flamenco

Publié le 21 Septembre 2015

Le projet Qasida est un mélange explosif de musique iranienne et de flamenco. La chanteuse espagnole Rosario « La Tremendita » chante pour la première fois avec Mohammad Motamedi, la nouvelle star de la musique iranienne traditionnelle. Ses chants poétiques et ses improvisations se fondent dans le chant flamboyant du flamenco de La Tremendita. Au travers de ce concert, partez à la recherche des racines du flamenco.

Le projet Qasida est un mélange explosif de musique iranienne et de flamenco. La chanteuse espagnole Rosario « La Tremendita » chante pour la première fois avec Mohammad Motamedi, la nouvelle star de la musique iranienne traditionnelle. Ses chants poétiques et ses improvisations se fondent dans le chant flamboyant du flamenco de La Tremendita. Au travers de ce concert, partez à la recherche des racines du flamenco.

DATE

Jeudi 10 mars 2016, 20:00 (→ 22:00) 

LIEU

Salle M 
Rue Ravenstein 23
1000 BRUXELLES

TARIFS

Tarif normal : de 18 à 24 €


Coproduction : Bozar Music

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Bruxelles, #Concert, #Belgique, #Bons plans, #2015, #Flamenco

Repost0

Publié le 4 Septembre 2015

Antonio Molina, (Malaga, 9 mars 1928 - Madrid, 18 mars 1992) était un acteur et chanteur espagnol. Ses origines étaient humbles et il s’installa à Madrid pour devenir chanteur. L’une de ses chansons les plus importantes est la chanson en hommage aux hommes du charbon "Soy minero" (Je suis mineur) - il débuta au Teatro Fuencarral en 1952.

Antonio Molina, (Malaga, 9 mars 1928 - Madrid, 18 mars 1992) était un acteur et chanteur espagnol. Ses origines étaient humbles et il s’installa à Madrid pour devenir chanteur. L’une de ses chansons les plus importantes est la chanson en hommage aux hommes du charbon "Soy minero" (Je suis mineur) - il débuta au Teatro Fuencarral en 1952.

Un très beau pasodoble

Une autre chanson dédiée aux mineurs espagnols

  • Soy minero
  • El macetero
  • El agua del avellano
  • La bien pagá
  • Copla y fortuna
  • Adiós, lucerito mío
  • En el fondo de la mina
  • Cantar, cantar
  • Tu fiesta campera
  • Caminito de mis penas
  • Adiós a España
  • Yo quiero ser mataor
  • El cristo de los Faroles
  • Estudiantina de Madrid
  • Soy el cante
  • A la sombra de un bambú
  • María de los Remedios
  • Malagueña
  • Ay Carmela
  • La hija de Juan Simón
  • Ángela del alma mía
  • Dos cruces
  • Una paloma blanca
  • Mar blanca
  • Soy un pobre presidiario
  • Cocinero, cocinero
  • Las murallitas de Cádiz
  • La jaca más postinera
  • Soy del norte
  • Caballito bandolero
  • Veinticuatro cascabeles
  • Ni Alemania ni Francia
  • Puente de plata
  • Camino verde
  • Toros y coplas
  • Tus ojos verdes
  • Como en España ni hablar
  • Mujer extranjera
  • Gibraltar
  • Nana
  • La tortolica
  • Mi pueblecito
  • Portuguesiña
  • Con ese beso
  • Marbella, perla del mar
  • Si a ti te llaman Consuelo
  • Barcelona
  • Ave de paso
  • Ay Málaga mía
  • Pena blanca
  • Mari Rosa o Mar y rosas
  • Te llamaban la Caoba
  • Tientos del ay, ay
  • El hijo de la Pili
  • Una mujer extranjera
  • Preso del desamparo
  • Camino
  • Son tus dientes alhelíes
  • Racimos a millares
  • Mi petenera
  • Plegaria
  • Estudiantina catalana
  • Novia malagueña
  • Manuela la soleares
  • Rosa Malena
  • El capitán
  • Cuando siento una guitarra
  • De contrabando
  • Coplas de mi Andalucía
  • Coplas de la Mezquita
  • Canela y clavo
  • Campanas de San Lorenzo
  • Buscando pelea
  • Barquito de mi amor
  • La serranía
  • La mi morena
  • La niña del amo
  • Madre
  • María de los Dolores
  • Lucero de la mañana
  • Mi Costa del Sol
  • Mi rosa morena
  • Pregón de boquerones
  • Perfidia
  • Oye mi campana
  • Penita de amores
  • Palacio moro
  • Celos
  • Ojos negros
  • Piropo español
  • Mi corazón dice sí
  • Pregúntale a la luna
  • Granada, te quiero
  • Puñal
  • Puse un rosal
  • Puente de plata
  • Te comparé con la luna
  • Me quemé las manos
  • Remordimiento
  • Orgullosa y peregrina
  • Siete caballos de espuma
  • Rosa de la Alhambra
  • Seguidillas cascabeleras
  • Piedra fría
  • Mi petenera (Por tientos)
  • Oh mi niño
  • Puente de coplas
  • No maltrates a tu madre
  • Vendiendo alegría
  • Nadie se meta conmigo
  • No eres buena
  • Oh mi niño (Distinta)
  • Dulcero cubano
  • Tengo fe
  • Don Pedro como era Calvo
  • Que pasa y mira
  • Salieron tres calaveras
  • Robaría el firmamento
  • Caminito del olvido
  • La rosa del penal
  • Si el agua de tus fuentes
  • Acacia de Madrid
  • Balanza de mi querer
  • Tienes la cara de plata
  • Te trae de Cuba el indiano
  • Colombianas
  • La calle donde yo vivo
  • Ya se apagan los luceros
  • Qué guapa, qué guapa eres
  • Aire, aire
  • El hijo mío
  • Cantiña
  • Nana de Jerez
  • Bendita sea la hora
  • Córdoba y su copla
  • Calma esta agonía
  • De cantinera
  • Caracola de colores
  • Alegrías del marisquero
  • Seca el llanto y no me llores
  • Tengo una pena pena
  • Carmen
  • Dime qué motivos tienes
  • Yo quiero vivir contigo
  • En un cantarito nuevo
  • Cádiz del alma mía
  • En medio de los trigales
  • Te comparé con la luna
  • Cantas Y Tocas Por Mi
  • Ben Hali

