diversite culturelle

Publié le 8 Avril 2022

L'Europe de la Culture n'est ni l'Europe des cultures ni le repérage d'une culture européenne historiquement constituée

La culture de l'Europe comprend l'art, l'architecture, le cinéma, les différents types de musique, la littérature et la philosophie qui proviennent du continent européen1. Le nom Europe est celui d'une divinité grecque. Il désigne également les terres qui se situe à l'Ouest de l'Asie et des pays du soleil levant. Le terme de culture européenne est ancien, car sa signification dépend beaucoup de la période historique à laquelle il se réfère et aussi parce que l'Europe présente une diversité culturelle interne (et a souvent assimilé des apports et des influences non européennes). Il existe plusieurs clivages culturels à travers le continent et les mouvements culturels innovants sont en désaccord les uns avec les autres. Cette culture peut aussi être décrite au mieux comme une série de cultures qui se chevauchent,

Au plan géographique, voilà 7000 ans, existait le Doggerland (la Manche et la Mer du Nord étaient émergées)2. Les hommes ont pu voyager dans des territoires encore plus vastes qu'aujourd'hui3. L'insularisation nord-ouest-européenne à la suite de la sortie de l'ère glaciaire, a créé de nouvelles conditions géostratégiques et géopolitiques. Mais l'Europe est davantage une construction culturelle que géographique. Elle a acquis une certaine unité par apports successifs tout au long de son Histoire.

Des cultivateurs anatoliens voilà 8500 ans (-6500), s'assimilèrent aux peuplements mésolithiques de chasseurs-cueilleurs4, la culture Yamna prit l'ascendant à l'âge du bronze voilà 6000 ans (-4000) en provenance du Caucase, tout en s'accouplant avec ses prédécesseurs (notamment les hommes yamnayas avec les femmes locales)567. Suivirent la culture de la céramique cordée (-3500), la culture des vases campaniformes (-3000) et la culture des champs d'urnes (-1500). De ce fond émergèrent les cultures germano-scandinaves, ibères, ligures et celtes progressivement voilà 3000 ans (-1000). Les Méditerranéens gréco-romains, de même, connurent de plus fréquentes relations avec les mondes moyen-orientaux et maghrébins d'époque, avec notamment la fameuse Égypte des pharaons.

L'histoire de l'Europe est une des parties les mieux documentées, étudiées et connues de l’histoire mondiale et fait référence à l'ensemble des événements liés au continent européen, depuis qu'il a été peuplé par les premiers peuples jusqu'à aujourd'hui. Selon la monographie allemande Minderheitenrechte in Europa coéditée par Pan et Pfeil (2002), il existe 87 peuples distincts en Europe, dont 33 constituent la majorité de la population dans au moins un État souverain, tandis que les 54 autres constituent des groupes ethniques minoritaires8.

Le mot « Europe » est très ancien – on le trouve chez Hérodote et déjà deux siècles auparavant chez un contemporain du poète Hésiode (VIIe siècle av. J.-C.)9. Après la prise de conscience des Grecs soudés par des valeurs communes les distinguant fortement des Orientaux qui ont alors la figure des Perses, l'Europe ainsi émergente prend sa première forme avec la constitution d'un Empire romain d'ampleur méditerranéenne mais qui reste occidental par bien des aspects, le christianisme donnant finalement un contenu original à cette forme10.

Le commerce international connait un développement sans précédent à la fin du Moyen Age. Il a pris son essor à Venise, cité-État ouverte sur le monde. Libérée des contraintes de la société féodale et de son organisation par métiers, Venise est la première à comprendre l’importance du libre-échange11.

C'est en Europe que se développe la révolution industrielle, née vers 1780 au Royaume-Uni, où des progrès techniques (acier, machine à vapeur, rails) permettant d'exploiter l'énergie fossile du charbon, infiniment plus puissante (parce qu'elle représente des millions d'années d'accumulation) que les énergies renouvelables (humaine, des animaux de trait, vent et rivières pour la navigation et les moulins)12. Cette révolution s'étend vers 1830 à la France, la Belgique et la Suède, vers 1850 à l'Allemagne et l'Autriche, vers 1880 à la Suisse et à l'Italie, vers 1900 à la Russie13. L'Europe se couvre de mines de charbon, de hauts-fourneaux, de filatures, de voies ferrées, de lignes télégraphiques. Depuis le monde a connu d’autres révolutions économiques, toujours initiées par une innovation technologique ; la dernière en date : internet et les nouvelles technologies de l’information et de la communication qui ont permis la mondialisation.

