gaz russe

Publié le 2 Avril 2022

Les sanctions occidentales contre la Russie liées à l'opération russe en Ukraine affectent les sphères financière et militaire, les transports aériens et maritimes, ainsi que le secteur énergétique du pays eurasien. Cependant, l'Union européenne (UE), l'un des plus gros acheteurs de ressources énergétiques russes, n'a pas encore interrompu les importations de gaz russe, qui, pour l'instant, continue d'atteindre les pays du bloc au même rythme.

Pendant ce temps, en raison du gel des avoirs russes à l'étranger, le président du pays eurasien, Vladimir Poutine, a ordonné de facturer la fourniture de gaz naturel aux "pays non amis" uniquement en roubles, mais les États du G7 ont refusé d'effectuer des paiements en cette monnaie, soulignant que le paiement en roubles "constituerait une rupture unilatérale et manifeste des contrats existants".

De son côté, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a souligné qu'"il n'y a pas de gaz gratuit", et le Kremlin "calcule" également la possibilité que l'Europe ne paie pas en roubles. Mais que se passerait-il si Moscou décidait de fermer le robinet de gaz ?

🔺 "Le chauffage et l'électricité seront difficilement abordables"
L'UE importe environ 40 % de son gaz de Russie, mais sa répartition est très inégale. L'Allemagne, la plus grande économie du bloc, est l'un des principaux clients gaziers de la Russie, lui achetant 55% de tout son gaz naturel l'an dernier, pour lequel le ministre de l'Economie Robert Habeck a averti qu'une interdiction immédiate des importations pourrait entraîner "des goulots d'étranglement d'approvisionnement l'hiver prochain, économique récessions et forte inflation », tandis que « des centaines de milliers de personnes perdront leur emploi », tandis que pour beaucoup « le trajet domicile-travail sera difficilement abordable, ainsi que le chauffage et l'électricité.

🔺Un délai de trois ans pour remplacer le gaz russe en Italie
L'Italie, qui serait l'une des économies les plus touchées, importe environ 40 % de ses achats totaux de gaz à la Russie. Le ministre italien de la Transition écologique, Roberto Cingolani, a déclaré qu'un remplacement complet du gaz russe serait "possible dans un horizon temporel minimum de trois ans". Cependant, une partie des importations pourrait être remplacée "à court ou moyen terme" par une série de mesures, notamment l'augmentation des importations de gaz en provenance d'Algérie, ainsi que la production d'énergie à base de charbon et de pétrole.

🔺Autres États européens touchés
De son côté, l'Autriche tire environ 80 % de son gaz naturel de la Russie et dépend fortement de son flux régulier, notamment pour son industrie et ses centrales électriques. 87% du gaz naturel importé par la République tchèque est d'origine russe et pour créer des réserves en cas d'arrêt du gaz russe, le pays a acheté jusqu'à 200 millions de mètres cubes de gaz. La Slovaquie est approvisionnée à 100% par cette source.

Les États du bloc connaissent déjà une hausse des prix de l'énergie, ce qui pose des problèmes aux ménages pour payer les factures d'électricité, même dans les pays moins dépendants des importations énergétiques russes, comme l'Espagne, où ce mois de mars est déjà le mois avec le l'électricité la plus chère de l'histoire, avec une moyenne de 283,30 euros par mégawattheure.

🔺 Conséquences pour la Russie
L'arrêt des exportations de gaz russe vers l'Europe aurait également des conséquences pour la nation eurasienne. Ainsi, les analystes de BCA Research soulignent que l'économie russe dépend fortement des ventes de gaz, en particulier dans le contexte de la réduction de ses sources de revenus à la lumière de l'imposition de sanctions. Par conséquent, le pays doit exporter du gaz pour "garantir la stabilité interne", entre autres, a déclaré Mathieu Savary, stratège européen en chef chez BCA Research.

D'un autre côté, plusieurs experts préviennent que si la Russie cesse d'envoyer du gaz vers l'Europe, les prix du pétrole pourraient monter à 200 dollars le baril, voire plus.

🔺Recherche d'alternatives au gaz russe
Selon un rapport du groupe de réflexion indépendant Brugel, même si la Russie cesse d'importer, l'Europe pourrait encore faire face à l'hiver à venir. Il convient de noter qu'un tel scénario suppose que l'UE est en mesure d'acheter des quantités sans précédent de gaz avant la fermeture, que les acteurs du marché sont suffisamment incités à l'acheter et à le stocker à des prix élevés et que le gaz est distribué sans heurts entre les pays. De plus, la région devra réduire la demande de gaz d'au moins 400 térawattheures, soit entre 10 % et 15 % de la demande annuelle.

En ce sens, les États européens sont à la recherche de nouvelles opportunités pour diversifier les approvisionnements énergétiques. Plus précisément, le bloc communautaire a déclaré qu'il prévoyait de réduire les importations de gaz russe de deux tiers d'ici la fin de cette année et que, de cette manière, il réduirait progressivement sa dépendance d'ici 2030.

Dans le même temps, les pays cherchent des alternatives pour réduire leur dépendance.

Plus précisément, le bloc communautaire a déclaré qu'il prévoyait de réduire les importations de gaz russe de deux tiers d'ici la fin de cette année et que, de cette manière, il réduirait progressivement sa dépendance d'ici 2030.

Dans le même temps, les pays recherchent des alternatives pour réduire leur dépendance au gaz. Ainsi, l'Allemagne étudie la possibilité de prolonger la durée de vie de trois centrales nucléaires dont la fermeture est prévue cette année. Elle envisage également de miser sur l'hydrogène vert australien.

🔺 Existe-t-il d'autres pays auprès desquels l'Europe peut acheter du gaz ?
Bien sûr, la Russie n'est pas le seul pays au monde à vendre du gaz naturel, mais remplacer les approvisionnements russes ne sera pas si facile. Le stratège en investissement d'Ari Capital, Sergei Suverov, a déclaré que les nations européennes ne seraient pas en mesure de substituer rapidement le gaz russe à celui d'autres exportateurs tels que les États-Unis, dont la capacité est limitée, ou le Qatar, dont les approvisionnements sont déjà largement contractés. .

À son tour, l'analyste en chef d'Otkritie Broker, Andrei Kochetkov, a souligné qu'il n'y a tout simplement pas assez de gaz dans le monde pour que l'Europe puisse l'acheter à d'autres pays. "S'il y a un détournement de gaz du Qatar, d'Australie ou de n'importe où ailleurs, cela signifie que l'Asie manquera de gaz", a-t-il dit, avertissant que les prix élevés du marché "vont ruiner toute croissance économique".

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Russie, #Gaz russe

Repost0