Articles avec #cuisine tag

Publié le 10 Janvier 2018

Les carnitas (littéralement en français : « petites viandes ») sont un plat de la cuisine mexicaine originaire de l'état de Michoacán. Les carnitas sont élaborées en faisant braiser ou mijoter (en) du porc dans de l'huile ou du lard pour l'attendrir. Le processus prend de trois à quatre heures, et le résultat est une viande tendre et juteuse qui est généralement servie avec des feuilles de coriandre (cilantro), des ognons coupés en dés, de la salsa, du guacamole, des tortillas et des frijoles refritos (fèves frites). La façon traditionnelle de les préparer est d'assaisonner la viande et les tripes de porc avec du sel et de la tequesquite, bien que cela dépende de la personne qui prépare la recette, cela peut varier. Par exemple, il peut être assaisonné avec des herbes et des épices telles que le poivre noir, l'ail, le bouillon de poulet en poudre, etc., ainsi que d'être salé modérément. Une fois que les portions de porc ont été frites, une solution qui peut inclure du cola, du jus d'orange, de la bière, de l'eau et du lait est ajoutée à la poêle, avec la friture, et agitée pour éviter la formation. des adhérences. Cette dernière addition sert à donner le ton doré caractéristique au plat.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #cuisine mexicaine, #Gastronomie, #Cuisine

Repost0

Publié le 2 Novembre 2017

Les moules marinières sont parfois considérées comme le plat national belge. Mais les belges ignorent que l'Espagne est le deuxième producteur de moules dans le monde après la Chine, qui a pris la première position avec un avantage confortable. Il existe essentiellement deux types le long des côtes de la péninsule ibérique, la moule méditerranéenne et la moule galicienne (mytilus edulis). Ce dernier se trouve sur toute la côte atlantique et, bien entendu, la Galice est le principal producteur. La pêche se déroule par ailleurs dans des conditions très strictes. C'est pour cette raison que la moule galicienne est cultivées de manière écologique. Tout est analysé et contrôlé pour offrir un environnement le plus naturel.

 

Les moules marinières est un des plats de ce mollusque. La moule galicienne possède l'appellation d'origine protégée (D.O.P.) et est l'un des fleurons de la gastronomie galicienne.

Ce précieux mollusque de couleur orange et de chair délicate est un aliment fantastique d'une grande valeur nutritive. Les moules à la marinière n'ont donc rien à voir avec cet espèce de bouillon de céleri que l'on sert dans les tavernes belges.


 

Moules à la marinière, découvrez la recette pas à pas.

Les moules marinières sont un plat très typique de la gastronomie galicienne, en particulier dans la région des Rías Bajas, étant également très populaire dans d'autres régions de l'Espagne. Les moules sont préparées dans de la sauce marinière. Les recettes dites "à la marinera" consistent généralement en un produit marin, généralement des mollusques bivalves: palourdes, moules, etc., avec une sauce qui porte toujours du vin blanc et d'autres ingrédients qui varient selon les cas: oignon, ail, persil, paprika ou safran. La sauce a généralement une couleur rouge en raison de l'utilisation de paprika doux. Parfois, la poudre de piment est ajoutée, ce qui lui donne une saveur légèrement épicée.

La recette classique par excellence c'est : La Marinière ! Simple, succulente et rapide à réaliser, en voici les secrets.

1 kg de moules galiciennes.
1 oignon.
2 gousses d'ail.
1 tomate
3 cuillères à soupe de sauce tomate.
Persil haché
1 verre de vin blanc.
1/2 cuillère à café de paprika doux.

Ce plat est habituellement servi traditionnellement dans un pot en argile et est cuit sur une sauce d'oignon, de tomate et de vin blanc, aromatisé et coloré au paprika.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Espagne, #Cuisine, #Gastronomie, #Rías Bajas, #Galicia

Repost0

Publié le 1 Avril 2015

Rôtissoire dans un restaurant kebab

Rôtissoire dans un restaurant kebab

Les uns en raffolent, les autres le détestent. Le kebab est entré dans les habitudes alimentaires des Français. Pour le meilleur... et parfois pour le pire. En France, on consomme chaque année 310 millions de kebab, soit 10 kebabs chaque seconde. 
 