L'idéologie colonialiste se développe durant la seconde partie du xixe siècle par le mouvement colonial dans beaucoup d'États européens, se présentant notamment sous l'idée d'une « mission civilisatrice » ou sous celle du White Man's Burden (Le Fardeau de l'homme blanc). Elle était fondée sur la notion d'impérialisme et tentait de donner un fonds de doctrine politique à la nouvelle vague de colonisation14. Elle s'est appuyée sur la doctrine juridique élaborée depuis le xvie siècle qui justifiait l'occupation de territoires sans maître ou non constitués sous forme d'État comme mode légal d'acquisition15.

Le socialisme naît d'une philosophie de l'histoire occidentale, qui repose sur l'idée de progrès, c'est-à-dire de la transformation du monde dans un sens positif16 : dans son acception la plus large, il condamne les inégalités sociales et l’exploitation de l’homme par l’homme17 et défend le progrès social18. Le Grand Larousse encyclopédique définit le socialisme comme une « théorie visant à rénover l’organisation sociale dans un but de justice »19.

Notes et références

  1.  (en) David S. Mason, A Concise History of Modern Europe : Liberty, Equality, Solidarity, Rowman & Littlefield Publishers, (ISBN 978-1-4422-0535-2, lire en ligne [archive]), p. 2
  2.  (en) National Geographic Society, « Doggerland - The Europe That Was » [archive], sur National Geographic Society, (consulté le )
  3.  « Une forêt sous-marine vieille de 10 000 ans découverte au large de l'Angleterre » [archive], sur Maxisciences,  (consulté le)
  4.  (en) B. Bramanti, M. G. Thomas, W. Haak et M. Unterlaender, « Genetic Discontinuity Between Local Hunter-Gatherers and Central Europe’s First Farmers », Science, vol. 326, no 5949,‎ , p. 137–140 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 19729620,DOI 10.1126/science.1176869, lire en ligne [archive], consulté le)
  5.  (en) Caleb Strom, « How A Handful of Yamnaya Culture Nomads Became the Fathers of Europe » [archive], sur www.ancient-origins.net (consulté le)
  6.  (en) Kristian Kristiansen, Morten E. Allentoft, Karin M. Frei et Rune Iversen, « Re-theorising mobility and the formation of culture and language among the Corded Ware Culture in Europe », Antiquity, vol. 91, no 356,‎ , p. 334–347 (ISSN 0003-598X et 1745-1744, DOI 10.15184/aqy.2017.17, lire en ligne [archive], consulté le )
  7.  (en) Chao Ning, Chuan-Chao Wang, Shizhu Gao et Yang Yang, « Ancient Genomes Reveal Yamnaya-Related Ancestry and a Potential Source of Indo-European Speakers in Iron Age Tianshan », Current Biology, vol. 29, no 15,‎ , p. 2526–2532.e4 (ISSN 0960-9822,DOI 10.1016/j.cub.2019.06.044, lire en ligne [archive], consulté le)
  8.  (de) Christoph Pan et Beate Sibylle Pfeil, Die Volksgruppen in Europa: ein Handbuch, Braumüller,  (ISBN 978-3-7003-1313-7, lire en ligne [archive])
  9.  « L’idée d’Europe dans l’histoire » [archive], sur Vie publique.fr (consulté le )
  10.  Une histoire de l'Europe Aux sources de notre monde (lire en ligne [archive])
  11.  « Venise et les cités marchandes » [archive], sur www.economie.gouv.fr(consulté le )
  12.  Futura, « Quand a eu lieu la première révolution industrielle ? » [archive], sur Futura (consulté le )
  13.  « La révolution industrielle » [archive], sur www.economie.gouv.fr (consulté le )
  14.  Henri Wesseling, professeur néerlandais d'histoire à l'université de Leyde, Le partage de l'Afrique [archive], Denoel, 1991, p. 25 et suivantes. Voir également son livre Europe’s Colonial Age [archive], 2003, 397 p.
  15.  Lexique de termes juridique, Dalloz, 1988, p. 203-204 et Simone Dreyfus, Droit des relations internationales, éléments de Droit international public, Cujas, 1987, p. 37 et s. et p. 70 et s.
  16.  Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Winock p33
  17.  « Le socialisme a commencé par condamner les inégalités sociales et l’exploitation de l’homme par l’homme, et par demander que l’intérêt général prime en tout sur l’intérêt individuel. » (Le Quid, 1995, page 904).
  18.  « Doctrine d’organisation sociale qui entend faire prévaloir l’intérêt, le bien général, sur les intérêts particuliers, au moyen d’une organisation concertée (opposée à libéralisme) ; organisation sociale qui tend aux mêmes but dans un souci de progrès social. » (Nouveau Petit Robert de la langue française, 2007, page 2382 et Petit Robert 1990, page 1822).
  19.  Édition de 1985, volume 9, page 9645.

