2017

Publié le 7 Janvier 2018

Tu m'as fait sentir que je ne valais rien
Et mes larmes sont tombées à tes pieds
Je me regardais dans le miroir et je n'y étais pas
J'étais juste ce que tu voulais voir ...

Gloria Trevi

Tu me hiciste sentir que no valia 
Y mis lagrimas calleron a tus pies 
Me miraba en el espejo y no me hallaba 
Yo era solo lo que tu querias ver..... 

Y me solte el cabello, me vesti de reyna, 
me puse tacones, me pinte bien bella 
Y camine hacia la puerta te escuche gritarme 
pero tus cadenas ya no pueden pararme..... 
Y mire la noche y ya no era oscura 
era de lentejuelas..... 

Y todos me miran, me miran, me miran, 
por que se que soy fina por que todos me admiran, 
Y todos me miran, me miran, me miran, 
por que hago lo que pocos se atreveran, 
Y todos me miran, me miran, me miran, 
algunos con envidia pero al final, 
pero al final, pero al final, todos me amaran..... 

Tu me hiciste sentir que no valia 
Y mis lagrimas calleron a tus pies 
Me miraba en el espejo y no me hallaba 
Yo era solo lo que tu querias ver..... 

Y me solte el cabello, me vesti de reyna, 
me puse tacones, me pinte bien bella 
Y camine hacia la puerta te escuche gritarme 
pero tus cadenas ya no pueden pararme..... 
Y mire la noche y ya no era oscura 
era de lentejuelas..... 

Y todos me miran, me miran, me miran, 
por que se que soy fina por que todos me admiran, 
Y todos me miran, me miran, me miran, 
por que hago lo que pocos se atreveran, 
Y todos me miran, me miran, me miran, 
algunos con envidia pero al final, 
pero al final, pero al final, todos me amaran..... 

Y me solte el cabello, me vesti de reyna, 
me puse tacones, me pinte bien bella 
Y camine hacia la puerta te escuche gritarme 
pero tus cadenas ya no pueden pararme..... 
Y mire la noche y ya no era oscura 
era de lentejuelas.....

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Alejandra Guzmán, #Todos Me Miran, #2017

Repost0

Publié le 5 Janvier 2018

Mûrir, c'est peut-être commencer à apprendre à aimer la vie.
Mûrir, c'est peut-être commencer à apprendre à aimer la vie.
Mûrir, c'est peut-être commencer à apprendre à aimer la vie.
Mûrir, c'est peut-être commencer à apprendre à aimer la vie.

Mûrir, c'est peut-être commencer à apprendre à aimer la vie, à s'émerveiller en silence, à se souvenir sans amertume et à oublier lentement.

Mario Scolas

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #citation, #Mourir pour naître, #2017

Repost0

Publié le 5 Janvier 2018

Il y a chaque fin de semaine à Rio plus de 400 bailes funks avec une assistance de près de 2 000 personnes en moyenne. C'est la musique la plus représentative des favelas de Rio. La production musicale est d'environ 50 morceaux ou versions par semaine.

Arrivé à sa forme musicale définitive dans les années 1980, le funk carioca (bien qu'appelé baile funk à l'extérieur du Brésil, ce terme désigne en fait les soirées où est joué ce type de musique) est un type de musique électronique qui à pour origine les favelas de Rio de Janeiro et est dérivé du Miami Bass. Dans la ville de Rio, le funk Carioca est appelé simplement « funk » (carioca signifie « de Rio ») bien qu'étant un style différent du véritable funk américain.

Dès les années 1970 apparurent les premiers groupes de sonorisation de Rio de Janeiro, tel que le Soul Grand Prix promu par Ademir de Barros et Big Boy. À partir des années 80, avec l'ampleur de l'accès à la fréquence FM, le funk de Rio commença à se laisser influencer par un nouveau rythme venu de Floride, le Miami Bass qui possède un tempo plus rapide. Dans une première période, les chansons étaient des ré-enregistrement de chanteurs connus tel que Raul Seixas et sa chanson Rock das aranhas qui fut un premier succès. Viendront par la suite des chansons qui ont été conçues avec beaucoup d'humour et sans beaucoup de revendications politiques, pour la plupart, adaptations de musiques de funk nord-américain et enregistrements de chanteurs comme Steve B, Corell DJ, et d'autres "MC's". Plus tard viendront les raps qui marqueront la période plus politisée, bien qu'ils ne soient pas dépourvus d'humour.

Comme toutes les musiques de ghetto, on y retrouve différents styles et différentes revendications:

  • des revendications sociales (que l'on retrouve sur les morceaux rap) ;
  • des textes à connotation sexuelle marquée, appelés Putaria ;
  • des morceaux faisant l'éloge des gangs (il y a trois gangs ennemis à Rio qui contrôlent les favelas : C.V, T.C et A.D.A) que l'on appellent proibidões ;
  • les montagems, sortes de remixes basés sur des samples de chants ou de sons types tarentela italienne ou cuivres.

Il y a chaque fin de semaine à Rio plus de 400 bailes funks avec une assistance de près de 2 000 personnes en moyenne. C'est la musique la plus représentative des favelas de Rio. La production musicale est d'environ 50 morceaux ou versions par semaine.

C'est une musique difficilement accessible pour un novice, étant peu présente dans les circuits commerciaux usuels, malgré la sortie récente de plusieurs compilations (Favela on Blast, Favela Sounds, Rio Baile Funk - Favela Booty Beats, Rio Baile Funk: More Favela Booty Beats ).

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #MC Kevinho, #Rabiola, #2017, #Funck carioca

Repost0