« kebab » est un mot qui a pour origine « kebap » qui signifie en turc « viande grillée « . En Turquie, ce sandwich est appelé « döner kebab » (c'est-à-dire « grillade tournante ») et se compose de déchets de viandes variées, de salades, de tomates et d'oignons
 
Si ces déchets gastronomiques sont proposés sous forme de cuisine de rue dans nos pays, je considère que ces produits très sensibles et très dangereux surtout s'ils sont mis entre les mains de personnes qui ne sont pas formées aux risques qu'ils peuvent occasionner sur la santé publique. Pourtant ce type de restauration se multiplie partout et générallement sans contrôles suffisants. Je pense qu'il faudrait prendre le problème de ce type de restauration à bras le corps dans un esprit de prévention active. Le kebab est actuellement le « fast-food le plus malsain qui soit ».  
 
Nuisances olfactives
 
Un autre problème a prendre en considération est celui des nuisances provoquées par des odeurs (nuisances olfactives) qui peuvent, dans certains cas, être considérées comme un trouble anormal de voisinage et, à ce titre, être sanctionnées. Les nuisances olfactives perturbent la qualité de vie et induisent également des problèmes connexes de santé publique. 
 
Qui, après avoir mordu sur un morceau de gras, la bouche pleine de frites collant le palais, ne s'est pas juré que jamais, plus jamais, il ne commettrait à nouveau l'erreur d'acheter un kebab ?Pourtant un nouveau phénomène apparaît dans la mesure où des restaurateurs tente à redorer le blason en proposant une version « de qualité » avec des produits bien choisis ou d'origine biologique (pain maison, viande de boucher, sauce maison etc.)

 

Qui dit kebab, dit malbouffe, salmonellose et ... nuisances olfactives !

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #cuisine, #2015, #santé, #France

Repost0

Publié le 9 Janvier 2011

La chakchouka, tchoutchouka ou chouchouka ou mekbouba ou tastira (selon les juifs de Sousse), selon la région, est un plat maghrébin en provenance de la Tunisie. Le mot d'origine berbère signifie « mélange ». Il s'agit d'une base de plat aux poivrons ou aux piments verts ou rouges, et le plus souvent aux oignons et à la tomate.

La chakchouka, tchoutchouka ou chouchouka ou mekbouba ou tastira (selon les juifs de Sousse), selon la région, est un plat maghrébin en provenance de la Tunisie. Le mot d'origine berbère signifie « mélange ». Il s'agit d'une base de plat aux poivrons ou aux piments verts ou rouges, et le plus souvent aux oignons et à la tomate.

La chakchouka peut devenir la base d'autres plats avec des courgettes, des pommes de terre, de la citrouille ou de la viande séchée (kaddid).

Cette recette peut s'agrémenter de pommes de terre coupées en fines tranches et frites à l'huile, d'olives noires ou de fèves cuites à la vapeur.

En Algérie et en Tunisie, la variante la plus courante est une préparation avec oignons et tomates sur laquelle on ajoute à la fin des œufs brouillés ou cuits en surface. En Tunisie encore, elle s'accompagne parfois de merguez, avec ou sans œufs. Elle peut aussi être préparée avec de l'ail à la place des oignons.

En Turquie, la variante la plus commune comporte de l’aubergine, du poivron, de l’oignon, de l’ail et de la tomate. L’assaisonnement de la şakşuka comprend le sel, le sucre, le poivre, le paprika et l’huile d’olive. Le plat est servi avec une garniture de yaourt.

La chakchouka est aussi populaire dans la cuisine israélienne où elle a été introduite par les Juifs algériens et tunisiens. Elle est également appelée tastira chez les Juifs de Sousse.

La chakchouka, la ratatouille tunisienne

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Tunisie, #cuisine, #gastronomie

Repost0

Publié le 26 Décembre 2010

Le fruit du figuier de barbarie, ou figue de Barbarie, est une baie charnue, uniloculaire, à nombreuses graines (polyspermique) dont le poids peut varier de 150 à 400 g. 

