extreme-droite

Publié le 23 Novembre 2017

Au crépuscule lorsque les nuages et le ciel sont presque rouges, on dit aux enfants que saint Nicolas est en train de cuire ses spéculoos

Dicton non attesté de Belgique

Le 6 décembre, jour de la Saint-Nicolas, est fêté traditionnellement dans plusieurs pays européens du Nord et de l'Est de l'Europe (notamment la Belgique, le Luxembourg, le nord et l'est de la France, les Pays-Bas et l'Allemagne et la Suisse) « où il distribue des cadeaux à tous les enfants sages ». Le jour où se déroule la fête les enfants se lèvent et découvrent, comme à Noël, un cadeau, des bonbons et des spéculoos en forme de Saint-Nicolas. Dans les écoles, il est fréquent que les élèves reçoivent soit un cadeau, soit un paquet de bonbons. Saint Nicolas étant le patron des écoliers, chants, musiques et danses rythment la journée. En Belgique, certaines entreprises distribuent le 6 décembre un petit colis contenant spéculoos, chocolat et mandarine à leur personnel.

Mais comment les belges peuvent-ils perdre leur temps à publier autant de messages pour une polémique qui ne devrait pas en être une. Ridicule et manque de culture. L'évêque Nicolas de Myre aidait les familles défavorisées en temps de frimât, qu'elles soient chrétienne ou non (donc aussi des musulmans). La légendification de son histoire fit qu'on transformât ses dons en cadeaux pour les enfants. On célèbre l'homme et son action exemplative, pas l'étendard d'une religion ! Dépensez votre énergie à aider les autres ce sera plus productif!

Notre but est de n’exclure aucun enfant. Si vos enfants souhaitent dessiner une croix et bien, libre à eux. La fête de Saint-Nicolas est considérée par certains comme une tradition, par d’autres, comme une fête religieuse. A chacun de s’approprier ce dessin comme il le souhaite.

Solidaris

Solidaris a raison
Solidaris a raison
Solidaris a raison
Solidaris a raison
Solidaris a raison
Solidaris a raison
Solidaris a raison

Solidaris a raison

Pero, ¿cómo pueden los belgas perder el tiempo publicando tantos mensajes de odio contra una associacion de seguros sociales para una controversia que no debería ser uno? Ridículo y falta de cultura. ¡Los belgas deberían, en lugar de quejarse en esta ocasión gastar su energía para ayudar a otros, será más productivo!

Mario Scolas

Solidaris - Saint Nicolas ne portait pas de croix sur sa mitre comme prétendent des populistes belges

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Belgique, #Religion, #extrême-droite, #Saint Nicolas, #2017, #2018

Repost0

Publié le 11 Février 2016

Surréaliste, mais ce scandale artistique se passe à Bruxelles en pleins préparatifs de la fête de Saint Valentin. Ce scandale est voulu par des parlementaires exrémistes qui s'insurgent en réaction de rejet ou de controverse suscitée par cette œuvre d'art publicitaire, dans le cadre de sa présentation. Les Machiviavel de village qui s'insurgent sont tous des personnalités du monde politique bruxellois.
 
L'histoire de l'art est ponctuée de scandales retentissants, depuis les nudités du Jugement dernier de Michel-Ange jusqu'aux performances de l'art contemporain, en passant par l'exposition de l'Olympia de Manet.

Il me semble par contre que la dynamique (idéologique et politique) de censure ici dénoncée, à très juste titre et de belle manière, n'est pas du fait des mouvements féministes, des internautes-objets (de marketing) ou autres inconditionnels de la violence/du sexe/etc qui n'acceptent pas l'équivalent (et moins) s'il s'agit d'une pub pour biscuits.

A mon sens, le grand responsable est l'obscurantisme et l'accroissement de ses adeptes dans la population spectatrice, la sphère politique et donc décisionnaire.
 
Si nous réduisons toute création - quelle qu'elle soit - à des considérations idéologiques ou politiques et si nous sommons les artistes de se justifier en permanence, nous courons le risque de voir un jour l'art s'aseptiser afin de ne froisser personne. Nous pourrons toujours nous consoler avec un biscuit Dandoy.

 

La polémique publicitaire Dandoy révèle un profond malaise de la tournure obscurantiste que prend Bruxelles en 2016
La polémique publicitaire Dandoy révèle un profond malaise de la tournure obscurantiste que prend Bruxelles en 2016

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 16 Mars 2015

Les Hongrois ont flirté avec les Nazis, avec les communistes et maintenant avec les fascistes, c'est donc dans leurs gênes.

On se souvient de la déportation de 600 000 juifs et Tziganes hongrois sous l'occupation nazie par des fascistes locaux. Avec cette chanson pro-Hamas, on s'aperçoit que le peuple hongrois réconcilie avec cette triste période de l'histoire. Certains représentants de la communauté juive reprochent à l’équipe du premier ministre conservateur Viktor Orban d’agir avec ambiguïté – avançant que des auteurs antisémites ont été réintroduits dans les manuels scolaires. Cette chanson prétextant la paix dans le monde est encore une fois est dans l'ère du temps des cuistres toujours sous l'emprise des vieux démons de l'antisémitisme.

 

Pendant que la chanteuse chante est diffusée sur un écran placé derrière le groupe une carte du monde où l’on voit apparaître des phrases commentant les affrontements meurtriers qui ont eu lieu dans le monde. Quand le Proche-Orient apparaît sur l’écran on n’oublie pas Israël et sous le mot Gaza les mots suivants apparaissent, en rapport avec les morts palestiniens durant l’opération « Tsouk Eitan » : « les deux tiers des victimes de la bande de Gaza sont des civils, dont plus de 500 enfants » (en hongrois : civil Gaza az aldozatnak ketharmada tobb mint 500 gyerek).

Par la suite il est question de la Syrie, pour la-bas il n’est mentionné que 10 000 morts – donnée très éloignée de la réalité. La chanteuse sélectionnée s’appelle Boogie, comme notre ministre de la Défense, et c’est un  surnom pour « Boglárka Csemer ». Sa chanson devrait soulever beaucoup de polémiques lors de la compétition qui aura lieu en mai.

Source

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #extrême-droite, #Hongrie, #Concours Eurovision de la chanson, #2015, #antisémitisme

Repost0