extreme droite

Publié le 18 Mars 2021

Robert Charles Adolphe Marie Lucien Close, né le 30 avril 1922 à Bruxelles et y décédé le 8 décembre 2003, est un militaire et homme politique belge. Il a également été l'un des conseillers de la Princesse Lilian Baels. 

Robert Charles Adolphe Marie Lucien Close, né le 30 avril 1922 à Bruxelles et y décédé le 8 décembre 2003, est un militaire et homme politique belge. Il a également été l'un des conseillers de la Princesse Lilian Baels. 

Robert Charles Adolphe Marie Lucien Close, né le 30 avril 1922 à Bruxelles et y décédé le 8 décembre 2003, est un militaire et homme politique belge. Il a également été l'un des conseillers de la Princesse Lilian Baels. 

Close a étudié à l'Académie royale militaire. En mai 1940, il a combattu pendant la campagne des dix-huit jours lorsque l'Allemagne nazie a attaqué la Belgique. Après la reddition de la Belgique, il a rejoint la Résistance, mais en 1942, il a été arrêté et transféré dans un camp de concentration, auquel il a survécu. Après la fin de la guerre, il entame une carrière militaire à partir de 1945.

Diplômé en sciences économiques, politiques et diplomatiques (ULB), il est maître de conférences à l'Université de Liège.

Après avoir été attaché militaire à Londres pour le compte de la Belgique, Close a commandé des brigades belges en République fédérale d'Allemagne de 1971 à 1974 en tant que général. 

Il devient commandant de la 16e Division blindée (1976) et publia à cette époque un livre qui allait lui assurer une notoriété internationale : L'Europe sans défense ? Le Général Close dresse dans cet ouvrage le relevé détaillé de la situation alarmante de la défense militaire de l'Europe. L'ouvrage crée un scandale au sein de l'OTAN. Et provoque la colère des milieux pacifistes et de la gauche.

En 1980, le Général Close présente sa démission des cadres actifs de l'Armée belge et devient membre de la Ligue anti-communiste mondiale (World Anti-Communist League) et préside sa branche belge pendant la conférence tenue en juillet 1990 à Bruxelles. 

En 1981, il se présente aux élections et est élu sénateur pour le PRL. Il y siègera jusqu'en 1987, année où il quitte le PRL, déçu.

En 1983, il fonde avec Jacques Jonet, Paul Vankerkhoven et Nicolas de Kerchove l'Institut européen pour la paix et la sécurité. Cet Institut devait faire de la propagande contre des mouvements pacifistes.

En 1991, il rejoint le BEB-n (Entente belge – nouvelle / Belgische Eenheid – nieuw), petit parti droitier unitariste. Il a également quitté ce parti et rejoint le Front national. En 1996, il quitte ce dernier avec Roger Nols et Marguerite Bastien pour fonder par la suite le Front Nouveau de Belgique.

Proche, sur la fin de sa vie, d'Alain Escada, il contribue à la rédaction de diverses publications, comme la revue Polémique.

 

Ouvrages

  • Robert Close (préface de Henri Simonet), L'Europe sans défense ? : 48 heures qui pourraient changer la face du monde, Éditions Arts et voyages, coll. « Collection Inédits », Bruxelles, 1977, 359 p. (ISBN 2-8016-0050-4)
  • Ernst Albrecht, Guido Brunner, Jacques Chirac, Robert Close... [et al.] (hrsg. von Gerhard Mayer-Vorfelder und Hubertus Zuber), Welches Europa? : Antworten, Seewald, Stuttgart, 1977, 327 p. (ISBN 3-512-00479-2)
  • Robert Close, Europe without defense: 48 hours that could change the face of the world, Pergamon Press, coll. « Pergamon policy studies », New York, cop. 1979, XV-278 p. (ISBN 0-08-023108-X)
  • Robert Close (en collaboration avec Nicolas De Kerchove ; préface de Michael Voslensky), Encore un effort et nous aurons définitivement perdu la Troisième Guerre mondiale, P. Belfond, Paris, 1981, 297 p. (ISBN 2-7144-1446-X)
  • Jacques A.-M. Noterman (préface de R. Close), Que faire pour survivre à la guerre nucléaire ? : informations pratiques destinées à augmenter de façon significative, et à peu de frais, les chances de survie d'une famille en période de guerre, y compris nucléaire, Epécé, Ciney, 1984, 40 p.
  • Général Robert Close, Léopold III : les "non dits", Les Éditions Ligne claire, Bruxelles, 2001, 297 p. (ISBN 2-87115-011-7)

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 15 Décembre 2020

La Belgique, moins violente, mais tout aussi raciste que les États-Unis sous Trump? Lutter contre le racisme : plus que jamais d’actualité en Belgique.

Aujourd’hui, les conditions de naturalisation sont beaucoup plus complexes suite à un changement de législation poussé par le Vlaams Belang et la N-VA.

Andrea Rea

Andrea Rea, né à Auvelais, le 19 juin 1959, est un professeur de sociologie italien qui enseigne à l'Université libre de Bruxelles. Ses travaux portent sur l’étude des phénomènes migratoires, l’intégration des communautés étrangères dans la société belge et bruxelloise en particulier. Andrea Rea s’est vu refuser sa demande de naturalisation belge, en raison d’un “manque de preuves” sur “sa connaissance d’une des trois langues nationales, son intégration sociale et sa participation économique”.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Andrea Rea, #Belgique, #Extrême droite, #Politique, #Racisme, #2020, #Justice, #Droit de la nationalité

Repost0

Publié le 5 Octobre 2020

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Frena, #Zócalo, #AMLO, #Mexique, #Extrême droite

Repost0