Il est l’un des cactus les plus cultivés dans le monde. Originaire du Mexique, où elle est appelée « nopal ». Elle figure sur le drapeau mexicain. Inconnue en Europe avant les voyages de Christophe Colomb, la plante fut décrite de façon précise en 1535 par l'Espagnol Gonçalo Hernandez de Oviedo dans son livre "Histoire des Indes occidentales".

Sur le plan environnemental, la culture de ce cactus permet la préservation des sols contre l’érosion, la lutte contre la désertification et la conservation de la biodiversité, tout en contribuant à la régénération des espèces végétales spontanées et à la constitution d’un microclimat favorable au développement d’une faune et une flore très diversifiées.

Le Cactus est considéré comme étant l’une des plantes les plus rentables économiquement, car elle permet aux agriculteurs de diversifier les activités génératrices de revenu (apiculture, extraction d’huile de cactus, vente des figues fraîches ou séchées…).

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e4/Kabylie_-_figuier_de_Barbarie.jpg/800px-Kabylie_-_figuier_de_Barbarie.jpg

Le fruit dérive de l'ovaire infère adhérent au réceptacle floral. Sa couleur est variable selon les variétés : jaune, rouge, blanc... La forme est également très variable, non seulement selon les variétés mais aussi selon l'époque de formation : les premiers sont arrondis, les plus tardifs ont davantage une forme allongée de pédoncule. Le nombre de graines est très élevé ; de l'ordre de 300 pour un fruit de 160g. Selon des centaines de recherches effectuées sur le cactus partout dans le monde, les chercheurs ont démontrés des bienfaits thérapeutiques et médicinaux de la figue de barbarie. Et si un jour on se met à hésiter à consulter un médecin pour un banal bobo ou manger un bon "zaaboul" ou "héndi", le mérite reviendra aux scientifiques qui ont mis en valeur toutes les vertus de ce fruit magique.

La figue de barbarie à la pulpe orangée et douce est utilisé autant que anti-inflammatoire, anti-viral, anti-bactérienne, anti-oxydante (le stress), anti-ulcère, anti-diabétique (diabète type 2), antirides (elle contient la vitamine E), anti-cancer, cicatrisante, diminue le cholestérol et l'obésité. Il est utilisée aussi dans l'industrie cosmétique : gel, crème de lifting, crème de soin, crème anti-rides, champoing et même parfum. Mais les siciliens ont été les premiers en méditerranée d'avoir élaboré une excellente confiture qu'on pourrait appeler au Maroc al karmouss al handia. Il est amusant de noter que dans certaines parties du Maghreb, on appelle ce fruit karmouss nssara, « figue des Chrétiens » !

Les siciliens ont élaboré une confiture exceptionnelle, un goût unique.  Vous serez également éblouis par la couleur lumineuse de cette douceur. C'est un produit artisanal, sans colorant ni conservateur. La recette régional provient de la ville de Bronte. Au petit déjeuner en tartine, dans des yaourts, avec un sorbet, de la glace ou sur un fond de tarte aux fruits ou accompagnant du foie gras !

Matières premières

Figues de barbarie de Sicile fraiches (50%), sucre de canne (49%), jus de citron frais (1%). Gélifiant : pectine de fruits.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a1/Opuntia_ficus-indica_fruit9.jpg/800px-Opuntia_ficus-indica_fruit9.jpg

  • Pelez (sans vous piquez !) des figues de Barbarie (que vous avez choisi bien mûres, c'est-à-dire plutôt rouges !) pour obtenir 1 kg de chair de fruit. La cueillette des figues de Barbarie est un exercice périlleux, les ardillons pénètrent dans la peau et n'en ressortent que difficilement.
  • Coupez les figues de barbarie en fines rondelles et mettez-les dans votre bassine à confiture.
  • Mouillez d'une cuillère à soupe d'eau et commencez à les cuire à bon feu.
  • Lorsque les figues de Barbarie commencent à fondre, ajoutez progressivement 1 kg de sucre de canne, en mélangeant pour l'aider à fondre. Lorsque l'ébullition revient, diminuez le feu pour une cuisson régulière et compter 50 minutes de cuisson, en surveillant qu'elles ne collent pas, rajoutez un peu de jus de citron.
  • Il vous faut alors mixer la confiture car les pépins de figues de Barbarie sont très durs mais une fois réduits et recuits, ils parfument agréablement cette délicieuse confiture.
  • Laissez la un peu refroidir, puis passez-la au mixer en faisant très attention de vous brûler.
  • Remettez votre confiture de figues de Barbarie sur le feu et recuisez 25 minutes.
  • Ce sera le moment de mettre en pots soigneusement ébouillantés, de les fermer et de les retourner sur un linge pour les laisser refroidir jusqu'au lendemain.

