colonialisme

Publié le 19 Avril 2021

Qu'est-ce qui lie Gand à Verapaz au Guatemala? La réponse: la première colonie belge oubliée!La Belgique a envoyé ses fils au Guatemala, mais les a négligés par la suite.

En 1830, la Belgique prend son indépendance des Pays-Bas, mais ne peut prétendre au moindre territoire de l'empire colonial néerlandais. Après avoir fait jouer son réseau pour assurer la survie et les frontières de son nouveau pays, le roi Léopold Ier se sent rapidement à l'étroit dans son petit territoire. Persuadé que le rayonnement viendra de la puissance coloniale, mais totalement inexpérimenté, il soutient une cinquantaine d'initiatives diverses (commerciales, privées, gouvernementales ou mixtes), dont aucune ne sera pérennisée. Parmi celles-ci : dans le district de Santo Tomás de Castilla au Guatemala par la Compagnie belge de colonisation à partir de 1841

Dans les années 1843-1844, plusieurs centaines de familles belges ont été amenées au Guatemala à bord de voiliers pour y établir une colonie de peuplement d'outre-mer dans la baie de Santo-Tomas de Castilla, dans la région de Verapaz. Sachant que certains sont revenus, cela semble un chemin fou et incroyable de penser que les gens ont été initialement envoyés à Verapaz pour "nettoyer la racaille" - comme cela a été dit dans la tradition populaire. 

(¿Quién viene con nosotros a Verapaz?
Ahí no tendrás que trabajar
Solo bebe y come cómodamente
Y dormir como un chanchito)

Presque tout a mal tourné. Pas des moindres. un manque de soutien de l'Etat belge. Mais aussi: la chaleur torride, les insectes, le déclenchement d'épidémies, le désespoir qui a conduit à l'alcoolisme…de nombreux colons meurent dans des circonstances désastreuses.

Cette vieille chanson populaire gantoise du début du XXe siècle renvoie à une partie méconnue de l’histoire de Belgique


En 1840, la «Société belge de colonisation» avait été créée, une sorte de collaboration entre la Couronne (l'État) et des hommes d'affaires privés, et lorsque ladite société achetait les droits sur les revenus, elle ne connaissait même pas la nature juridique de Santo Tomás et de la l'instabilité politique que vivait l'Amérique centrale. Lorsque les Belges sont arrivés au Guatemala, ils ont constaté que le président Rafael Carrera avait retiré les droits aux Anglais, de sorte qu'ils pouvaient difficilement les vendre légalement aux Belges. Ceux-ci cessèrent alors de s'intéresser à Verapaz et optèrent pour des revendications plus modestes, tandis que le rapprochement entre la Couronne et les industriels continuait de s'imposer dans le petit pays européen.

Santo Tomás avait l'intérêt d'être l'une des premières possessions belges, après l'échec de la tentative d'achat de Cuba. À Santo Tomás on a essayé d'établir un système basé sur l'exploitation du travail selon les races, étant les indigènes payés en nature et les produits exploités principalement la cochenille, le café et le tabac. De Santo Tomás, on a essayé d'établir un canal terrestre-fluvial vers l'intérieur du Guatemala et le Pacifique, pour lequel le fleuve Motagua serait utilisé. Une autre série de canaux partirait de la Bahía Graciosa jusqu'à divers points des Caraïbes, et étendrait ainsi l'influence belge au Nicaragua, pour contrôler le canal qui traverserait ce pays. Pour tout cela, le roi Léopold Ier accorda des subventions en 1842 et 1843, décrivant les hommes d'affaires comme «les hommes les plus honorables de Belgique».

 

Il y avait aussi un intérêt «civilisateur» fondé sur la prétendue supériorité des blancs, qui avait la bénédiction des autorités ecclésiastiques, en particulier de l'archevêque de Malines. Ainsi, la réalité était tiraillée entre l'éthique et le profit, tandis que le système d'exploitation tentait de coexister avec l'appropriation communautaire. Bientôt, il y eut un écart clair entre les attentes et la réalité, prétendant que les classes populaires belges avaient été déplacées à Santo Tomás pour éviter leur misère et leur manque de travail.

Les jésuites, pour leur part, voulaient imiter les réductions qu'ils avaient effectuées notamment au Paraguay, alors que leurs opposants les jugeaient «ennuyeuses à tous points de vue», puisque le produit de la communauté était livré à l'administration et cela le distribuait équitablement entre les travailleurs. Un premier échantillon d'opposition entre le communautarisme jésuite et le libéralisme politique qui a fait son chemin. Il fallait séparer, disaient les colonisateurs, les affaires du monde spirituel. La vérité est que sur les 882 personnes qui ont été déplacées au Guatemala, beaucoup d’entre elles étaient malades et seulement 286 - les auteurs que je suis - soulignent - étaient une population active.

En 1845, un témoin de la colonie, Alexandre Pottie, décrit la situation comme suit: Il me semble que nous marchons au milieu d'un vaste cimetière dans lequel les habitants ont abandonné leurs tombes silencieuses, pour nous montrer leurs blessures et leurs misères. De tous ceux que nous avons vus, aucun n'avait de signe de santé sur le visage...Plus tard, les Français ont participé à l'exploit express, jusqu'à ce que l'État prenne le contrôle de la situation et mette fin au rêve d'ambitions misérables.

 

 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 19 Avril 2021

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Colonialisme, #photographie coloniale, #Photographie, #Histoire, #Daniel Foliard

Repost0

Publié le 19 Avril 2021

Les deux hommes ont lancé leur entreprise dans le but de vendre les photographies coloniales d'Afrique et du Moyen-Orient

Un jeune porteur d'eau.

Un jeune porteur d'eau.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Photographie coloniale, #Orientalisme, #1920, #Le Caire, #égyptomanie, #Colonialisme, #Lehnert & Landrock, #Photographie

Repost0