemin de fer trans-équatorien mesure 450 km de long et relie la côte pacifique aux hautes terres des Andes. Lors de leur voyage en train à travers l'Équateur, les reporters sont accompagnés de conducteurs de cyclomoteurs qui, en l'absence de passages à niveau, sont chargés de sécuriser les passages à niveau. Au pied des Andes, vivent le Shuar, l'un des peuples indigènes de l'Équateur. Ils organisent une cérémonie pour déterminer si un étranger est le bienvenu.
Le voyage se poursuit avec le train de croisière, d'une capacité de 54 passagers. Dans la gorge de la rivière Chanchán commence la partie centrale de l'itinéraire; il est connu comme le tronçon ferroviaire le plus compliqué au monde. Le train zigzague à côté du Devil's Nose, un massif de 100 mètres aux parois verticales. Ici, vous pouvez surmonter une différence de 500 mètres en seulement 12 kilomètres. Le lendemain, le train arrive à la gare d'Urbina, considérée comme la plus haute d'Equateur à 3609 mètres d'altitude. 500 mètres plus haut, les reporters accompagnent un «patrimoine vivant», Baltasar Ushka, le dernier fabricant de glace du Chimborazo. Le long de "l'avenue des volcans", comme Alexander von Humboldt appelait les hauts plateaux andins, vous atteignez le parc national du Cotopaxi avec ses chevaux sauvages. Au point final de l'aventure sur rails se trouve Quito, la plus haute capitale du monde.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Équateur, #Trains, #Guayaquil, #Quito, #Tourisme

Repost0

Publié le 27 Décembre 2020

Pour les téléphones portables, les tuyaux en cuivre ou les éoliennes, de grandes quantités de matières premières sont nécessaires pour l’économie néolibérale. Les choses que nous, Européens, utilisons sans réfléchir sont produites en Amérique du Sud dans les conditions les plus difficiles. C'est une sale affaire.

Les politiciens latino-américains parient toujours sur une croissance effrénée grâce à l'exportation de matières premières. Une politique qui remonte à plus de 400 ans, à l'époque coloniale. Le coût est payé par les personnes touchées par les conséquences. Les Européens qui bénéficient de matières premières d'Amérique du Sud sont également en partie responsables.

Cerro de Pasco, au Pérou, est considérée comme l'une des villes les plus sales du monde, car elle est proche d'une gigantesque mine à ciel ouvert exploitée par la société suisse Glencore. Ici, le zinc, l'argent et le plomb sont extraits pour le marché mondial. Ceux qui vivent à Cerro de Pasco absorbent les métaux lourds dans l'eau du robinet qui sont bien au-dessus du seuil fixé par l'Organisation mondiale de la santé.

La Rinconada, un nid de chercheurs d'or de plus de 5 000 mètres de haut, a été frappée par la ruée vers l'or il y a plus de dix ans.

C'est la seule façon d'expliquer que la population de cette ancienne ville andine a explosé, maintenant il y en a plus de 50 000. L'or est exporté principalement vers la Suisse. À son tour, La Rinconada est devenue une décharge, des kilomètres de déchets et de suicides s'accumulent à la périphérie de la ville.

L'avidité pour les matières premières croît sans mesure. Les groupes autochtones se défendent souvent à un prix élevé: ils le paient de leur vie.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Pérou, #Cerro de Pasco, #La Rinconada, #Environnement, #Amérique du Sud, #Néolibéralisme, #Or, #Corruption

Repost0