figue-de-barbarie.jpg

Cette confiture de figues de Barbarie est le résultat d’un travail totalement artisanal qui utilise des fruits sans l’utilisation de conservateurs. Le goût et la délicatesse des figues de Barbarie sont renfermés ici comme dans un écrin.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Cuisine, #figues de barbarie, #Nopal, #Mexique

Repost0

Publié le 13 Décembre 2010

La cuisine colombienne est une cuisine qui se rapporte aux traditions et pratiques de l'état de Colombie, c'est à dire caractérisée par un métissage culinaire entre la cuisine européenne et la cuisine indigène traditionnelle. On dit que l’une des stratégies pour faire succomber quelqu’un, c’est de lui préparer de bons plats. «Séduire par le goût» comme le dit donc la phrase populaire “barriga llena, corazón contento” [quand le ventre est plein, le cœur est content]. La cuisine typique colombienne est très variée, comme son climat, ses paysages et ses manifestations culturelles, car en dehors de la fertilité de sa terre qui produit de tout, il y a aussi l’imagination sans limites d’experts chefs- cuisiniers qui créent en permanence de nouvelles recettes.

Barra-24.gif

La nourriture colombienne est  constituée essentiellement de viandes, poissons, maiz, riz, haricots rouges, pommes de terre d'une grande variété, yuca. La base pour la nourriture est le maiz. Les « empanadas » et les « arepas » sont faites à partir de cette céréale et ont une place importante dans leur gastronomie. Précisons que les Colombiens aiment mélanger les saveurs sucrées et salées. Parmi les plats typiques qui sont beaucoup consommés, on retrouve le « sancocho » dans la la région des caraibes, l'ajiaco dans le centre du pays (toutes les deux étant des soupes épaisses faites de mélanges d’aliments), les arepas, les « tamales » (semoule de maïs et poulet cuit dans une feuille de palmier), les bananes plantains appelées « platano » et les patates que l’on sert frites, cuites ou cuisinées. 

Toutes les recettes colombiennes sont longues à préparer. Dans beaucoup de familles, on utilise encore un moulin manuel pour transformer les grains de maïs en farine, qui intervient dans d'innombrables recettes.

Le plat typique de la région de Bogota est l'AJIACO, une soupe mélangeant trois variétés de pommes de terre, des morceaux de poulet, du mais, de la crême fraiche et des capres. La ville de Medellin a pour spécialité la "Bandeja Paisa" un plat de viande hachée servie avec des haricots rouges, un boudin non piquant appellé "chorizo", un oeuf et des tranches de bananes frites,à ne pas oublié ce plat est aussi préparé avec des manioc et des avocats.

Les plats locaux sont variés et savoureux avec une touche d'influence espagnole. Il y a l'ajiaco (soupe de poulet avec trois variétés de pommes de terre du maïs et des câpres) qui est une spécialité de Bogota. Bandeja paisa (plat de viande accompagné de manioc, de riz, de bananes frites et de haricots rouges). et les tamales (tranches de porc avec du riz et des légumes, mélangés à de la farine de maïs et enroulés dans des feuilles de banane). Les fruits de mer abondent sur la côte des Caraïbes, surtout les langoustes qui sont de très bonne qualité.

http://img.over-blog.com/225x300/1/21/52/82/moi-s-/colombie-454---Medellin--10janv--arepa-chocolo-y-queso--farine-de-mais-et-fromage-.jpg

Pains

Le pain colombien consiste en de petites galettes de mais appelées "arepas". Sur la côte, les spécialités de fruits de mer sont nombreuses,notamment la "cazuela" sorte de bouillabaisse des Caraibes, à goûter absolument ! la cuisine Colombienne, contrairement a une idée répandue, n'est pas chargée en épices. Les saveurs y sont subtiles, et le mélange sucré salé est particulièrement apprécié!

