afrique

Publié le 18 Septembre 2018

« Cette couverture de L’Illustration coloniale date de 1934. A l’époque, c’est l’âge d’or pour la presse et pour le cinéma. Il y a un foisonnement d’images. Ici, on est clairement dans la propagande, car ce cliché est tout sauf le fruit du hasard. Chaque élément a été mis en scène, mûrement soupesé pour frapper l’opinion : l’enfant noir, nu, sauvage, sorti des fourrés, face à un garçon coiffé du casque colonial, plus grand par la taille. Une situation construite de toutes pièces. Avec ce slogan : « La Communion des Races… par la Cigarette ». Un slogan qui est tout simplement là pour faire rire. La « communion des races » étant impensable à l’époque. »

« Cette couverture de L’Illustration coloniale date de 1934. A l’époque, c’est l’âge d’or pour la presse et pour le cinéma. Il y a un foisonnement d’images. Ici, on est clairement dans la propagande, car ce cliché est tout sauf le fruit du hasard. Chaque élément a été mis en scène, mûrement soupesé pour frapper l’opinion : l’enfant noir, nu, sauvage, sorti des fourrés, face à un garçon coiffé du casque colonial, plus grand par la taille. Une situation construite de toutes pièces. Avec ce slogan : « La Communion des Races… par la Cigarette ». Un slogan qui est tout simplement là pour faire rire. La « communion des races » étant impensable à l’époque. »

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Congo belge, #Afrique, #Racisme, #Belgique, #1934, #propagande coloniale

Repost0

Publié le 29 Mars 2015

Hobskur est un artiste-rappeur engagé camerounais qui vit et travaille à Berlin et qui a pour rêve de communiquer plusieurs sujets indispensables pour l'avenir de de l´Afrique avec ses auditeurs. Il évoque ici un sujet parfois comme la liberté d'écrire et de penser. 

HOBSKUR, dans le rôle de M. Dino, se fait le porte-voix des gens issus des quartiers défavorisés à travers une performance entièrement live où les musiques organiques orchestrées par des instrumentistes accompagnent ses textes déclamés dans un style plus proche du slam que du rap. Il décline un appel d’urgence au cours de chacune de ses chansons inédites. Chaque chanson, chaque appel, chaque cri est une interpellation de la société. Un plaidoyer à l’épreuve de la citoyenneté au quotidien.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Rap, #Rap camerounais, #Afrique, #citoyenneté

Repost0