culture mexicaine

Publié le 21 Mars 2021

Aucune dictature n’empêchera un peuple d'aller de l'avant et de danser. Au Mexique, on remixe et on danse pour oublier le virus. Le Mexique enregistre une baisse des cas de COVID-19 pour la 7e semaine consécutive.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Covid-19, #Cumbia, #Coronavirus, #Sonidero, #Mexique, #2021, #Culture mexicaine, #Politique

Repost0

Publié le 10 Mars 2021

La mort joue un rôle très important pour la culture mexicaine, dont la réalité a généré diverses manifestations. En conséquence, la mort a engendré différentes professions et métiers qui tournent autour d'elle. L'un des métiers mortuaires les plus étranges est peut-être celui des pleureuses, des femmes qui sont payées pour pleurer aux funérailles. Au Mexique, il existe cette profession qui, bien qu’elle soit en voie de disparition, continue de s’exercer de diverses manières. Ce métier a changé ses modes de fonctionnement en société, dérivant progressivement vers le spectacle. Chaque année, le concours des pleureuses a lieu lors du festival du jour des morts à San Juan del Río, Querétaro, dans lequel les pleureurs exécutent leurs performances.

Une pleureuse ou, plus rarement, un pleureur est une personne engagée pour feindre le chagrin lors de funérailles, afin de faire paraître plus important l'hommage rendu au défunt.

Il apparaît dans la documentation iconographique et documentaire de l'Antiquité et dans certains pays du monde, différentes cultures continuent à pratiquer des usages similaires. 

Les personnes en deuil surviennent dans la culture égyptienne en raison d'un tabou qui interdisait aux personnes en deuil de pleurer en public. Actuellement, en plus de continuer à exercer leur métier dans le cadre des rites funéraires de certaines cultures, ils sont également devenus un spectacle au sein de certaines festivités mortuaires.

Les pleureuses, ces femmes qui sont payées pour pleurer

L'utilisation des pleureuses faisait également partie de la culture grecque, ils sont même mentionnés dans Les Coephoras d'Eschyle. Dans cette tragédie, elles sont décrites comme des femmes aux voiles noirs.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Pleureuses, #Mort, #Culture mexicaine, #Querétaro

Repost0

Publié le 8 Mars 2021

Alberto Ruz Lhuillier est un archéologue franco mexicain né à Paris le 27 janvier 1906 et mort à Montréal le 25 août 1979.

Alberto Ruz Lhuillier est un archéologue franco mexicain né à Paris le 27 janvier 1906 et mort à Montréal le 25 août 1979.

Il s'est spécialisé dans l'archéologie mésoaméricaine, et est connu pour avoir dirigé les fouilles de l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) sur le site maya de Palenque, où il découvre le tombeau du souverain maya K'inich Janaab' Pakal I. La découverte de son tombeau en 1952 est considérée comme une des plus importantes de l'archéologie maya.

 

Alberto Ruz Lhuillier naît à Paris d'un père cubain et d'une mère française. Ses grands-parents paternels, José Francesco Ruz et Marie Miracla Mas quittent Cuba pour Paris. Sa tante, María Adolfina Clemencia Isaura Ruz, épouse en 1883 le compositeur et musicien Gustave Dauvin (1844-1902)234.

Lorsque Ruz a déménagé à Cuba dans les années 1930 et apprend l’impact de l’ingérence américaine dans les affaires cubaines, il s’est profondément impliqué dans la révolution socialiste pour libérer son pays de l’impérialisme des Etats-Unis5, en outre, ces premières expériences de la vie étudiante l'ont exposé à d'autres étudiants qui ont épousé les théories et les idées de Karl Marx. Plus tard, Ruz utilisera certaines de ces théories pour expliquer le développement et la chute de l'ancienne civilisation maya678.

Il fait ses études au collège de La Havane, à Cuba9, puis au Mexique où il obtient le titre d'archéologue de l’Escuela Nacional de Antropología e Historia10.

En 1936, il a adopté la citoyenneté mexicaine. De retour en France , il a fait des études de troisième cycle à l'Institut d'Ethnologie, au Musée de l'Homme et à l'École des Langues Orientales à Paris.

Après plusieurs années en France, il est retourné au Mexique pour travailler à l'Université nationale autonome du Mexique notamment comme directeur du séminaire sur la culture maya11.

À la mort de Miguel Ángel Fernández en 1945, il est chargé des recherches de l'INAH sur le site maya de Palenque12. Pendant qu'il officie en tant que Directeur des Monuments Pré-Hispaniques dans la section sud de l'INAH, Ruz Lhuillier fouille une grande partie de la ville, et gère la restauration et la conservation certains édifices, comme le palais de Palenque. En 1948, il découvre l'entrée de la tombe du souverain maya K'inich Janaab' Pakal I, cachée sous le Temple des Inscriptions.

