bresil

Publié le 18 Juin 2020

Les premières expéditions coloniales belges sous Léopold Ier.

Alors que Léopold Ier a tenté de fonder une colonie belge en Amérique centrale et que les Belges ont principalement émigré aux États-Unis et dans les pays hispanophones d’Amérique latine pendant la grande crise économique et sociale des années 1840, Léopold II s’est intéressé, pour des raisons stratégiques, à la région inexploitée du Brésil actuel. Comme il allait le constater plus tard aussi en Afrique, Léopold savait que les grandes richesses se trouvent surtout à l’intérieur des terres. Par ailleurs, il ne souhaitait pas entrer en compétition avec l’Angleterre, la France ou l’Allemagne afin de s’emparer d’une région côtière (et il ne disposait pas du soutien politique ni militaire nécessaire pour cela).

 

La première tentative de colonisation, qui portait sur l’Amazonie, a échoué à cause de l’enthousiasme irréfléchi du souverain qui souhaitait explicitement que le Brésil lui concède une colonie belge, ce que l’empereur du Brésil, Pierre II (un ami de Léopold II) a habilement refusé. En effet, depuis son indépendance, le Brésil s’efforçait de garantir sa souveraineté nationale et l’intégrité de ses frontières, de sorte qu’une « colonie » explicite ne pouvait être envisagée. Léopold a alors changé de cap et fait appel à des entreprises belges (Compagnie des Produits Civils, Compagnie des Caoutchoucs du Matto Grosso et, plus tard, Compagnie de l’Urucum) afin d’acquérir des terres à l’intérieur du pays, principalement dans le Mato Grosso. Son plan a fonctionné à merveille pendant les vingt dernières années du xixe siècle. Un territoire de pas moins de 80 000 km² était alors sous contrôle « belge » et Léopold était même parvenu à donner un caractère officiel à cette présence, en établissant un vice-consulat à Descalvados. Les plantations aménagées servaient à la culture d’une multitude de plantes très rentables ainsi qu’à l’élevage de bétail. Elles abritaient également un abattoir et des installations de production d’extrait de viande, sur le modèle de Liebig. Toutefois, au début du xxe siècle, alors que le Brésil redessinait ses frontières à la suite de la crise de l’Acre qui l’avait opposé à la Bolivie, les Belges ont tout simplement été rachetés et ont ainsi vu s’éteindre leur présence dans cette région.

En 1845, une colonisation particulière avait eu lieu lorsque, avec la garantie de l’empereur, une concession agricole avait été accordée dans la vallée de l’Itajaí et qu’une centaine de familles, principalement venues de la région de Bruges, s’était installée dans l’État de Santa Catarina, dans la ville actuelle d’Ilhota. La garantie impliquait que les matériaux importés n’étaient pas frappés de taxes. Lors du débarquement du deuxième chargement de matériaux et d’immigrants, une altercation aurait eu lieu avec les douaniers, lesquels auraient été jetés par-dessus bord par les Belges. Les immigrants, qui étaient accompagnés d’un consul, ont alors été emprisonnés quelque temps. La cupidité et le manque d’organisation ont conduit cette aventure vers une catastrophe financière. Toutefois, les familles sont restées sur place et ont réussi à éviter une assimilation complète avec les communautés italienne et allemande, beaucoup plus grandes. Aujourd’hui, il existe encore une enclave fière de ses origines belges et où les patronymes belges sont très répandus. Toutefois, la plupart des noms belges ont été adaptés à la langue portugaise au fil du temps, afin de faciliter l’intégration. Des noms tels que Dutra (de Hurtere), Goulart (Hoeilaart) et da Silveira (Van der Hagen), par exemple, sont très présents dans l’histoire du Brésil.

Plus tard, durant la première moitié du xxe siècle, d’autres Belges ont tenté de trouver une vie meilleure au Brésil. C’est ainsi, par exemple, qu’a été fondée la colonie agricole coopérative de Botucatu, dans l’État de São Paulo, bien qu’elle soit restée très petite et modeste par rapport à la Holambra néerlandaise toute proche. Le manque de savoir-faire et la pure malchance ont conduit à de nombreux échecs, à quelques exceptions près. Citrobrasil, propriété de la famille Van Parys, qui a fourni des oranges aux foyers belges sous le nom d’Elvépé à partir des années 1930, est une des rares histoires à succès. Elvepe a été racheté par l’Américain Cargill, mais la famille jouit encore d’une bonne réputation à São Paulo.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Brésil, #Léopold Ier, #Colonie de peuplement, #Colonialisme, #Léopold II, #Histoire, #Belgique, #Émigrants belges

Repost0

Publié le 26 Août 2019

Grande puissance agricole, le Brésil est le premier producteur mondial de café, de canne à sucre et d'oranges, l'un des premiers producteurs de soja et le pays attire de nombreux groupes mondiaux de l'agroalimentaire et des biocarburants. Macron n’empêche pas l’agro-business français d’acheter le soja brésilien. Les principaux produits exportés en 2016, et leur part dans le total des exportations, étaient : le tourteau de soja (573 millions de dollars, soit 24,8% du total des exportations) ; le minerai de fer (219 millions de dollars, 9,5%) ; la pâte à papier (178 millions de dollars, 7,7%) ; le café non torréfié en grains (112 millions de dollars, 4,9%) ; et les graines de soja (94 millions de dollars, 4,1%).

Un moteur important de déforestation en Amazonie est la culture de soja, principalement pour la production et l'exportation et de tourteaux de soja pour l'alimentation animale et de biodiesel ; l'augmentation des prix du soja a poussé les cultivateurs de soja à continuer à déboiser des forêts au nord de la forêt amazonienne. À savoir : l'Union européenne est la principale consommatrice de soja non transgénique. Ce soja coûte 10% plus cher que le soja OGM.

Parmi les pays dits émergents, le Brésil est la première destination des investissements français.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Amazonie, #France, #Emmanuel Macron, #Commerce bilatéral France-Brésil, #Brésil, #Actualités, #2019

Repost0

Publié le 24 Août 2019

Emmanuel Macron a besoin d'histoires fortes en France. Je pensais qu'il y avait une loi contre les fake news. A-t-on besoin den fake news pour s'émouvoir? Les rivalités entre pays passent aussi par la diabolisation d'un adversaire, et donc bien souvent la désinformation à son égard.

Last Night in Orient - LNO ©

Madonna, Ricky Martin, Cristiano Ronaldo, Novak Djokovic, Leonardo DiCaprio et même Emmanuel Macron: de nombreuses personnalités ont voulu mettre en garde sur la situation actuelle de l'Amazonie et les incendies dont elle souffre, mais en utilisant souvent des images anciennes et très anciennes, voire des lieux isolés, alimentant la désinformation. Emmanuel Macron a tweeté une photo vieille d’au moins seize ans. Et oui, certains dirigeants de pays démocratiques répandent eux aussi des fausses informations.

Face à cette situation, certains politiciens et célébrités ont posté des messages sur les réseaux sociaux - où ils influencent leurs millions de suiveurs - sans montrer toujours ce qui se passait.

Voir les commentaires

Repost0