fonoteca nacional

Publié le 25 Janvier 2022

Des instruments de musique existaient probablement en Méso-Amérique dès le Paléolithique supérieur (40 000-10 000 avant JC), car des flûtes en os datant de cette période ont été trouvées. Ce sont des sifflets en os avec une perforation qui étaient utilisés par les chasseurs-cueilleurs pour imiter les cris des animaux lors de la chasse. De plus, on pense que les grattoirs à os, les carapaces de tortue et les cordes de coquillage ont été utilisés pour émettre des sons lors d'activités rituelles. Cependant, ce ne sont que des hypothèses qui manquent de vérification.

On connait très peu de choses sur la musique préhispanique du Mexique, bien qu'il existe de nombreux groupes qui revendiquent cette tradition dans tout le pays. Les anciennes civilisations mésoaméricaines des Mayas et des Aztèques jouaient des instruments dont le tlapitzalli (flûte), le teponatzli (tambour en bois), une sorte de trompette faite de conques et le huehuetl (timbales). Les premiers écrits des colonisateurs espagnols indiquaient que la musique aztèque était entièrement religieuse et interprétée par des musiciens professionnels ; certains instruments étaient considérés comme sacrés et les erreurs dans l'exécution de ceux-ci étaient punies pour être éventuellement une offense aux dieux. Certaines représentations picturales indiquent que la performance dans des ensembles était assez courante. Bien qu'aucune musique écrite n'ait survécu, les archéologues ont fouillé des instruments de musique et peint et sculpté des représentations des anciens Mayas qui montrent à quel point la musique était un élément complexe de la structure sociétale et religieuse. La plupart de ces musiques ont disparu après la dissolution de la civilisation mayas suite à la conquête espagnole. Avec l'arrivée des Espagnols en Amérique, la musique religieuse, profane et de guerre est également arrivée de la péninsule ibérique. Avec eux, des instruments tels que des flûtes en bois, des cors en ivoire ou en bois, des trompettes, des cors, des saqueboutes, des bassons, des guitares, des violons, des altos, des harpes, des psautiers et les orgues sont entrés sur le territoire mexicain.

Certaines des musiques autochtones ont été fusionnée avec des influences espagnoles. En effet, après l'arrivée des Espagnols, les indigènes ont appris la musique européenne des missionnaires. De nombreuses danses de conquête pratiquées dans les communautés indigènes du pays datent de cette époque ; ainsi que certains genres associés au culte catholique, comme la danse des Matachines et le son de Concheros, entre autres. La musique de concert étant un produit de la culture européenne, l'histoire de la musique de concert mexicaine a commencé après la Conquête, avec l'établissement de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne.

Benito Juárez a jugé nécessaire de composer des musiques militaires. Des fanfares de village ont proliféré à la fin du xixe siècle, donnant des concerts sur les places locales, souvent sous un kiosque central.

Actuellement, la Fonoteca Nacional, l'institution mexicaine responsable de la sauvegarde du patrimoine sonore du pays sauvegarde les documents sonores à travers la mise en œuvre de méthodes de collecte, de conservation et de préservation afin que les chercheurs, les enseignants, les étudiants et le grand public y ont accès. D'importantes collections sonores pour la vie sociale, culturelle et patrimoniale du Mexique sont également conservées.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Musique mexicaine, #Culture mexicaine, #Histoire de la musique, #Histoire mexicaine, #Fonoteca Nacional

Repost1