environnement

Publié le 13 Novembre 2020

Aujourd'hui, la Belgique vend à la Colombie des quantités de pommes de terre qui, de l'avis des agriculteurs, ne sont pas justifiées puisque le pays a des cultures dans dix départements et 283 municipalités. Une réalité qui, si elle n'est pas mise sous la ceinture, enlèvera le pain de plus de 100 000 familles qui dépendent de la culture atavique.

Ce sont des déchets de pommes de terre de très petite taille que les pays de l'Union européenne n'acceptent pas et c'est pourquoi ce qui reste là-bas n'est pas envoyé en Colombie à des prix très bas. Un fait national qui fait réfléchir plus d'un car il y a du dumping et autre chose, ils vendent des pommes de terre moins cher à la Colombie qu'à l'Angleterre, c'est-à-dire qu'ils veulent prendre le contrôle du marché colombien, tuer les agriculteurs et une fois qu'ils sont positionnés, faire avec le prix ce qu'ils veulent.

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) est la seule organisation internationale qui s'occupe des règles régissant le commerce entre les pays. Les piliers sur lesquels il repose sont les Accords de l'OMC, qui ont été négociés et signés par la plupart des pays qui participent au commerce mondial et ratifiés par leurs parlements respectifs. L'objectif est de garantir que les échanges commerciaux se déroulent de la manière la plus fluide, la plus prévisible et la plus libre possible.

Le 15 novembre 2019, l'Union européenne a demandé des consultations avec la Colombie concernant les droits antidumping imposés par la Colombie sur les importations de pommes de terre, préparées ou conservées (sauf au vinaigre ou à l'acide acétique), congelées (frites de pomme de terre (surgelées), originaires de Belgique, des Pays-Bas et d'Allemagne.

L'Union européenne a fait valoir que les mesures semblent être incompatibles avec les dispositions suivantes:

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Frites, #Pommes de terre, #Colombie, #Belgique, #Environnement

Repost0

Publié le 8 Novembre 2020

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Earth Song, #Michael Jackson, #Journée mondiale de l'environnement, #Environnement

Repost0

Publié le 25 Octobre 2020

Qui plus est, des tonnes de carburants sont nécessaires pour le transport de ces frites qui pourraient être produites au Pérou directement ! Favoriser la consommation locale et sortir les produits de l'agriculture de l'accord de libre-échange: voici ce que réclament certaines organisations non-gouvernementales.

Pommes de terre: le véritable or des Incas.

En 2012, l’Union européenne a conclu un accord de libre-échange avec le Pérou, et la Colombie. L’Équateur a rejoint l’accord par la suite.

Un récent rapport montre que cette libéralisation des échanges commerciaux avec le Pérou, a des conséquences socio-économiques désastreuses pour 95% de paysannes et paysans péruviens qui voient arriver sur leurs marchés des produits alimentaires vendus à des prix avec lesquels ils ne peuvent pas rivaliser.

Sur la période 2014-2018, l’Union européenne a exporté au Pérou, plus de 26 000 tonnes de pommes de terre frites surgelées en provenance notamment de la Belgique et des Pays-Bas, soit une quantité trois fois plus grande qu’avant l’entrée en vigueur de cet accord.

Nos pommes de terre européennes, coupées en frites, surgelées et emballées dans des sachets en plastique parcourent la moitié de la planète pour arriver dans les supermarchés péruviens où elles sont vendues moins chères que les produits locaux. Une aberration d’autant plus grande quand on sait que le Pérou est le pays d’origine de la pomme de terre qui offre la plus grande diversité de patates au monde! Une infinie variété de pommes de terre andines, cultivées depuis des millénaires par des paysans soucieux d’en préserver toutes les diversités, est aujourd’hui menacée par l’arrivée de frites surgelées et standardisées, en provenance de l’U.E.

Ces frites européennes exportées à un moindre coût empêchent les producteurs péruviens de patates de vendre leurs propres produits sur place à un prix juste car la concurrence des pommes de terre européenne est trop forte. Résultat : les paysans péruviens ne parviennent plus à vivre de leur activité agricole.

Pérou, le pays aux plus de 3000 variétés de pommes de terre.

Depuis l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange, les importations de pommes de terre transformées en provenance de l’U.E ont augmenté de plus 40% et sur la même période, le prix au kilo de la patate a baissé de 20%.

En favorisant les exportations européennes vers le Pérou, cet accord met en concurrence l’agriculture européenne, performante, industrialisée et subsidiée par la politique agricole commune (PAC) et l’agriculture péruvienne, principalement paysanne et où une grande majorité ne reçoit aucun soutien du gouvernement.

La situation pour les paysans au Pérou est précaire car ceux-ci ne bénéficient d’aucun soutien de la part du gouvernement, contrairement à l’agro-industrie qui est fortement soutenue. L’accord de libre-échange vient ainsi renforcer cette disparité et la pauvreté dans laquelle vivent déjà de nombreux paysans péruviens.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Frites, #Pérou, #frites belges, #Belgique, #Environnement, #pommes de terre, #pauvreté

Repost0