cinema

Publié le 4 Février 2020

Voir les commentaires

Repost1

Publié le 3 Février 2020

Dans « La Llorona », film fantastique guatémaltèque de Jayro Bustamante, une servante indienne force son patron, un général, à affronter son passé criminel.

« La Llorona » : le cri vengeur d’une naïade guatémaltèque

Selon la légende, la Llorona est un fantôme qui cherche ses enfants. Aujourd’hui, elle pleure les morts du génocide des indiens mayas. Un général responsable du massacre mais acquitté est hanté par une Llorona. Serait-ce Alma, la nouvelle domestique? Est-elle venue le punir?

La version originale de la légende est d'origine mexicaine. Cette mystérieuse femme serait la déesse Cihuacóatl, vêtue comme une dame de cour précolombienne, qui criait lors de la Conquête du Mexique : "Oh, mes enfants ! Où pourrais-je vous emporter pour ne pas tous vous perdre ?" en annonce de terribles événements.

Cette déesse était également bien connue pour être la sainte patronne des femmes qui meurent lors de l'accouchement, car elle était la première femme à avoir un enfant et pour cette raison, elle était considérée comme protectrice de l'accouchement et en particulier des femmes qui en ont péri. Avec ses pouvoirs, il a aidé et guidé des médecins, des saignements, des sages-femmes et des chirurgiens. Après ces histoires, de nombreux chercheurs s'accordent à dire que la célèbre légende de Llorona pourrait avoir son origine.

Le mot maya signifie maïs, céréale qui tient une place primordiale dans les mythologies précolombiennes et dans la vie quotidienne des Mayas au point qu'ils se sont désignés eux-mêmes comme les « hommes du maïs » depuis une très haute antiquité. Au Guatemala, le génocide des Mayas-Ixils par l'armée a commencé en 1960 pour s'achever en 1996. Il a fait plus de 200 000 morts. Les Mayas étaient considérés, et le sont toujours, comme des sous-hommes. Villages brûlés, déportations, exécutions sommaires, tortures, viols, exactions en tout genre furent pendant plus de 30 ans le lot commun de la population indienne.

Le titre de ce film ("La femme qui pleure") est dérivé d'une figure du folklore latino-américain: une mère qui noie ses enfants dans un accès de désespoir après avoir été abandonnée par son mari. Elle est vouée à chercher leur âme chaque nuit en pleurant le long de la rivière. Mais à un niveau plus profond, la légende fait également référence au chagrin des peuples autochtones face à l'oppression et à la violence après que les Européens ont conquis leur habitat.

Bustamante relie cette histoire à l'histoire récente du Guatemala. Après un par le C.I.A. coup d'État soutenu, une dictature militaire est arrivée au pouvoir. Pendant une guerre civile qui a duré de nombreuses années, la population maya a été principalement prise pour cible, des villages entiers étant incendiés et massacrés.

Dans le film, nous voyons comment un ancien général sadique doit rendre compte de ce génocide 30 ans plus tard devant les tribunaux. Il est condamné en 2013 puis acquitté en appel sous la pression politique et économique pour "erreurs de procédure". Ce processus s'est en fait déroulé de cette façon. Mais le reste est de la fiction, avec une inclinaison magique et réaliste.

Après l'acquittement, le général se retranche avec sa femme, sa fille et sa petite-fille dans sa luxueuse villa, où il est assiégé par une foule indignée, qui réclame justice. Les manifestants sont tenus à distance par les forces de police, mais leur appel se fait entendre jusqu'à la maison. En plus de cette agitation pendant la journée, le général commence également à entendre des bruits dérangeants la nuit, dont il ne peut pas découvrir la cause. C'est comme s'il entendait une femme appeler et pleurer. Il est le seul qui en souffre ce qui le rend très tendu. Après un incident au cours duquel il tire presque accidentellement vers sa femme, presque tout le personnel s'est enfui.

Une jeune femme de chambre indigène au regard mystérieux est recrutée pour aider la gouvernante restante, mais son arrivée apporte des choses encore plus étranges. L'Alma silencieuse avec ses grands yeux et ses cheveux longs est accompagnée d'une grenouille, la nuit vous la voyez flotter dans la piscine et où elle passe des inondations spontanées se produisent à divers endroits de la maison. Toute cette eau fait référence à l'histoire traumatisante d'Alma et de son peuple et aux atrocités du général et de ses soldats.

Heureusement, ces faits sont suggérés plus que ce qui est montré dans le film. Par exemple, ils sont discutés dans des rêves d'anxiété récurrents, dont la femme du général souffre la nuit. Tout en ignorant et en niant initialement le sinistre passé, la terrible vérité se dessine progressivement sur elle, puis se retourne contre son mari.

Le général lui-même, en revanche, ne semble jamais douter de la justesse de ses décisions et actions antérieures. Il n'a aucun remords pour sa conscience et ses hallucinations nocturnes n'en sont donc pas l'expression.

Bien que le film se déroule en grande partie dans l'environnement claustrophobe de la maison du Général, les scènes les plus impressionnantes se déroulent au tribunal. Les femmes mayas, cachées derrière un voile, témoignent sereinement des terribles événements de quelques décennies auparavant. De tels témoignages peuvent conduire à un processus de purification pour les deux parties, à condition que les coupables reconnaissent leurs erreurs et rendent des comptes au public.

C'est le mécanisme de travail des soi-disant «commissions de vérité», comme celles de l'Afrique du Sud. Mais bien qu'une commission vérité ait également travaillé au Guatemala, cela n'a pas donné le résultat souhaité. Bustamante montre que le Guatemala n'est pas encore clair avec ce passé sanglant dans ce fascinant mélange de politique et de mythologie, dans lequel La Llorona agit comme une déesse de la vengeance.

Le film est décrit ici et là comme une impression d'horreur, mais cela nuit à la complexité, à la belle photographie, à l'atmosphère fascinante et au message captivant de celle-ci.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Cinéma, #Jayro Bustamante, #La Llorona, #2019, #Cihuacóatl, #Mayas

Repost0

Publié le 21 Novembre 2019

Actuellement, les collectifs "Laisse Les Filles Tranquille" et "Paye Ton Tournage" ont ainsi mené une action contre les deux UGC qui programment le film à Bruxelles, et contre le cinéma indépendant Palace.

Pour voir ce film équivaut pour d'autres à être insensible à la pédophilie et la pédocriminalité. C'est bien triste.

L'affaire Dutroux est une affaire criminelle qui a eu lieu en Belgique en 1996, de viols et de meurtres sur des enfants et de jeunes adolescentes, ainsi que d'activités relevant de la pédophilie, et fut condamné pour ces faits.

Des plaintes en Afrique contre Luk Delft, un prêtre belge, déjà condamné pour pédophilie en Belgique publient également les médias. L'ex-secrétaire général de Caritas Centrafrique est soupçonné d'avoir violenté sexuellement des enfants.

Mais pour quelle raison la pédophilie est-elle à ce point courante et banalisée en Belgique ?

Quand la justice ne fait plus son job ... .

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Cinéma, #Roman Polanski, #Belgique

Repost0