Voir les commentaires

Repost1

Publié le 22 Mars 2014

Le métissage des cultures a un aspect négatif quand il évoque :la transmission des stéréotypes fausses d'une culture à l'autre ou faire disparaître les bonnes valeurs de l'autre culture.

Un dialogue des cultures est un moyen pour développer la connaissance et accéder à une société humaine tolérante.

Le métissage culturel désigne le mélange d'influences culturelles diverses, par exemple dans le domaine musical, pictural, sculptural, vestimentaire, etc. et il est souvent associé à un métissage linguistique1,2.

Dans l'Histoire

Les peuples, gènes et cultures se mélangent depuis la préhistoire.

Selon l’anthropologue américain Alfred L. Kroeber toutes les cultures « peuvent se mélanger presque sans limite » (in Culture Patterns and Processes) mais selon N Journet (2000), en tant que théorie, la notion de métissage culturel serait un concept du xixe siècle, né d'un questionnement sur le « mélange des sangs » qui du point de vue de l'époque sur les races suscitait des débats entre ceux qui l'encourageaient (mixophiles) et d'autres qui étaient farouchement contre (mixophobes)3.

Enjeux

Le métissage culturel est souvent considéré comme une source de créativité4 et l'une des composantes de l'identité voire un processus civilisationnel, mais un processus pouvant parfois être violent et également destructeur dans le cas du métissage induit par les conquêtes militaires ou économiques ; le métissage est dans ces cas un processus de déculturation, de désapprobation et de déstructuration, bien plus que d'acculturation souligne Alain Brossat5

Classification

Le métissage culturel n'est pas nécessairement associé à un « brassage génétique » (par exemple en musique avec le Rap6, le Raï6 ou le jazz métissé ; ainsi un orchestre composés de musiciens polonais, mais intégrant des influences orientalisantes et africaines, dans un cadre musical slave, peut développer une musique métissée contribuant au métissage culturel.
On pourrait conclure que - tout comme au niveau « génétique » - toute culture est métissée, même si chaque ensemble est marqué par des dominantes culturelles. Ainsi, la langue française est constituée en grande partie de racines grecques, grecques « romanisées », latines, celtes, etc. Certains mots auraient même des racines non-indo-européennes. Le degré de métissage ou sa vitesse font aussi l'objet de débats ; certains comme Alfred L. Kroeber ou comme Gruzinski7 (qui a étudié le métissage culturel des amérindiens et colons occidentaux et ce qu'il dénomme des « pratiques d’hybridation » au Mexique pensent que les différences entre cultures peuvent toutes être surmontées, et d'autres comme Claude Lévi-Strauss estiment que « Entre deux cultures, entre deux espèces vivantes aussi voisines qu’on voudra l’imaginer, il y a toujours un écart différentiel et […] cet écart différentiel ne peut pas être comblé »8.

Certains auteurs distinguent ou opposent deux types de métissage :

  1. le métissage volontaire où chaque culture peut être respectueuse des autres et où l'entremêlement des cultures est issu de choix consciemment effectués, en fonction de goûts et d'attirances libres pour des cultures initialement « étrangères ». La plupart des ethnogenèses évoquent un métissage culturel « volontaire », mais une partie du métissage s'effectuerait inconsciemment (dès lors qu'un métissage "génétique" préexiste à la naissance de l'individu).
  2. des formes de métissage imposés par des conquérants et subis par les esclaves ou des colonisés, qui est une violence pouvant conduire à la perte de la culture dominée5.

Métissage, culture et commerce

Pour Alain Brossat avec les formes récentes de mondialisation une idéologie du métissage s'est développée « plus ou moins savante, plus ou moins commerciale »5 (dans le domaine musical par exemple), qui serait aussi, bien souvent, un « déni des liens souvent intimes qu’entretiennent métissage et spoliation, métissage et trouble d’identité, métissage et disparition sans trace »5, un nouvel « alibi culturel » s'interroge J. Audinet dans son ouvrage sur les « Paradoxes du métissage culturel »9.

Dans la littérature, la musique et le cinéma

Le métissage culturel est un sujet traité par de nombreux livres, films et bandes dessinées, de science-fiction y compris, avec des cultures extraterrestres imaginées.
Il est un mode de créativité fréquent dans le monde musical.

