chanson francaise

Publié le 14 Juillet 2020

1.
Y en a qui vous parl'nt de l'Amérique,
Ils ont des visions de cinéma;
Ils vous dis'nt " Quel pays magnifique "
Notre Paris n'est rien auprès d'ça.
Ces boniments-là rend'nt moins timide,
Bref, l'on y part, un jour de cafard...
Ca f'ra un d'plus qui, le ventre vide,
L'soir à New York cherch'ra un dollar
Au milieu des gueus's, des proscrits,
Des émigrants aux cœurs meurtris;
Il pens'ra, regrettant Paris:
R.
Où est-il mon Moulin d'la Plac' Blanche?
Mon tabac et mon bistro du coin?
Tous les jours étaient pour moi Dimanche!
Où sont-ils les amis, les copains?
Où sont-ils tous mes vieux bals musette?
Leur javas au son d'l'accordéon?
Où sont-ils tous mes r'pas sans galette?
Avec un cornet d'frites à dix ronds
Où sont ils donc?
2.
D 'antres croyant gagner davantage.
Font des rêves d'or encore plus beaux
Pourquoi risquer un si long voyage
Puisque Paris est plein de gogos?
On monte une affaire colossale,
Avec l'argent du bon populo,
Mais un jour, crac ...c'est le gros scandale:
Monsieur couch'ra ce soir au dépôt!
Et demain on le conduira
Pour dix années à Nouméa.
Encor un de plus qui dira:
R.
3.
Mais Montmartre semble disparaître
Car hélas de saison en saison
Des Abbesses à la Place du Tertre,
On démolit nos vieilles maisons.
Sur les terrains vagues de la butte
De grandes banques naîtront bientôt,
Où ferez-vous alors vos culbutes,
Vous, les pauvres gosses a Poulbot?
En regrettant le temps jadis
Nous chant'rons songeant à Salis,
Montmartre ton " De Profundis! "

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Où est-il donc ?, #Fréhel, #Vincent Scotto, #1926, #Chanson française, #Lucien Carol, #1936

Repost0

Publié le 14 Juillet 2020

La chanson est une méditation sur la jeunesse enfuie.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 14 Juillet 2020

La version de Maurice de Paris.

Une musique composée par François Perpignan. 1864 - 1942

J'viens d'épouser Mamz'elle Mimi la pâtissière
Un beau p'tit choux un beau p'tit loup qu'a tout pour plaire
Eh! bien figurez vous,
D'puis que j'suis son époux
Je sais combien,
Oh oui combien
L'amour est doux
Aussi maintenant  il n'est plus rien qui m'asticote
Ni le ciel bleu, les p'tits oiseaux ni les bank notes
Quand on m'parle du printemps,
Des plaisirs excitant
En riant gaiement,
Je réponds simplement :

Refrain:
Tout ça n'vaut pas l'amour
La belle amour la vraie amour
L'amour qui nous enchante
Quand le coeur nous chante
La nuit et le jour
Tout ça n'vaut pas l'amour
Les p'tits bécots qu'on met autour
Voilà pourquoi je chante toujours
L'amour, l'amour l'amour

J'ai vu pourtant des choses bien extraordinaires
Des choses qui vous font monter l'sang dans les artères
J'ai vu «Looping the Loop», et "la belle Otéro"
J'ai vu le tsar, j'ai vu les courses de taureaux
C'que j'vous dit là c'est pour montrer qu'j'suis pas novice
J'connais les jeux, les p'tites histoires, à votr' service
Eh ben toutes les beautés,
Toutes les célébrités
Les jeux, les sports,
Le progrès,  les trésors...

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Tout] Ça ne vaut pas l'amour, #Maurice Chevalier, #Chanson française, #1950, #François Perpignan

Repost0