cinema

Publié le 7 Novembre 2019

Le film inspiré par autobiographie de Hari Sama est une plongée joyeuse et énervée dans l'underground punk / new wave de Mexico au milieu des années 80.

Aux portes de la Coupe du monde de football 1986, Carlos (Xabiani Ponce de León), un garçon de dix-sept ans, préfère écouter de la musique et admirer Rita, la sœur de son meilleur ami, Gera. Leur vie monotone se termine lorsque le groupe gothique de Rita leur présente une boîte de nuit clandestine, "El Azteca". Tous les deux seront fascinés par ce monde de performances, d’ambiguïté sexuelle et de drogues. Cependant, dans cette exploration de leurs nouvelles identités, leur amitié sera également testée.

Il y a eu beaucoup de films d'adultes dans la scène punk, notamment parce que le cinéma indie a vraiment pris son envol dans les années qui ont immédiatement suivi les beaux jours du punk et de la New Wave, lorsque les enfants ont grandi sur cette musique. fraîchement sorti de l'école de cinéma. Néanmoins, le quatrième long métrage de Hari Sama en tant que scénariste-réalisateur est quelque chose de spécial et l’un des meilleurs de son sous-genre.

 

Mais le film est suffisant et profond parce qu’il aborde différents thèmes de jeunesse, principalement celui de la recherche d’identité d’une manière vibrante et effrénée, qui sait capter l’essence punk qui se manifeste dans le monde souterrain de «El Azteca» et que souligne le titre du film, ce n'est pas Berlin.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Esto no es Berlín, #This Is Not Berlin, #Cinéma, #Hari Sama, #Mexico, #Gay, #Culture gay

Repost1

Publié le 7 Novembre 2019

Cet article est reposté depuis Mon monde, mon univers.

Voir les commentaires

Rédigé par Mia Holger

Publié dans #Luis Buñuel, #Las Hurdes, tierra sin pan, #Cinéma, #Espagne

Repost1

Publié le 7 Novembre 2019

C’est au Mexique que je suis devenu un professionnel du cinéma. Avant d’être amateur, j’ai appris le métier ici.

Luis Buñuel

Après le soulèvement militaire dirigé par le général Francisco Franco en Espagne et la victoire suivante dans la guerre civile, de nombreux intellectuels et hommes politiques de couleurs politiques différentes du nouveau gouvernement autoritaire ont décidé d'émigrer vers d'autres pays européens et Amérique latine. Luis Buñuel, l'initiateur du cinéma surréaliste avec «Un Chien Andalou» (1928), court métrage co-réalisé par son ami le peintre Salvador Dalí, était l'un d'entre eux.

Scripts, photographies et réflexions du cinéaste intègrent cette exposition qui sera disponible à partir du 30 octobre. Une visite guidée par la voix de Luis Buñuel lui-même arrive à la galerie nationale Cineteca. Du 30 octobre 2019 au 19 avril 2020, l'exposition Buñuel au Mexique offrira une vue d'ensemble des productions mexicaines de cet héritier du surréalisme. Luis Buñuel a filmé 32 films dont 21 mexicains, car il y a découvert un surréalisme original et vivant. 

La Galerie nationale de la cinéteca est ouverte du mardi au dimanche de 11h à 21h. L’entrée coûte 65 pesos ou 45 pesos pour les étudiants, les enseignants, les bénéficiaires de l’INAPAM et les enfants de moins de 25 ans. Les réductions s'appliquent uniquement aux guichets.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Luis Buñuel, #Cinéma, #Mexique, #Mexico, #2019, #Cineteca, #Exposition

Repost0