culture mexicaine

Publié le 10 Décembre 2021

Dans les grandes civilisations, la musique, comme la religion, a toujours été présente dans les moments culminants de la vie et de la mort.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Guadalupana, #Culture mexicaine, #Religion, #La Guadalupana

Repost1

Publié le 9 Décembre 2021

Peut-être que les Olmèques ont créé leur civilisation, avec le culte du jaguar, sans aide extérieure. Il n'y a aucune preuve du contraire, mais c'est peut-être plus qu'une coïncidence qu'à peu près à la même époque la culture Chavín est apparue dans le nord et le centre du Pérou, qui était également concernée par les dieux jaguars ou les hommes-jaguars.

Les nombreuses sculptures de style olmèque trouvées dans l'État de Guerrero, sur la côte pacifique mexicaine, ont conduit Covarrubias à suggérer que c'est peut-être là que la culture olmèque a fait son apparition. Si c'est le cas, cela a peut-être été lancé par des missionnaires péruviens, arrivés par mer, qui ont porté l'évangile du jaguar le long de la côte. Ou peut-être que les choses se sont passées dans l'autre sens et ce sont les Olmèques qui ont apporté les graines de leur culture et du culte du jaguar au Pérou. style artistique produit et leur religion. Des sculptures, des figurines et des reliefs typiquement olmèques ont été trouvés non seulement à Guerrero, mais aussi loin au nord que Mexico et au sud jusqu'au Honduras. Nous ne saurons peut-être jamais si cet art a été apporté par les colons olmèques, les marchands ou les missionnaires du culte du jaguar. Le plus grand exploit des Olmèques a été leur invention du système d'hégémonie religieuse qui a constitué la base de toute la civilisation mésoaméricaine


 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 2 Décembre 2021

Cine Ópera était l'une des salles de cinéma les plus importantes de l'âge d'or du cinéma mexicain depuis son inauguration en 1949 jusqu'à sa fermeture en 1998. Sa façade patinée est montrée ici.

L'Époque dorée du cinéma mexicain (en espagnol : Época de Oro del Cine Mexicano) est une période de l'histoire du cinéma mexicain allant de 1930 à 19691. Le qualificatif doré est dû à la conjonction des caractéristiques qui définissent cette époque, notamment la qualité de production, les hauts bénéfices économiques et la renommée internationale de ces films. Le Mexique devient le centre des films commerciaux d'Amérique latine de langue espagnole2. Les productions couvrent différents genres cinématographiques allant du film noir, comédies musicales (fortement influencées par la musique Ranchera), mélodrame, horreur et même d’auteur) et est incarné par une série de vedettes, Cet environnement culturel a favorisé l'émergence d'une nouvelle génération de réalisateurs et d'acteurs considérés à ce jour, icônes au Mexique et dans les pays hispaniques et publics hispanophones.

Histoire

Avec l’élection du président Lázáro Cárdenas en 1934, le gouvernement mexicain, via son secrétariat à l’Education publique, produit « Les Révoltés d’Alvarado », signé par Fred Zinneman, Ainsi commence une longue série de films bénéficiant du soutien financier du gouvernement, dans le cadre de sa politique de promotion des beaux-arts mexicains afin de combattre l’hégémonie de la production cinématographique hollywoodienne. Les cinémas avaient également l’obligation de programmer au moins un film national chaque mois3. Emilio Fernández, dit «el Indio» (l’Indien) en raison de ses origines y jouera un rôle déterminant. Il est très fortement marqué par Eisenstein, mais aussi par le «muralisme», qui puise ses sources dans l’art précolombien et vise à un art «monumental, héroïque, humain et populaire» par le biais d'un art naïf accessible pour tous, et l’«indigénisme», une ferme volonté d’exprimer la réalité culturelle du Mexique4.

