exposition

Publié le 22 Février 2015

Au cœur de l’hiver, le Musée accroche le soleil sur ses cimaises avec cette exposition sur l’orientalisme, une première, qui révèle la figure oubliée d’un maître du genre, Benjamin-Constant. 

Dans la lignée d’un Eugène Delacroix qu’il admire, ce peintre flamboyant se rapproche de l’orientalisme d’Henri Regnault, Mariano Fortuny, Georges Clairin ou Jean-Paul Laurens, des artistes brillamment présentés dans l’exposition. S’emparant des stéréotypes d’un Orient colonial en suspens, il associe des odalisques nonchalantes à des Maures farouches dans ses toiles monumentales. Sa peinture d’histoire, d’inspiration byzantine ou biblique, complète sa veine orientaliste. 

L’exposition parcourt six lieux emblématiques de l’orientalisme, proposant la double lecture de ses récits fictionnels, confrontant mises en scène picturales et réalités documentaires. Un appareil graphique et photographique complète cette exploration de l’Espagne mauresque et du Maroc chérifien, entre mirages de la séduction et réalités masquées d’une république des colonies.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Bons plans, #exposition, #Orientalisme, #2015

Repost0

Publié le 20 Janvier 2015

Quinten Metsys Portret van een Man met rozenkrans c. 1515-1520 Huile sur bois Private Collection

Quinten Metsys Portret van een Man met rozenkrans c. 1515-1520 Huile sur bois Private Collection

Pendant des siècles, seuls les saints et les souverains bénéficiaient du privilège de voir leur portrait couché sur la toile. À la Renaissance, l’art du portrait a connu un essor sans précédent. L’individu a désormais une place dans la société et la bourgeoisie fortunée souhaite se faire représenter. FACES THEN vous fera découvrir 50 portraits du XVIe siècle réalisés par des maîtres comme Quentin Metsys, Joos van Cleve ou Joachim Beuckelaer. Ces peintres ont immortalisé leurs contemporains dans des toiles d’une grande beauté et particulièrement détaillées. Ces portraits, peints dans les principaux centres des Pays-Bas, font la synthèse entre réalisme et idéalisation, une geste esthétique qui leur confère une valeur inestimable. 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #exposition, #Bruxelles, #Bons plans

Repost0

Publié le 19 Janvier 2015

Artiste autodidacte, Todd James commence à tagger dans les rues et les métros de New York à l’âge de 11 ans sous le nom de REAS. Graphiste, illustrateur et éditeur, il travaille avec des musiciens comme Les Beastie Boys, Eminem ou encore Iggy Pop. En tant qu’artiste, il réalise l’exposition  Street Market », avec Steve Powers et Barry Mc, Gee à la galerie Deitch Projects, à New York, et participe à l’exposition « Beautiful Losers ». Son travail est montré dans de nombreux musées et galeries du monde, comme la Tate Liverpool, le Yerba Buena Center for the Arts ou l’Institut d’art contemporain de Philadelphie.
Ses peintures sont composées de lignes simples, dans un style proche des cartoons. Inspiré par la pop culture et les peintres expressionnistes américains, Todd James représente généralement des femmes dans leur routine journalière ou dans des poses lascives qu’il mêle à des images de conflits et de catastrophes naturelles. D’apparence joyeux et très colorés, ses motifs sont inspirés de la beauté et de la rudesse de la rue. Souvent bruts, violents voire scatologiques et surtout sans complexes.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Bruxelles, #Bons plans, #Artistes du Paradis, #exposition, #2015

Repost0