  • Arepas désigne les gâteaux de maïs semblables aux tortillas. Selon la région, les arepas diffèrent en couleurs, la saveur, la taille et le garniture. Certains sont doux, particulièrement ceux préparés avec le choclo, alors que d'autres sont salés. Les plus typiques sont : Arepa Paisa ou Antioqueña, santandereana d'arepa d'arepa de huevo (oeufs se composants), arepa de choclo, arepa de yuca, arepa de maiz, ocañera d'arepa, entre d'autres. Ils sont habituellement mangés pour le déjeuner ou dans le casse-croûte d'après-midi (onces de las, l'équivalent du elevenses) avec du chocolat, le fromage, le beurre et d'autres.
  • Bollos (tube-comme la nourriture faite de maïs moulu - semblable au polenta italien ou du mandioc rayé - yuca-, servi avec du fromage et parfois le suero ou le beurre côtier)
  • Buñuelos (rond-formé, habituellement ayant un goût légèrement doux malgré être pains de fromage, cuits sur une poêle)
  • Pandebono
  • Pandeyuca (pain cuit au four de fromage fait avec de la farine de yucca)
  • Almojábana
  • Pandequeso
  • Empanadas (pas tout à fait comme chiliens ou l'argentin qui sont faits cuire au four. Ceux-ci sont faits frire et sont doux ou salés, selon leur contenu. Le boeuf, le poulet et le fromage sont les remplissages les plus communs. Des empanadas salées, habituellement, sont remplis également du riz et de coriandre)
  • Carimañolas (comme des empanadas mais composé de manioc)
  • Pan de Sagú
  • Pan de Maíz (cornbread)
  • Achiras del Huila
  • Bizcocho de Cuajada
  • Roscón (un bagel mou et doux rempli d'arequipe ou de bocadillo)
  • Colombina

La cuisine colombienne présente un grande variété de fruits tropicaux sont appréciés en Colombie, telle que zapote, lulo, curuba (passiflore comestible de banane), mamoncillo, uchuva (groseille à maquereau), feijoa, passiflore doux, mamey, guama, tomate d'arbre, borojó, arasá (dans la région d'Amazone), pomarrosa, anón, chirimoya, guanábana, maracuyá (passiflore comestible, chontaduro, mora usine) (semblable aux mûres), cocota, carambolo, corozo, guayabamanzana (hybride entre la goyave et la pomme), petites bananes douces (appelées les murrapos, environ 8 centimètres), níspero et pitahaya. Les feuilles de banane sont très communes en cuisine colombienne avec des nourritures telles que des quesillos (fromage enveloppé dans des feuilles de banane) et tamales. Un fruit rare appelé l'asbonaci est également consommé.

La grande diversité climatologique due au relief et aux latitudes permet une grande variété de produits et la diversification des spécialités culinaires par régions. Les Colombiens raffolent du sucré salé. Citons:

Salé

  • El ajiaco (plat national)
  • El sancocho
  • La bandeja paisa
  • La ternera a la llanera
  • El tamal, porc ou poulet grillé avec du riz et des légumes, cuits dans une feuille de bananier.
  • Las arepas (galettes de maïs)
  • Las Empanadas, au boeuf, au porc, au poulet ou bien encore au fromage (riz)

 

Sucré

Il existe ne quantité incroyables de desserts de toutes sortes...

  • El chocolate a la santaferena
  • El mantecada, gâteau à la farine de maïs et à la vanille.
  • El cuajada con melao, fromage frais avec du sirop de sucre dans une feuille de bananier.
  • El postre de nata, gâteau à la crème de lait de Cundinamarca et Boyaca.

