Articles avec #bruxelles tag

Publié le 14 Janvier 2021

Para los 500 manifestantes reunidos en Bruselas el día 13, este nombre se suma a una lista ya larga.

Si Ibrahima no hubiera sido negro, todavía estaría vivo. Lo que le paso a el nunca le hubiera pasado a mis hijos, que son blancos.

Alexis Deswaef, abogado de la familia de Ibrahima Barrie

Según la explicación del abogado, Ibrahima (23) fue arrestado luego de filmar una intervención policial. En la comisaría, se sintió mal y cayó al suelo. “Durante largos minutos [entre cinco y siete] lo han dejado así, inconsciente, y murió”, dijo el abogado por el megáfono, luchando por ser escuchado en medio de la ira de la multitud. que gritó en particular: "Policía, asesinos".

Según Deswaef, la prueba toxicológica que fue parte de la autopsia fue negativa para drogas, pero la insuficiencia cardíaca en sí misma sigue siendo un misterio. De hecho, Barrie se había escapado de la policía antes de ser capturado, pero al mismo tiempo era joven y estaba en forma, y ​​se sabía que era un buen futbolista. Se ha abierto una investigación por homicidio involuntario.

Este es un ciudadano que ejerce su derecho de filmar a la policía”, dijo. “Si estaba haciendo eso, podría ser porque la intervención no se llevó a cabo correctamente. Eso es algo que la investigación debe demostrar”.

En Bélgica, no existen estadísticas fiables y precisas o datos generales que cuantifiquen la noción de “violencia policial”. El 94% de los casos de violencia policial son desestimados (despido: 68%, absolución: 20%, suspensión pronunciada: 6%). Aún no se dispone de cifras más recientes. El trato preferencial está muy claramente establecido. “Este desenfoque puede dar lugar a excesos por parte de la policía. En el sentido de que saben que tienen muy pocas posibilidades de ser enjuiciados, no temerán cometer actos violentos porque no suelen ir acompañados de castigos”.1

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Ibrahima, #Ibrahima Barrie, #Racisme, #Bruxelles, #Bruselas, #2021, #Racismo, #Black Lives Matter

Repost0

Publié le 11 Janvier 2021

Affaire Ibrahima - Un rassemblement est organisé ce mercredi 13 janvier, à 15h, devant le commissariat de Gare du Nord

Un contrôle de police tourne au drame à Bruxelles: interpellé car il filmait les policiers, Ibrahima, est décédé après un malaise cardiaque au commissariat de police. Le jeune homme était en bonne santé physique, il est peu probable qu'une crise cardiaque l'ait secoué sans raison. Nous n'avons pas plus d'informations pour le moment. La police ne s'est toujours pas prononcée sur le sujet.

Sauf exception, toute intervention policière peut être filmée, photographiée ou enregistrée (à l’aide d’un smartphone par exemple). L’enregistrement audio peut également constituer une preuve.

En principe, les policier·ère·s ne peuvent vous forcer à arrêter de filmer si vous n’empêchez pas le déroulement de l’intervention.

En aucun cas, la police n’a le droit d’exiger l’effacement des images prises et ne peut pas non plus prendre votre matériel (téléphone, caméra, etc.) pour y effacer les images elle-même.

Elle n’a pas le droit de saisir mon appareil, sauf si elle a des indices qu’il est lié à une infraction (saisie judiciaire) ou qu’il s’agit d’un objet dangereux pour l’ordre public (saisie administrative).

Si la police procède à l’effacement d’images ou de vidéo ou à la confiscation du téléphone, vous avez intérêt à signaler poliment votre désaccord, à recueillir les preuves pour réagir éventuellement par la suite.

Vous pouvez toujours transmettre ces images à la presse ou aux autorités judiciaires. Si vous désirez les diffuser sur internet, il est préférable (mais pas toujours obligatoire) de rendre les policier·ère·s non-identifiables (floutage, bandeau, etc.) pour respecter le droit à l'image des policer·ère·s, droit incontestable mais qui n'est pas absolu et doit parfois s'effacer devant la liberté d'information.

brahima, 23 ans, est décédé samedi soir après avoir été interpellé pour, selon nos informations, avoir filmé un contrôle de police qui se déroulait à hauteur de l’esplanade de la gare du nord à Bruxelles. Ibrahima avait 23 ans.
Paix à son âme. 🕊

Quelques cas de violence policière ont été fortement médiatisés tels que :

En 2014, la Ligue des Droits Humains dénonce une banalisation des "bavures policières" avec de nombreux cas documentés à l'appui.

En 2020, la Ligue des Droits Humains lance un nouveau site, Police Watch (nouvelle version d'un site datant de 2013 sous le nom Observatoire des violences policières) pour recueillir des témoignages par rapport aux violences policières1.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Racisme, #Ibrahima, #Bruxelles, #2021

Repost0

Publié le 29 Décembre 2020

Lucien Jean Baptiste Joseph Marie Caroline Kaisin (Floreffe , 24 juin 1874 - 15 mai 1934) est un avocat, homme d'affaire et promoteur immobilier belge de la vie moderne en appartement.

Biographie
Lucien Kaisin est issu d'une famille de médecins. Son père Félix Kaisin était le bourgmestre de Floreffe.

