cote d'ivoire

Publié le 27 Décembre 2020

Le chocolat. Une fierté belge au goût amer.

Le chocolat belge est apprécié de tous, mais sa production a un côté sombre: le travail des esclaves et des enfants dans les plantations de cacao, ainsi que la destruction de la forêt tropicale. Cette matière première est produite dans des conditions plus que douteuses.

En Côte d'Ivoire, ce côté trouble de la production de cacao et de chocolat est particulièrement évident. De nombreuses personnes, y compris des enfants, viennent du Burkina Faso pour fuir la sécheresse et la famine. En Côte d'Ivoire, ils cherchent du travail, souvent seuls, sans leur famille, dans l'une des nombreuses plantations de cacao. Les conditions de travail sont rudes: machettes tranchantes, charges très lourdes, herbicides toxiques et manque de vêtements de protection.

90% de la forêt tropicale de Côte d'Ivoire a déjà été détruite. Tout cela se produit au vu des grandes sociétés internationales de cacao et de l'industrie du chocolat, telles que Nestlé, Cargill ou Ferrero. En 2001, les entreprises ont accepté de mettre fin au travail des enfants, à l'absence de salaire minimum et à la destruction de la jungle. Mais vingt ans plus tard, aucun de ces objectifs n'a été mis en œuvre. Ce rapport émouvant offre un aperçu de l'autre côté de l'industrie du chocolat et de ses produits de luxe sucrés.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Chocolat, #Cacao, #Esclavage, #Nestlé, #Cargill, #Ferrero, #Environnement, #Côte d'Ivoire, #chocolat belge

Repost0