amerique latine

Publié le 26 Septembre 2021

On dit souvent que Caacupé est la capitale spirituelle du Paraguay , car elle possède le plus grand sanctuaire du pays.

La popularité de la Vierge de Caacupé au Paraguay est la plus importante dans la dévotion catholique de la nation guarani. Pour cette raison, cette image de la Vierge Marie est consacrée comme Patronne et Dame Protectrice de la République du Paraguay. Un tel titre équivaut à celui de la Vierge de Luján en Argentine.

La popularité de la Vierge de Caacupé au Paraguay est la plus importante dans la dévotion catholique de la nation guarani. Pour cette raison, cette image de la Vierge Marie est consacrée comme Patronne et Dame Protectrice de la République du Paraguay. Un tel titre équivaut à celui de la Vierge de Luján en Argentine.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 25 Septembre 2021

La vierge qui a forgé une patrie. Construction d'une identité
latino-américaine en exil par la pratique religieuse :
la communauté des Riches Claires, à Bruxelles, Belgique.

Notre-Dame de Guadalupe

Notre-Dame de Guadalupe

Notre-Dame de Guadalupe (en espagnol : Nuestra Señora de Guadalupe) ou Vierge de Guadalupe (en espagnol Virgen de Guadalupe) est, au Mexique, le nom donné à la Vierge Marie qui serait apparue, selon la tradition, à un indigène du Mexique, Juan Diego, en 1531, ainsi qu'à l'image acheiropoïète qui lui est associée (l'image de la Vierge sur la tilma). La Vierge de Guadalupe est une figure du catholicisme en Amérique latine ; sa fête, le 12 décembre rassemble toutes les nations américaines. À cette occasion, de nombreuses célébrations sont organisées dans le monde entier. 

Le récit de l'apparition est donné par un manuscrit ancien, le Nican mopohua, écrit en langue nahuatl vers 1550. Le document original d'Antonio Valeriano ne nous est pas parvenu, mais des copies anciennes ont été datées et font consensus tant sur leur datation que sur la définition de leur auteur. Néanmoins, un débat historico-critique est ouvert dans le milieu des historiens sur le récit historique des événements du xvie siècle et sur la mise en place de cette dévotion.

Bruxelles est la capitale de la Belgique, un petit pays du centre-nord de l'Europe - d'environ 30 500 kilomètres carrés - qui, en raison de ses particularités historiques et géographiques, est devenu le cœur de l'Union européenne. Cette ville, point stratégique et carrefour, siège du Parlement européen et du Conseil de l'Europe, attire des personnes de différentes régions du monde, ce qui en fait une ville polyglotte et multiculturelle.

Le centre-ville de Bruxelles est un endroit mouvementé. Il y a la Grande Place, point de rendez-vous obligé des touristes qui viennent du monde entier pour admirer son architecture si particulière. Il y a aussi la Bourse, où l'on spécule quotidiennement avec l'économie européenne et mondiale. Très proche de ces lieux et entouré de bars gays, de boutiques de souvenirs et de magasins de bandes dessinées (le BD) il y a une église catholique, qui, bien qu'avec un bon aspect architectural, ne se distingue pas beaucoup parmi les nombreuses qui existent dans la ville, toutes construites à une époque où la ferveur religieuse a conduit l'homme de ces lieux à mettre le meilleur de son ingéniosité chercher à plaire à son créateur. Cette église, construite au 17ème siècle, conserve encore le nom du couvent de religieuses qui pendant quelques siècles servit de chapelle : Notre Dame aux Riches Claires. Dans ce lieu, environ 300 immigrés latino-américains, de tous âges et de divers pays, se réunissent chaque dimanche, partageant un "siège" avec une communauté francophone vieillissante et diminuée qui donne chaque jour plus d'espace à ces personnes colorées et turbulentes, originaires des pays de le sud peu connu de la plupart des Belges. Qui sont ces immigrés ?; Que font-ils en Belgique ?; Pourquoi se rassemblent-ils dans cette église en si grand nombre ?; Que recherchent-ils et que trouvent-ils ici ? Ce qui suit est le témoignage de vie d'une communauté qui a trouvé dans sa foi et ses manifestations un instrument pour la construction de sa nouvelle identité en exil. C'est une page méconnue de l'histoire de l'Église latino-américaine, intimement liée à l'histoire de l'Église européenne : celle des communautés de la diaspora

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 19 Septembre 2021

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Mexique, #Amérique latine, #Joe Biden, #AMLO, #Politique

Repost0