aspidistra elatior

Publié le 11 Juillet 2020

Cette plante a servi d'inspiration pour un roman de George Orwell. (''Et vive l'Aspidistra !''). Avec ses feuilles longues et brillantes, elle purifie l'air d'éléments aussi nocifs que le toluène.
Cette plante a servi d'inspiration pour un roman de George Orwell. (''Et vive l'Aspidistra !''). Avec ses feuilles longues et brillantes, elle purifie l'air d'éléments aussi nocifs que le toluène.

Cette plante a servi d'inspiration pour un roman de George Orwell. (''Et vive l'Aspidistra !''). Avec ses feuilles longues et brillantes, elle purifie l'air d'éléments aussi nocifs que le toluène.

Dans les années 1930 à Londres, les bourgeois décoraient leur maison avec une plante originaire de Chine, l'aspidistra, symbole d'une existence confortable et agréable, valeurs qui, pour Gordon Comstock, le protagoniste de ce roman, ne méritent que du mépris. Gordon décide de prendre ses responsabilités et travaille à l'agence de publicité pour 4 £ par semaine, assez pour bien vivre, comme Rosemary a le bébé. Ils se marient et il renonce définitivement à la poésie. Petit à petit, ses idées évoluent et, symbole de cette évolution, l'aspidistra, plante qu'il considérait comme un ennemi pour représenter le "monde de l'argent", sera la plante ornementale de sa nouvelle demeure. 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Aspidistra elatior, #George Orwell, #Environnement, #Plantes, #plante ornementale, #Littérature

Repost0