Boissons

Les colombiens boivent rarement de l'alcool en mangeant. Les boissons non alcoolisées sont appelées Gaseoas. Si l'on veut déguster un petit café noir, il faut commander un tinto, le même nom est utilisé pour le vin. Enfin, on boit beaucoup de jus de fruits frais et il existe une grande variété de fruits.

 

  • Aguapanela (de l'espagnol agua de panela) est fait par la dissolution panela (une sorte de sugarloaf) en eau chaude. Le jus de limette peut être ajouté pour la saveur. Il est commun pour que les Colombiens mettent le fromage dans leur aguapanela pour qu'il fonde.
  • Aguardiente est la boisson alcoolique dérivée de la canne à sucre. Il est largement consommé aux parties colombiennes, et aux gammes dans le pouvoir de 20º à 40º. Aguardiente est une variation de la boisson alcoolique espagnole « Anis est un autre mot pour ».
  • Guarapo est fait à partir de divers fruits maintenus dans une grande fiole en céramique et gauches pour fermenter pendant environ deux mois. Dans ce temps, le panela est ajouté dans le liquide aux marques l'alcool plus fort. Des raisins et l'ananas sont typiquement employés. Guarapo est très semblable à Chicha.
  • Champús est une boisson épaisse faite à partir du maïs, de l'ananas, du lulo, et d'autres ingrédients.
  • Chocolat - Du chocolat chaud colombien est fait avec du lait, l'eau, et des barres de chocolat mi-doux. Un pichet spécial en métal est utilisé pour le chauffage et verser, et un ustensile appelé un molinillo - essentiellement un bâton avec des palettes à l'extrémité - est utilisé pour remuer et mousser. Le chocolat chaud colombien inclut souvent la cannelle.
  • Chicha est une boisson alcoolique forte autrefois interdite à l'origine faite par le peuple autochtone des Andes. Il peut être préparé à partir pratiquement de tout, mais est typiquement fait à partir du maïs.
  • Canelazo est une version alcoolique d'aguapanela mélangée à de la cannelle et à l'aguardiente. Du sucre est frotté sur les bords du verre une fois servi.
  • Refajo est une boisson faite par le mélange Colombiana, une soude semblable à la soude crème, avec de la bière ou le rhum.
  • La Colombie également est connue dans le monde entier pour son café exquis, qui est considéré comme avoir une saveur inégalée par tout autre. La Colombie cultive uniquement des cafés arabica qui produisent une boisson suave, mieux et davantage acceptée sur le marché mondial. Le café est bu localement à la manière « Tinto », c'est-à-dire allongé. Le café y est très abordable, donc accessible à tous les Colombiens. Les variétés de café arabica qui sont cultivées en Colombie sont:
    • La typique appelée aussi arabica, pajarito ou nationale.
    • Borbón.
    • Tabi qui est une variété à grand grain d’excellente qualité et idéale pour obtenir des cafés spéciaux.
    • Caturra.
    • Variété Colombie.
  • Salpicón (qui signifie littéralement la grande éclaboussure) est fait à partir du fruit et de la soude découpés.
  • Lulada est une boisson provenant de Cali. Il est préparé à partir lulo et a la texture et l'uniformité d'un smoothie.

D'autres boissons incluent :

  • Poney Malte (la marque la plus populaire de la Colombie pour la bière de racine. En outre, une des boissons préférées de la Colombie)
  • Masato
  • Chirrinche (guarapo de Distillated)
  • Biche (boisson alcoolique des afrocolombians composés avec la canne à sucre non mûre)
  • Guandiolo (de l'Antioquia des Caraïbes et nordique)

 

Les vins colombiens ne sont pas de très bonne qualité, mais dans les restaurants on sert des vins chiliens et argentins à des prix raisonnables. La Colombie produit différents types de rhum. Le Cañalazo est un cocktail à base de rhum et peut être consommé froid ou chaud. Si vous tenez absolument à boire du vin, laissez vous tenter surtout par les vins du Chili, excellents et abordables. plutôt que par les vins français  qui sont hors de prix et l'éventail de choix vous décevra! 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Colombie, #Gastronomie, #Cuisine, #Cuisine colombienne

Repost0