Il a étudié le droit à Louvain. Après avoir obtenu son diplôme, il devient avocat au barreau d'Anvers, puis exerce au barreau de Namur. Il se lance dans l'immobilier après avoir décliné une offre du roi Léopold II pour l'accompagner dans l'État indépendant du Congo.

Kaisin est le fondateur-directeur de la SA Crédit Général Hypothécaire et Mobilier, société qu'il a fondée fin 1905.

En 1924, il fonde la SA Résidence Palace. Cette société d'exploitation a été créée au début de la construction du Résidence Palace, qui voulait en faire un immeuble de luxe pour riches bruxellois qui quittaient leurs maisons unifamiliales pour s'installer dans des appartements confortables. L'idée du promoteur fut alors de « remédier à la crise du logement consécutive à la guerre, particulièrement pour l'aristocratie et la haute bourgeoisie.

Le " Résidence Palace " est conçu comme un immeuble à appartements luxueux destinés à la bourgeoisie et à l'aristocratie bruxelloises
Et Lucien Kaisin le promet : " à Résidence Palace, la vie sera facile, tranquille, agréable. Un seul sujet suffira à assurer le service des plus vastes appartements, le gros de l'ouvrage pouvant être effectué par des équipes permanentes. Chacun, une fois rentré " at home ", éprouvera une impression réconfortante d'intimité qui l'on commence à ne plus ressentir dans les maisons particulières. Et cependant, à deux minutes d'ascenseur, le locataire rencontrera la vie mondaine animée, luxueuse, il aura le théâtre et le restaurant, le club, il pourra, s'il le veut, cultiver d'agréables relations, parmi un public choisi, une société d'élite, sacrifier aux sports et satisfaire ses appétits esthétiques "

C'’est l'’architecte suisse Michel Polak, une figure essentielle de l’Art déco bruxellois, qui a été chargé de sa réalisation. La société d'investissement à l'origine du projet a rapporté 29 millions de francs belges selon une brochure publicitaire.

Source de la photo: La Revue Documentaire, 2e année, n° 5, mai 1932.

En 1930, il a commencé à planifier une deuxième tour résidentielle, les Pavillons Français, un vaste immeuble à appartements de style Art Déco achevé en 1934, l'année de sa mort, à l'âge de 59 ans.

Lucien Kaisin était marié depuis 1902. Il devient veuf en 1914. La famille a eu trois enfants, une fille et deux fils, nés respectivement en 1902, 1904 et 1906. Son fils aîné, Gérard Kaisin, est actif avec lui dans ses projets de construction.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 28 Décembre 2020

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Bruxelles, #Hiver, #Photographie

Repost0

Publié le 26 Décembre 2020

Cela en vaut la peine et ils ignorent les impositions.

Le vaccin est arrivé et tout revient à la normale. Relâchement total, une fourmilière de gens sur la Grand-Place de Bruxelles.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Grand-Place de Bruxelles, #Coronavirus, #Bruxelles, #2020

Repost0

Publié le 1 Décembre 2020

Cet article est reposté depuis Encyclopædia of Gay and Lesbian Popular Culture.

En pleine crise du Coronavirus, une orgie alimentée par la drogue pleine de politiciens et de diplomates dans la capitale européenne de la bureaucratie est précisément la distraction dont nous avions tous besoin.

La soirée sexuelle s'est déroulée vendredi dernier, dans un bar de la capitale européenne situé rue des Pierres, au centre de Bruxelles et 25 hommes ont été retrouvés, ainsi que de la drogue et de l'alcool. Outre József Szájer, il y avait aussi d'autres diplomates.

Tous les hommes qui se trouvaient à l'intérieur du bar ont été condamnés à une amende pour ne pas avoir respecté la réglementation anti-coronavirus, car en Belgique il y a un couvre-feu nocturne depuis plus d'un mois, les contacts sociaux sont limités et les bars et restaurants sont fermés, entre autres mesures.

Rue des Pierres, 1 - Lieu des partouzes bruxelloises

David Manzheley, 29 ans, l'étudiant en doctorat qui organise régulièrement des soirées coquines chez lui, a assuré à Het Laatste Nieuws qu'il avait pris des précautions et que la soirée se déroulait « de manière responsable ». « J'ai invité dix amis et ils ont été autorisés à amener les leurs à une condition : tous les invités devaient déjà avoir eu le coronavirus et ne devaient présenter aucun symptôme. J'avais confiance : je savais que mes amis ne mentiraient pas à ce sujet. Pour être honnête, je ne vois pas où est le problème. Il y avait aussi deux infirmiers présents, ils ne pensaient pas non plus que c'était dangereux », a-t-il affirmé, sans expliquer le rôle que les infirmiers jouaient.

Il se trouve que le gouvernement hongrois, qui est composé du parti de l'eurodéputé, est régulièrement la cible des critiques des militants LGTBI+ qui le considèrent comme homophobe.

rue des Pierres, au centre de Bruxelles

 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Coronavirus, #Bruxelles, #2020, #Covid-19, #gang bang, #Politique, #Homophobie, #David Manzheley, #bacchanale, #Chemsex

Repost1