culture

Publié le 18 Mars 2015

Tentative  désespérée qui, en aucun cas, n'atteindra l'objectif recherché par les  auteurs et commanditaires de déstabiliser la TunisieTentative  désespérée qui, en aucun cas, n'atteindra l'objectif recherché par les  auteurs et commanditaires de déstabiliser la Tunisie

Tentative désespérée qui, en aucun cas, n'atteindra l'objectif recherché par les auteurs et commanditaires de déstabiliser la Tunisie

Une attaque au musée du Bardo, à Tunis ce mercredi, a fait au moins 22 morts dont 20 touristes étrangers selon le ministère de l'Intérieur du pays. La piste salafiste est la plus probable.  

À la mi-journée, des hommes armés sont signalés au Parlement tunisien, où ont lieu des auditions sur la loi anti-terroriste. Les députés sont évacués.

Les assaillants se replient dans le musée du Bardo, voisin de l'Assemblée des représentants du peuple, tuent plusieurs personnes et retiennent des otages.

Vers 15 heures, les forces de l'ordre tunisiennes donnent l'assaut du musée, dans lequel sont retranchés au moins deux terroristes armés de Kalachnikov. Deux terroristes et un policier sont tués pendant l'assaut et les otages sont libérés

Il est possible que l’objectif principal du commando était d’ailleurs le Parlement. Le Ministère de l'Intérieur tunisien confirme pour sa part une attaque terroriste ayant fait au moins huit morts dont sept étrangers et un Tunisien. Selon le porte-parole Mohamed Ali Aroui, une centaine de touristes se trouvaient dans le musée lorsque l'attaque s'est produite et "la majorité des touristes ont été évacués". M. Aroui n'a pas confirmé s'il s'agissait d'une prise d'otages, mais "il y a des informations selon lesquelles il y a encore des touristes" à l'intérieur, a-t-il ajouté, précisant que "les unités anti-terroristes sont entrées dans le musée". 

Une source sécuritaire au musée du Bardo a révélé à Business News, en ce mercredi 18 mars 2015, l’identité des deux terroristes tués lors de la prise d’otage. Il s’agirait de Hatem Khachnaoui, originaire de Kasserine et Yassine Laâbidi, de la cité Ibn Khaldoun.

Dans un pays en crise sociale et économique, les assaillants ont frappé le tourisme, secteur critique qui fait vivre 2 millions de Tunisiens, un cinquième de la population. Le musée du Bardo, même si rien ne dit encore que c’était la cible première, prend ainsi une forte importance symbolique. Il abrite une riche collection qui couvre la Préhistoire et les époques phénicienne, punique, numide, romaine, chrétienne et arabo-islamique, et tout particulièrement une exceptionnelle collection de mosaïques. C’est le plus grand musée de Tunisie. Et c’est devant le Bardo, qui jouxte le parlement, qu’ont eu lieu les importants settings des Tunisiens qui protestaient contre le pouvoir des islamistes, après la révolution de 2011.

Triste de l'attentat en Tunisie. Triste de voir le lourd bilan humain. Triste de voir le seul pays arabe qui a réussi son "printemps" (aussi avec l'élection libre d'un président non islamiste) à son tour touché par le terrorisme. Triste de voir que cet attentat va compliquer l'avenir avec des conséquences économiques importantes en faisant fuir les touristes et les investisseurs.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Actualités, #2015, #Tunisie, #culture, #Terrorisme

Repost0

Publié le 27 Juin 2014

Casablanca, le 27 juin 2014.

 

Monsieur le Ministre de l’éducation Nationale,

 

Monsieur le Ministre,

J'ai le plaisir de vous annoncer que le fleuron de notre patrimoine littéraire populaire, le melhoun, vient de faire son entrée par la grande porte des lycées et collèges marocains, type mission culturelle française. En effet, une grande maison d’édition parisienne, la maison Hatier, vient d’éditer un livre scolaire de ''Français'', destiné aux classes de 4ème du secondaire. Cet ouvrage comporte deux extraits des plus belles qaçidas du melhoun, ''chemaa'' de Driss Benali et ''nehla'' de Thami Mdaghri. Enfin !

 

Nos deux grands poètes injustement méconnus, ont rejoint leurs confrères, Musset, Victor Hugo et bien d'autres grands noms de la littérature française. Enfin nos élèves, quelques uns seulement, ceux qui poursuivent leurs études dans la mission culturelle française, pourront dès la classe de quatrième, entendre parler et peut être étudier quelques qaçidas du melhoun. Leurs frères du système national devront attendre de nouveaux programmes, qui tardent a venir... Il faut certainement se réjouir de cet acquis, mais on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi ceux qui président à la conception et à la rédaction des livres scolaires destinés aux élèves, marocains, ne seraient pas conscients que nous avons un trésor littéraire longtemps et toujours négligé, et qu'il a fallu que des étrangers le découvrent et s'y intéressent comme ils se sont intéressés à nos splendides riads abandonnés.

