amerique latine

Publié le 11 Octobre 2020

Que s'est-il passé le 12 octobre 1492?

Selon les livres d'histoire, Christophe Colomb est arrivé sur le continent américain dans ses caravelles: La Niña, La Pinta et La Santa María. Cet événement à travers l'histoire a été appelé la découverte de l'Amérique, mais avec l'arrivée de nouvelles générations qui rejettent ce nom a été classé comme colonisation, puisque l'Amérique était déjà «découverte» et habitée, et ce sont les Européens qui se sont imposés à ces habitants du continent.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 28 Mars 2020

Simón Bolívar est né le 24 juillet 1783 à Caracas, au Venezuela, et ses idées d'indépendance ont donné naissance au courant politique du bolivarisme, actuellement suivi par les organisations de gauche.

Le bolivarisme est un courant politique que l'on retrouve en Amérique du Sud. Selon ses partisans, il se fonde sur les idées du libérateur Simón Bolívar, notamment en ce qui concerne la justice sociale, la liberté et l'égalité des droits, et surtout l'indépendance et l'unité nationale. Simón Bolívar fut d'ailleurs influencé par le philosophe genevois Jean-Jacques Rousseau.

Ce courant politique est né à partir du Congrès de Panama qui s'est tenu en 1826 qui avait pour but de réunir les ambassades de pays sud américains libres (Mexique, Guatemala, Colombie, Chili, Pérou, Argentine...) dans ce que Bolivar lui même appelait l'isthme de Panama (Panama actuel)1. Ce Congrès a également réuni un agent diplomatique qui représentait l'Empire Britannique2.

Les bolivaristes se réclament de certains préceptes formulés par Simón Bolívar dans la Lettre de Jamaïque, le Discours d'Angostura, Le Manifeste de Carthagène et d'autre écrits. Plusieurs fois invoqué en Amérique du Sud, il l'est à nouveau depuis la fin du xxe siècle.

Simón Bolívar, Simón Rodriguez et Ezequiel Zamora sont les personnalités de la constitution idéologique du mouvement bolivarien.

C'est surtout Hugo Chávez, président du Venezuela de 1999 à 2013, qui reprend les idées du « Libertador » et prône le bolivarisme3. Même si Chávez a également été influencé par les écrits de l'historien et anthropologue marxiste vénézuélien Federico Brito Figueroa4, on peut retrouver les principaux traits du courant initial dans sa politique : une volonté d'indépendance plus grande vis-à-vis des puissances dominantes (des États-Unis en l'occurrence), mais aussi, comme Bolivar, des tentatives d'unification ou de rapprochement des ex-colonies lorsqu'il tente d'organiser les principales organisations régionales sud américaines5.

C'est sa volonté d'apparaître comme le rassembleur des peuples dominés d'Amérique Latine qui rapproche Chávez d'un « nouveau Bolivar ». Mais cette « appropriation » comme seul défenseur des idées de Simon Bolivar, est l'objet de contestations en Amérique Latine, notamment car Bolivar était issu de la très grande bourgeoisie vénézuélienne et son combat pour l'autonomie de l'Amérique du Sud ne se confondait aucunement avec une quête de justice sociale poussée. Ainsi sa famille possédait quelque 800 esclaves, qu'il a affranchis en 18166.

Selon Hugo Chavez, la révolution bolivarienne est un mouvement de masse pour mettre en place une « démocratie populaire participative », une indépendance économique du Venezuela, une distribution équitable des revenus et en finir avec la corruption du pays.

En Colombie, les guérillas des Forces armées révolutionnaires de Colombie et de l’Armée de libération nationale se réclament du bolivarisme7.

Notes et références

  1.  Dr J. M. Yepes, « Du projet de confédération perpétuelle de Bolivar à l'Organisation des Etats américains » [archive], sur Le Monde diplomatique,  (consulté le 14 juillet 2021)
  2.  « Les Origines - Le Bolivarisme » [archive], sur sites.google.com (consulté le 14 juillet 2021)
  3.  « Ministerio de la Cultura » [archive], sur www.mincultura.gob.ve (consulté le 14 juillet 2021)
  4.  (es) Sergio Guerra Vilaboy, « Federico Brito Figueroa, precursor de la historiografía marxista venezolana » [archive], sur Informe Fracto,  (consulté le 14 juillet 2021)
  5.  Serge De Sousa, « Bolivar et le bolivarisme dans le discours d'Hugo Chávez (1999-2006) », América. Cahiers du CRICCAL, vol. 42, no 1,‎ , p. 103–115 (lire en ligne [archive], consulté le 14 juillet 2021)
  6.  Nelly Schmidt, L'abolition de l'esclavage : cinq siècles de combats, xvie – xxe siècles, Paris, Fayard, , 412 p. (ISBN 2-286-00995-3 et 978-2-286-00995-3, OCLC 470327726), p. 253
  7.  (es) « Facción FARC pasa al clandestinaje como Movimiento Bolivariano por la Nueva Colombia (VIDEO) » [archive], sur Radio y Televisión Martí | RadioTelevisionMarti.com (consulté le 14 juillet 2021)

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Bolivarisme, #Politique, #Histoire, #Simón Bolívar, #Amérique Latine

Repost0

Publié le 4 Avril 2018

Cet article est reposté depuis Encyclopædia of Gay and Lesbian Popular Culture.

Dans cette Amérique Latine souvent décrite comme très pieuse, les droits des homosexuels sont en train de progresser à vive allure. Le Costa Rica est le pays le plus égalitaire d'Amérique Latine et est l'un des quelques pays à avoir atteint un développement humain beaucoup plus élevé que les autres pays de développement économique similaires. Le Costa Rica est une république multipartite à régime présidentiel, où le président est à la fois chef de l’État et chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement tandis que l’Assemblée nationale détient le pouvoir législatif. Le pouvoir judiciaire est indépendant de l’exécutif et du législatif.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Costa Rica, #Actualités, #2018, #mariage gay, #Religion, #Amérique Latine

Repost0