Notes et références

  1.  A la croisée des langues: du métissage culturel d'Est en Ouest. Arles [France]: Actes Sud;[Montréal]: Leméac, 1997.
  2.  KARA, Yasmine ABBES, and Bouzaréah ENS LSH. Métissage linguistique et culturel dans l'œuvre romanesque de l'écrivain algérien francophone MOULOUD MAMMERI [archive]. Métissage culturel, 87.
  3.  Journet, N. (2000). Le métissage: une notion piège. Sciences humaines, (11), 32-32 (114 pages) (résumé [archive]).
  4.  Depestre, R. (1984). Les aspects créateurs du métissage culturel aux Caraïbes. Notre librairie, 74, 61-65.
  5.  Revenir plus haut en :a b c et d Brossat Alain, « Métissage culturel, différend et disparition », Lignes, 2001/3 (n° 6), p. 28-52. DOI : 10.3917/lignes1.006.0028. URL : http://www.cairn.info/revue-lignes1-2001-3-page-28.htm [archive]
  6.  Revenir plus haut en :a et b Miliani, H. (1995). Banlieues entre rap et raï. Hommes & migrations, (1191), 24-30.
  7.  Serge Gruzinski, La Pensée métisse, Paris, Fayard, 1999.
  8.  Claude Lévi-Strauss, La Pensée sauvage, Paris, Plon.
  9.  Audinet, J. (2005). Paradoxes du métissage culturel. Africultures, (1), 10-16
Bibliographie
  • Audinet J (2005) Paradoxes du métissage culturel. Africultures, (1), 10-16.
  • Audinet J (1999) Le temps du métissage. Éditions de L'Atelier.
  • Aymes, J.R & Salaün S (2001) Le métissage culturel en Espagne. Presses Sorbonne Nouvelle.
  • Bénat-Tachot L & Gruzinski S (2001). Passeurs culturels: mécanismes de métissage. Maison des sciences de l'homme.
  • Bonneville M.H (1967) Du métissage culturel à une culture métisse. Réflexions autour d'une thèse. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, 55-64.
  • Brossat A (2001) Métissage culturel, différend et disparition [archive]. Lignes, (3), 28-52.
  • Furet F & Ozouf J (1977) Trois siècles de métissage culturel [archive].Annales, 488-502.
  • Gallissot R (1992) Pluralisme culturel en Europe: identités nationales et identité européenne. De l'intellectuel métis au métissage culturel de masses. Social science information, 31(1), 117-127 (http://journals.sagepub.com/doi/pdf/10.1177/053901892031001006 [archive]résumé]).
  • Gruzinski S (1999), La Pensée métisse, Paris, Fayard.
  • Giulia Bogliolo Bruna (sous la direction de), 2006, Thule, Rivista italiana di Studi Americanistici n°16-17 Regards croisés sur l’objet ethnographique : autour des arts premiers et des métissages
  • Jouanny, R. (1986) LS Senghor et le métissage culturelNégritude/Antiquitéin Léopold Sédar Senghor. Sud, 16(63), 23-34.
  • Khatibi, A. (1990) Le Métissage culturel, Manifeste. Abdelkébir Khatibi.
  • Kim, S. M. (2008). Jeunes femmes asiatiques en France: conflit de valeurs ou métissage culturel. Éditions L'Harmattan.
  • Lequin L (1997) Paroles transgressives et métissage culturel au féminin. Journal of Canadian studies, 31(4), 47-57 DOI: https://dx.doi.org/10.3138/jcs.31.4.47 [archive] (résumé [archive]).
  • Louise R (1998) Manifeste du marronisme moderne: Philosophie de l'esthétique des artistes de la Caraïbe et d'Amérique latine: le métissage culturel, 1948-1998. Lafontaine.
  • Lüsebrink H.J (1992) Métissage culturel et société coloniale: émergence et enjeux d’un débat, de la presse coloniale aux premiers écrivains africains (1935–1947). Métissages Littérature-Histoire, 109-18.
  • Taguieff P.A (2009) Une nouvelle illusion théorique dans les sciences sociales: la globalisation comme “hybridation” ou “métissage culturel”. Observatoire du communautarisme.
  • Toumson R (1999) Mythologie du métissage (pp. 241-246). Éditions Karthala.
  • Yu-Sion L (2003) Illusion identitaire et métissage culturel chez les «Sinoi» de la Réunion [archive]. Perspectives chinoises, 78(1), 61-69.

Voir les commentaires

Repost0