colonialisme

Publié le 14 Juin 2020

Alice Seeley Harris: la femme qui a expulsé Léopold II du Congo. Le mensonge monte par l’ascenseur, la vérité monte elle aussi, mais par l'escalier.

Alice Seeley Harris fut une missionnaire au Congo belge, qui acheta un appareil photo en 1904 et créa le premier scandale humanitaire de l’histoire contemporaine en donnant à voir les violations des droits de l’Homme au Congo, alors colonie privée de Léopold II.

 

Alice Seeley Harris et son mari le révérend John H. Harris étaient missionnaires dans l'État libre du Congo à la fin des années 1890. Alice a produit une collection d'images documentant les horribles abus des travailleurs africains du caoutchouc. Ses photographies sont considérées comme un développement important dans l'histoire des campagnes humanitaires. 

Ses photographies ont contribué à mettre en lumière les violations des droits de l'homme dans l'État indépendant du Congo sous le régime du roi Léopold II.
Ses photographies ont contribué à mettre en lumière les violations des droits de l'homme dans l'État indépendant du Congo sous le régime du roi Léopold II.
Ses photographies ont contribué à mettre en lumière les violations des droits de l'homme dans l'État indépendant du Congo sous le régime du roi Léopold II.

Ses photographies ont contribué à mettre en lumière les violations des droits de l'homme dans l'État indépendant du Congo sous le régime du roi Léopold II.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 13 Juin 2020

La municipalité d'Ixelles a récemment annoncé qu'elle souhaitait se débarrasser du buste.

De plus en plus de statues coloniales sont dégradées, endommagées ou enlevées à Bruxelles. Vendredi était une statue du général controversé Storms. Émile Pierre Joseph Storms était un général qui, par ordre de Léopold II, a conquis de grandes parties de l'État libre du Congo - la propriété privée du roi. Cela s'est produit régulièrement avec l'effusion de sang. Bien qu’un monument le célèbre, square de Meeûs à Bruxelles, l'histoire d'Emile Storms est largement méconnue dans son pays natal, un buste à son effigie est érigé au Square de Meeûs à Ixelles.

Si on creuse un peu, comme l’a fait le journaliste Michel Bouffioux que nous félicitons pour son travail d’enquête, on découvre que cet homme collectionnait les cranes de ses ennemis dans les premiers temps de la colonisation au Congo. Emile Storms commandait alors la 4ème expédition de l’Association Internationale Africaine dans la région du Lac Tanganyka. Sous les ordres de Léopold II, il faisait partie des chefs de file de l’entreprise de conquête coloniale que les belges menaient en Afrique.  Pour assoir sa domination et celle de son armée, il s’est livré à une guerre de territoire sanguinaire. Les villages des chefs locaux qui refusaient de se soumettre à son autorité étaient systématiquement incendiés et pillés, les femmes violées.

Mais Storms n’était pas qu’un soldat qui exécutait les ordres venus d’en haut. Il était ardent défenseur de l’idéologie raciste et convaincu de la supériorité des blancs européens. En témoignent les trois cranes de chefs insoumis qu’il ramena en Belgique comme des trophées des crimes qu’il a fièrement commis ainsi que les extraits de son journal conservé au Musée de l’Afrique centrale à Tervuren. Cette histoire méconnue du grand public n’est pas celle d’un seul homme.  

Pour consolider son pouvoir dans la région, pendant les années 1884 et 1885, Storms a lancé une série d'attaques contre Lusinga et ses partisans. Il a pillé leurs villages et a ramené le butin à son fort à Mpala, où une partie a été perdue lorsque le fort a brûlé.

Storms n’a jamais été condamné. Pis, à son retour, il est félicité par les autorités, invité à raconter ses aventures africaines et à exhiber ses « butins de guerre » macabres. Son zèle et son investissement dans la mission « civilisatrice » de l’Afrique centrale lui a valu d’être décoré à de nombreuses reprises. 

Aujourd’hui, deux des trois cranes sont toujours conservés à l’Institut Royal des Sciences naturelles de Belgique (IRSNB) mais n’ont jamais été exposés. Rangés puis oubliés, ces restes humains ont eu le même destin que l’histoire qu’ils renferment.

Les autorités communales ont toutefois annoncé le 28 mai 2020 que celui-ci serait déplacé sous peu au Musée royal de l'Afrique centrale en vue d'être "contextualisée". Deux semaines après cette communication, la statue est retrouvée couverte de peinture rouge, symbole de sang. Un autre monument lui a été érigé dans sa ville natale de Wetteren.

D'après ses propres notes, les campagnes menées par Storms et ses hommes n'ont pas été sans violences. Il s'attribue notamment l'exécution du chef Lusinga lwa Ng'ombe : « Je fais apporter la tête de Lusinga au milieu du cercle. Je dis : ‘Voilà l’homme que vous craigniez hier. Cet homme est mort parce qu’il a toujours cherché à détruire la contrée et parce qu’il a menti à l’homme blanc ».

 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 12 Juin 2020

Los actos de vandalismo contra las estatuas del rey Leopoldo II, así como las peticiones que exigen su retirada del espacio público, o su mantenimiento, se han multiplicado en los últimos días a raíz de las manifestaciones en memoria de George Floyd y, en general, contra el racismo. institucional y las injusticias sufridas por muchas personas de color, no solo en el mundo sino también en Bélgica.

Si bien surgió una voluntad política para "descolonizar el espacio público" con el fin de sanar las heridas de nuestra historia directamente heredadas del reinado de Leopoldo II.

El príncipe Laurent de Bélgica volvió a hacer el ridículo.

El Príncipe Lorenzo de Bélgica no ve cómo Leopoldo II "podría hacer sufrir a la gente en el Congo"

"Solo tienes que ver lo que el Rey Leopoldo II hizo por Bélgica y lo entenderás". "

"Debes saber que había muchas personas que trabajaban para Léopoldo II y estas realmente abusaron, pero no es por eso que Léopold II abusó"

El Príncipe Lorenzo de Bélgica

El Príncipe Lorenzo de Bélgica no ve cómo Leopoldo II "podría hacer sufrir a la gente en el Congo"

¡Patético! ¿Qué pasa con su administración colonial en el Congo? ¿De dónde vienen las órdenes de matar, de cortar las manos de los nativos? ¿Quién trajo toneladas de materias primas fuera del país? ¿Qué derechos vienen los belgas a establecerse en el Congo?

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Congo belge, #Laurent de Belgique, #Belgique, #Leopold II, #Colonialisme, #Leopoldo II

Repost0