cinema

Publié le 19 Avril 2021

L'Île du docteur Moreau

L'Île du docteur Moreau

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Sciences, #cinéma, #2021, #L'Île du docteur Moreau

Repost0

Publié le 27 Mars 2021

Le Cine Latino était l'un des plus grands cinémas de Mexico, situé sur le côté sud du Paseo de la Reforma, le boulevard emblématique de la ville, au n° 296, dans le quartier Zona Rosa du quartier Colonia Juárez.

La construction a commencé en 1942 et a été inaugurée le 20 avril 1960, les travaux étaient à la charge des architectes Gabriel Romero, Carlos Vergara et Guillermo Salazar, il a été l'un des premiers cinéma à avoir son propre parking, ce qui n'était pas très courant. À son apogée, il utilisait la technologie D-150 pour les projections d'écran incurvé, dans les années 70-80, c'était le premier écran à son surround.

Il avait deux étages et une capacité de 1850 spectateurs à l'origine, et après rénovation, il pouvait en contenir 2500. Il a souvent accueilli des premières telles que "Lola la Trailera".

Le site est maintenant occupé par la Torre Reforma Latino, l'un des plus hauts bâtiments du Mexique.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Zona Rosa, #Cine Latino, #Cinéma, #Mexique, #Torre Reforma Latino, #1942, #Colonia Juárez, #1960, #Mexico, #cinéma mexicain

Repost0

Publié le 30 Décembre 2020

Il est plus facile de tuer une personne que d'aimer un homme.

Le court métrage documentaire "Imperdonable", qui raconte l'histoire d'un membre d'un gang homosexuel à la retraite, qui purge sa peine en isolement dans une petite cellule et se convertit à la religion évangélique, est le reflet de la société salvadorienne

Avec ce documentaire, il est clair que dans les prisons, il y a tout un univers d'histoires qui méritent d'être racontées et rendues visibles pour que les sociétés apprennent à ne pas répéter les mêmes erreurs à l'égard de leurs citoyens. Mais dans le cas particulier d'El Salvador, il est essentiel de comprendre que ce ne sont pas des lieux destinés à la réintégration, mais à la punition, un schéma qui se répète dans une grande partie de l'Amérique latine.

Le documentaire, qui pourrait être la première production salvadorienne à être nominée pour un Oscar, compte déjà trois prix internationaux et son accueil a été "très bon", a déclaré le documentariste espagnol.

Ce n'est pas un film sur les gangs, bien que les personnages aient été membres de gangs, mais c'est un film qui montre une réalité très complexe et qui, qu'on le veuille ou non, c'est aussi le reflet de la société dans laquelle nous vivons.

Marlén Viñayo

Voir les commentaires

Repost0