Vous en souhaitant bonne réception, veuillez croire, monsieur le ministre, en ma parfaite considération.

 

Fouad Guessous

Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de l'éducation nationale du Maroc
Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de l'éducation nationale du Maroc

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #melhoun marocain, #culture

Repost0

Publié le 22 Mars 2014

Le métissage des cultures a un aspect négatif quand il évoque :la transmission des stéréotypes fausses d'une culture à l'autre ou faire disparaître les bonnes valeurs de l'autre culture.

Un dialogue des cultures est un moyen pour développer la connaissance et accéder à une société humaine tolérante.

Le métissage culturel désigne le mélange d'influences culturelles diverses, par exemple dans le domaine musical, pictural, sculptural, vestimentaire, etc. et il est souvent associé à un métissage linguistique1,2.

Dans l'Histoire

Les peuples, gènes et cultures se mélangent depuis la préhistoire.

Selon l’anthropologue américain Alfred L. Kroeber toutes les cultures « peuvent se mélanger presque sans limite » (in Culture Patterns and Processes) mais selon N Journet (2000), en tant que théorie, la notion de métissage culturel serait un concept du xixe siècle, né d'un questionnement sur le « mélange des sangs » qui du point de vue de l'époque sur les races suscitait des débats entre ceux qui l'encourageaient (mixophiles) et d'autres qui étaient farouchement contre (mixophobes)3.

Enjeux

Le métissage culturel est souvent considéré comme une source de créativité4 et l'une des composantes de l'identité voire un processus civilisationnel, mais un processus pouvant parfois être violent et également destructeur dans le cas du métissage induit par les conquêtes militaires ou économiques ; le métissage est dans ces cas un processus de déculturation, de désapprobation et de déstructuration, bien plus que d'acculturation souligne Alain Brossat5

Classification

Le métissage culturel n'est pas nécessairement associé à un « brassage génétique » (par exemple en musique avec le Rap6, le Raï6 ou le jazz métissé ; ainsi un orchestre composés de musiciens polonais, mais intégrant des influences orientalisantes et africaines, dans un cadre musical slave, peut développer une musique métissée contribuant au métissage culturel.
On pourrait conclure que - tout comme au niveau « génétique » - toute culture est métissée, même si chaque ensemble est marqué par des dominantes culturelles. Ainsi, la langue française est constituée en grande partie de racines grecques, grecques « romanisées », latines, celtes, etc. Certains mots auraient même des racines non-indo-européennes. Le degré de métissage ou sa vitesse font aussi l'objet de débats ; certains comme Alfred L. Kroeber ou comme Gruzinski7 (qui a étudié le métissage culturel des amérindiens et colons occidentaux et ce qu'il dénomme des « pratiques d’hybridation » au Mexique pensent que les différences entre cultures peuvent toutes être surmontées, et d'autres comme Claude Lévi-Strauss estiment que « Entre deux cultures, entre deux espèces vivantes aussi voisines qu’on voudra l’imaginer, il y a toujours un écart différentiel et […] cet écart différentiel ne peut pas être comblé »8.

Certains auteurs distinguent ou opposent deux types de métissage :

  1. le métissage volontaire où chaque culture peut être respectueuse des autres et où l'entremêlement des cultures est issu de choix consciemment effectués, en fonction de goûts et d'attirances libres pour des cultures initialement « étrangères ». La plupart des ethnogenèses évoquent un métissage culturel « volontaire », mais une partie du métissage s'effectuerait inconsciemment (dès lors qu'un métissage "génétique" préexiste à la naissance de l'individu).
  2. des formes de métissage imposés par des conquérants et subis par les esclaves ou des colonisés, qui est une violence pouvant conduire à la perte de la culture dominée5.

Métissage, culture et commerce

Pour Alain Brossat avec les formes récentes de mondialisation une idéologie du métissage s'est développée « plus ou moins savante, plus ou moins commerciale »5 (dans le domaine musical par exemple), qui serait aussi, bien souvent, un « déni des liens souvent intimes qu’entretiennent métissage et spoliation, métissage et trouble d’identité, métissage et disparition sans trace »5, un nouvel « alibi culturel » s'interroge J. Audinet dans son ouvrage sur les « Paradoxes du métissage culturel »9.