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Antonio Molina, #coplas, #Flamenco, #musiques espagnoles

Repost0

Publié le 19 Avril 2015

"Todos los musulmanes de nuestro Protectorado en Marruecos, impregnados del amor y la cultura que en ellos ha sembrado España, acuden en socorro inmediato al escuchar los clarines de la llamada de Occidente. (...) Ni levas ni propaganda. Voluntarios nada más. Por mandato del corazón" annonçaient les service de propagande du général

"Todos los musulmanes de nuestro Protectorado en Marruecos, impregnados del amor y la cultura que en ellos ha sembrado España, acuden en socorro inmediato al escuchar los clarines de la llamada de Occidente. (...) Ni levas ni propaganda. Voluntarios nada más. Por mandato del corazón" annonçaient les service de propagande du général

Clip rendant hommage aux hommes des troupes coloniales espagnoles.

 
Pensant mener une croisade contre la mécréance, quelque cent mille marocains  âgés entre 16 à 50 ans ont combattu pendant la guerre civile espagnole. Ils ont été recrutés par l'armée de Franco au sein des villages berbère des villages misérables de Ifni, et emmenés en l'Espagne sur les navires et les avions allemands. Pendant les trois années de la guerre, ces hommes ont participé à tous les champs de bataille et laissé un souvenir terrible Ils ont aidé les jihadistes du Christ du général Franco. 20 000  d'entre eux sont morts au combat, Après la guerre, ceux qui étaient encore en vie ont été libérés et rapatriés sans hésitation. Aujourd'hui ils sont des vieillards et sont indemnisés d'une misérable retraite de 50€ par mois I
 
EL Barrio est un groupe espagnol de flamenco, dont José Luis Figuereo est le chanteur. De nos jours, il est connu comme étant l'un des artistes à grand succès de l'Andalousie, car il est non seulement chanteur, mais également compositeur et poète. Un auteur-compositeur donc qui emploie les vieilles techniques de flamenco.
En tant que poète, il donne un air frais au flamenco, bien qu'il ne raconte pas dans ses chansons des histoires spécifiques, il est très facile de voir son reflet dans celles-ci. Les contenus de ses chansons définissent un flamenco urbain, décrivant des concepts et beaucoup de sentiments. Son langage est lyrique et moderne, d'un esprit jeune, et dotés de beaucoup d'expressions argotiques gitanes.
 
Son côté chanteur est spécifique, sa voix a une forte tonalité et renvoie aux grands chanteurs espagnols de flamenco. Il a une utilisation de sa gorge de première classe en chantant.
 
Sa poésie est évocatrice de la poésie de la génération de 1898, du surréalisme d'Alberti, du très gitan Lorca et du très passionné Miguel Hernández.
 
José Luis Figuereo, Selu, El Barrio, est pour ses fans un poète urbain du xxie siècle, il s'est très bien lié avec eux, encore plus avec les jeunes fans qui découvrent encore le flamenco.

 

Ces hommes de la guardia mora ont servis le caudillo jusqu'à sa dernière demeure.

Ces hommes de la guardia mora ont servis le caudillo jusqu'à sa dernière demeure.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #musiques espagnoles, #Maroc, #Religion, #Flamenco

Repost0