Après quatre saisons passées à déblayer l'escalier enfoui sous les décombres, il met au jour le sarcophage et le corps de Pakal. Il découvre également la Tablette du Palais, qui servit de dossier à un trône, et la Tablette des Esclaves qui représente un cahal au milieu des captifs enchaînés. Il continue à travailler sur le site jusqu'en 195813.

En 1964, il a reçu le titre de docteur en anthropologie de l'Université autonome du Mexique.

Il était membre de plusieurs institutions académiques dont la Société mexicaine d'anthropologie, la Société des Américanistes, la Société Suisse des Américanistes et la Society of American Archaeology.

Ruz Lhuillier meurt à Montréal, au Canada, le . Plusieurs de ses livres sur les Mayas, y compris son ouvrage majeur Los Antiguos Mayas, ont été publiés à titre posthume. Rendant un ultime hommage au travail de cet homme, le gouvernement mexicain a donné son autorisation pour enterrer ses restes en face de la nécropole découverte par lui à Palenque.

 

Œuvres majeures

  • Los Antiguos Mayas, Una Antologia (français : Les Anciens Mayas : Anthologie) - ()
  • El Pueblo Maya (français : Le peuple Maya) - ()
  • Al Frente Pasado De Los Mayas (français : Face au passé des Mayas) - ()
  • El Templo De Las Inscripciones, Palenque (français : Le Temple des Inscriptions) - ()
  • Palenque 1947-1958 - ()

Références

  1.  Archives en ligne de Paris, 8e arrondissement, année 1906, acte de naissanceno 197, cote 8N 141, vue 4/31 [archive]
  2.  frederic beziaud, « francegenweb.org - votre service benevole d'assistance genealogique » [archive], sur www.francegenweb.org (consulté le 8 mars 2021)
  3.  frederic beziaud, « francegenweb.org - votre service benevole d'assistance genealogique » [archive], sur www.francegenweb.org (consulté le 8 mars 2021)
  4.  « Gustave Dauvin (18..-1902) » [archive], sur data.bnf.fr (consulté le8 mars 2021)
  5.  (en) Elaine Schele, « Profile of Alberto Ruz Lhuillier as a Young Man », Bulletin of the History of Archaeology, vol. 22, no 2,‎ , p. 4–11 (ISSN 2047-6930, DOI 10.5334/bha.22202, lire en ligne [archive], consulté le8 mars 2021)
  6.  (en) Elaine Schele, « Profile of Alberto Ruz Lhuillier as a Young Man », Bulletin of the History of Archaeology, vol. 22, no 2,‎ , p. 4–11 (ISSN 2047-6930, DOI 10.5334/bha.22202, lire en ligne [archive], consulté le8 mars 2021)
  7.  (es) Carlos E. Bojórquez Urzaiz, « El modo de producción entre los mayas, una discusión inconclusa », dans El debate permanente : Modos de producción y revolución en América Latina, Ariadna Ediciones, coll. « Filosofía »,  (ISBN 979-10-365-6051-4, lire en ligne [archive]), p. 169–178
  8.  (es) Collectif, El debate permanente: Modos de producción y revolución en América Latina, Ariadna Ediciones,  (ISBN 979-10-365-6051-4, lire en ligne [archive])
  9.  (en) Elaine Schele, « Profile of Alberto Ruz Lhuillier as a Young Man », Bulletin of the History of Archaeology, vol. 22, no 2,‎ , p. 4–11 (ISSN 2047-6930, DOI 10.5334/bha.22202, lire en ligne [archive], consulté le8 mars 2021)
  10.  Pierre Becquelin, « Alberto Ruz Lhuillier 1906-1979 », Journal de la société des américanistes, vol. 68, no 1,‎ , p. 207–207 (lire en ligne [archive], consulté le 8 mars 2021)
  11.  « Alberto Ruz L'Huillier - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu (consulté le8 mars 2021)
  12.  @NatGeoFrance, « Le mystère de la Reine Rouge de Palenque » [archive], sur National Geographic,  (consulté le 7 mars 2021)
  13.  (en) Elaine Schele, « Profile of Alberto Ruz Lhuillier as a Young Man », Bulletin of the History of Archaeology, vol. 22, no 2,‎ , p. 4–11 (ISSN 2047-6930, DOI 10.5334/bha.22202, lire en ligne [archive], consulté le8 mars 2021)

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Archéologie, #Alberto Ruz Lhuillier, #Mayas, #Histoire mexicaine, #Culture mexicaine

Repost0