Dans la littérature, la musique et le cinéma

Le métissage culturel est un sujet traité par de nombreux livres, films et bandes dessinées, de science-fiction y compris, avec des cultures extraterrestres imaginées.
Il est un mode de créativité fréquent dans le monde musical.

Notes et références

  1.  A la croisée des langues: du métissage culturel d'Est en Ouest. Arles [France]: Actes Sud;[Montréal]: Leméac, 1997.
  2.  KARA, Yasmine ABBES, and Bouzaréah ENS LSH. Métissage linguistique et culturel dans l'œuvre romanesque de l'écrivain algérien francophone MOULOUD MAMMERI [archive]. Métissage culturel, 87.
  3.  Journet, N. (2000). Le métissage: une notion piège. Sciences humaines, (11), 32-32 (114 pages) (résumé [archive]).
  4.  Depestre, R. (1984). Les aspects créateurs du métissage culturel aux Caraïbes. Notre librairie, 74, 61-65.
  5.  Revenir plus haut en :a b c et d Brossat Alain, « Métissage culturel, différend et disparition », Lignes, 2001/3 (n° 6), p. 28-52. DOI : 10.3917/lignes1.006.0028. URL : http://www.cairn.info/revue-lignes1-2001-3-page-28.htm [archive]
  6.  Revenir plus haut en :a et b Miliani, H. (1995). Banlieues entre rap et raï. Hommes & migrations, (1191), 24-30.
  7.  Serge Gruzinski, La Pensée métisse, Paris, Fayard, 1999.
  8.  Claude Lévi-Strauss, La Pensée sauvage, Paris, Plon.
  9.  Audinet, J. (2005). Paradoxes du métissage culturel. Africultures, (1), 10-16
Bibliographie
  • Audinet J (2005) Paradoxes du métissage culturel. Africultures, (1), 10-16.
  • Audinet J (1999) Le temps du métissage. Éditions de L'Atelier.
  • Aymes, J.R & Salaün S (2001) Le métissage culturel en Espagne. Presses Sorbonne Nouvelle.
  • Bénat-Tachot L & Gruzinski S (2001). Passeurs culturels: mécanismes de métissage. Maison des sciences de l'homme.
  • Bonneville M.H (1967) Du métissage culturel à une culture métisse. Réflexions autour d'une thèse. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, 55-64.
  • Brossat A (2001) Métissage culturel, différend et disparition [archive]. Lignes, (3), 28-52.
  • Furet F & Ozouf J (1977) Trois siècles de métissage culturel [archive].Annales, 488-502.
  • Gallissot R (1992) Pluralisme culturel en Europe: identités nationales et identité européenne. De l'intellectuel métis au métissage culturel de masses. Social science information, 31(1), 117-127 (http://journals.sagepub.com/doi/pdf/10.1177/053901892031001006 [archive]résumé]).
  • Gruzinski S (1999), La Pensée métisse, Paris, Fayard.
  • Giulia Bogliolo Bruna (sous la direction de), 2006, Thule, Rivista italiana di Studi Americanistici n°16-17 Regards croisés sur l’objet ethnographique : autour des arts premiers et des métissages
  • Jouanny, R. (1986) LS Senghor et le métissage culturelNégritude/Antiquitéin Léopold Sédar Senghor. Sud, 16(63), 23-34.
  • Khatibi, A. (1990) Le Métissage culturel, Manifeste. Abdelkébir Khatibi.
  • Kim, S. M. (2008). Jeunes femmes asiatiques en France: conflit de valeurs ou métissage culturel. Éditions L'Harmattan.
  • Lequin L (1997) Paroles transgressives et métissage culturel au féminin. Journal of Canadian studies, 31(4), 47-57 DOI: https://dx.doi.org/10.3138/jcs.31.4.47 [archive] (résumé [archive]).
  • Louise R (1998) Manifeste du marronisme moderne: Philosophie de l'esthétique des artistes de la Caraïbe et d'Amérique latine: le métissage culturel, 1948-1998. Lafontaine.
  • Lüsebrink H.J (1992) Métissage culturel et société coloniale: émergence et enjeux d’un débat, de la presse coloniale aux premiers écrivains africains (1935–1947). Métissages Littérature-Histoire, 109-18.
  • Taguieff P.A (2009) Une nouvelle illusion théorique dans les sciences sociales: la globalisation comme “hybridation” ou “métissage culturel”. Observatoire du communautarisme.
  • Toumson R (1999) Mythologie du métissage (pp. 241-246). Éditions Karthala.
  • Yu-Sion L (2003) Illusion identitaire et métissage culturel chez les «Sinoi» de la Réunion [archive]. Perspectives chinoises, 78(1), 61-69.

Voir les commentaires

Repost0