En 1939, pendant la Seconde Guerre mondiale, l'industrie cinématographique des États-Unis et d'Europe subit de lourdes difficultés. L'équipement anciennement destiné au cinéma est maintenant destiné à la production d'armes. Certains matériaux comme la cellulose commencent à manquer et sont rationnés. Les thématiques du cinéma français, italien, espagnol ou argentin sont elles aussi affectées, se concentrant davantage sur la guerre. Le Mexique saisit cette occasion pour produire des films aux thématiques plus versatiles, destinés au marché latino-américain. Cet environnement culturel a avantagé l'ascension d'une génération de réalisateurs et d'acteurs qui aujourd'hui encore sont des icônes au Mexique et dans les pays hispanophones. Au cours de ces années, la combinaison parfaite d'une industrie florissante, d'excellents cinéastes et d'une superbe liste de stars a permis la production d'un cinéma de haute qualité et à succès commercial5.

Citons des productions comme « Alla en el Rancho Grande » (1936), œuvre du réalisateur Fernando de Fuentes. Le cadre est paysan et bucolique (« ranchero »), l’humour volontiers machiste6, les chansons nombreuses et il introduit la figure du « peladito » (un marginal) avec Mario Moreno qui deviendra une icône populaire dès 1940, avec « Ahi Esta El Detalle », qui lance l’exportation des films mexicains à travers le monde7. Mario Moreno est aussi consacré par trois autre films de bonne facture de cette époque: Así es mi tierra, Aguila o sol, d'Arcadi Boytler, et surtout Ahí está el detalle (1941)8.

Un véritable star-system mexicain se développe avec des personnalités artistiques comme María Félix, qui joue en 1942 dans El peñón de las ánimas du réalisateur Miguel Zacarías, puis collabore avec Emilio Fernández, connaît son meilleur rôle dans le film Doña Bárbara (1943) de Fernando de Fuentes, et que l’on retrouve plus tard dans un film de Luis Buñuel, La fièvre monte à El Pao (1959) et dans French Cancan (1954) du réalisateur français Jean Renoir9.

En 1945, le Mexique produit plus de quatre-vingts films. C’est alors que commence «l’âge d’or» du cinéma mexicain10.

Roberto Gavaldón est considéré comme « le père du film noir mexicain » avec Double destinée (La Otra, 1946)11.

Les musiciens et les chanteurs étaient une partie essentielle de ce genre de film ; tel est le cas d'Agustín Lara dans « Flor de tango » (1941), où Sofía Álvarez a également joué. Pensons aussi au boléro "Noche de ronda" (1942)12 La bande originale du film comportait plusieurs chansons d'Agustín Lara, en plus de la chanson qui lui a donné son titre.

Les rancheras sont alors des histoires d'amour épiques, duels d'honneur, chansons d'amour et de chagrin. Aux côtés des protagonistes, des hommes très machos, honnêtes et drôles, des femmes belles, soumises et vulnérables ont été les éléments qui ont fait le succès de ces films et en ont fait des classiques. Ses performances ainsi que les histoires abordaient divers sujets tels que les œuvres littéraires, ont ému un large public13.

Références

  1.  Retrieved March 9, 2011.
  2.  « Culture du Mexique | La richesse du cinéma mexicain » [archive], sur Terra Maya (consulté le )
  3.  « Le cinéma mexicain » [archive], sur www.cineclubdecaen.com (consulté le )
  4.  (es) « Cine de Oro Mexicano - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu(consulté le )
  5.  (es) « Cine de Oro Mexicano - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu(consulté le )
  6.  « Culture du Mexique | La richesse du cinéma mexicain » [archive], sur Terra Maya (consulté le )
  7.  Encyclopædia Universalis‎, « CANTINFLAS » [archive], sur Encyclopædia Universalis (consulté le )
  8.  « Le cinéma mexicain » [archive], sur www.cineclubdecaen.com (consulté le )
  9.  « Le cinéma mexicain » [archive], sur www.cineclubdecaen.com (consulté le )
  10.  « Cinéma mexicain, un pays à l’Honneur – FIFAM » [archive] (consulté le)
  11.  Last Night in Orient- LNO ©, « Agustin Lara - Noche De Ronda » [archive], sur Last Night in Orient (consulté le )
  12.  (es) « Cine de Oro Mexicano - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu(consulté le )

Bibliographie

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Época de Oro del Cine Mexicano, #Cinéma mexicain, #Culture mexicaine, #Musique mexicaine, #Ranchera

Repost0