histoire mexicaine

Publié le 25 Janvier 2022

Des instruments de musique existaient probablement en Méso-Amérique dès le Paléolithique supérieur (40 000-10 000 avant JC), car des flûtes en os datant de cette période ont été trouvées. Ce sont des sifflets en os avec une perforation qui étaient utilisés par les chasseurs-cueilleurs pour imiter les cris des animaux lors de la chasse. De plus, on pense que les grattoirs à os, les carapaces de tortue et les cordes de coquillage ont été utilisés pour émettre des sons lors d'activités rituelles. Cependant, ce ne sont que des hypothèses qui manquent de vérification.

On connait très peu de choses sur la musique préhispanique du Mexique, bien qu'il existe de nombreux groupes qui revendiquent cette tradition dans tout le pays. Les anciennes civilisations mésoaméricaines des Mayas et des Aztèques jouaient des instruments dont le tlapitzalli (flûte), le teponatzli (tambour en bois), une sorte de trompette faite de conques et le huehuetl (timbales). Les premiers écrits des colonisateurs espagnols indiquaient que la musique aztèque était entièrement religieuse et interprétée par des musiciens professionnels ; certains instruments étaient considérés comme sacrés et les erreurs dans l'exécution de ceux-ci étaient punies pour être éventuellement une offense aux dieux. Certaines représentations picturales indiquent que la performance dans des ensembles était assez courante. Bien qu'aucune musique écrite n'ait survécu, les archéologues ont fouillé des instruments de musique et peint et sculpté des représentations des anciens Mayas qui montrent à quel point la musique était un élément complexe de la structure sociétale et religieuse. La plupart de ces musiques ont disparu après la dissolution de la civilisation mayas suite à la conquête espagnole. Avec l'arrivée des Espagnols en Amérique, la musique religieuse, profane et de guerre est également arrivée de la péninsule ibérique. Avec eux, des instruments tels que des flûtes en bois, des cors en ivoire ou en bois, des trompettes, des cors, des saqueboutes, des bassons, des guitares, des violons, des altos, des harpes, des psautiers et les orgues sont entrés sur le territoire mexicain.

Certaines des musiques autochtones ont été fusionnée avec des influences espagnoles. En effet, après l'arrivée des Espagnols, les indigènes ont appris la musique européenne des missionnaires. De nombreuses danses de conquête pratiquées dans les communautés indigènes du pays datent de cette époque ; ainsi que certains genres associés au culte catholique, comme la danse des Matachines et le son de Concheros, entre autres. La musique de concert étant un produit de la culture européenne, l'histoire de la musique de concert mexicaine a commencé après la Conquête, avec l'établissement de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne.

Benito Juárez a jugé nécessaire de composer des musiques militaires. Des fanfares de village ont proliféré à la fin du xixe siècle, donnant des concerts sur les places locales, souvent sous un kiosque central.

Actuellement, la Fonoteca Nacional, l'institution mexicaine responsable de la sauvegarde du patrimoine sonore du pays sauvegarde les documents sonores à travers la mise en œuvre de méthodes de collecte, de conservation et de préservation afin que les chercheurs, les enseignants, les étudiants et le grand public y ont accès. D'importantes collections sonores pour la vie sociale, culturelle et patrimoniale du Mexique sont également conservées.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Musique mexicaine, #Culture mexicaine, #Histoire de la musique, #Histoire mexicaine, #Fonoteca Nacional

Repost1

Publié le 31 Octobre 2021

Nayarit est le nom qui désigne, en langue cora, le groupe ethnique éponyme et originaire de la région. Il signifie « fils de Dieu qui est dans le ciel et le soleil ».

La culture Nayarit s'est développée sur la côte ouest du Mexique, dans une zone très humide caractérisée par une jungle épaisse et un grand nombre de rivières, d'estuaires et de lagunes, où abondent moustiques, serpents et lézards venimeux. Les traces des premiers peuples de Nayarit ont été datées de la première moitié du IIe millénaire av. J.-C. ; on appelle ces peuples « Concheros » en espagnol parce qu'ils vivaient principalement de l'exploitation des ressources océaniques.

Cette culture entretenait des relations étroites avec les populations voisines de Jalisco et Colima, avec lesquelles elles partageaient de nombreux aspects de la poterie et des rituels mortuaires. Les peuples Huichols actuels sont les héritiers des anciennes populations de Nayarit, observant parmi eux des éléments culturels qui proviennent de leur origine ancienne, notamment visibles dans la fabrication de figurines à fort contenu symbolique. 

Bien que l'on ne sache pas grand-chose de leur organisation sociale, on pense que ces populations étaient organisées en chefferies locales, où les chamanes auraient occupé une place très importante.  L'autorité civile est dirigée par un gouverneur nommé Totohuani, et est renouvelée chaque année. Les mara 'akate ou maraakames - chanteurs ou prêtres - ont pour mission de préserver et de faire vivre les traditions.

Dans la région d'Ixtlán, des preuves archéologiques ont été enregistrées qui suggèrent que les communautés Nayarit résidaient dans des villages composés de plusieurs familles. Les modèles de maisons en argile montrent des agglomérations très peuplées, allant de simples bâtiments à deux murs et un toit, à des maisons à deux étages avec plusieurs pièces, chacune avec son propre toit.

Statuette féminine Culture Nayarit
Statuette féminine Culture Nayarit. Réalisées au début de la sédentarisation, par des sociétés villageoises développant l’agriculture, ces représentations généralement anthropomorphes évoquent la vie quotidienne entre 100 av. J.-C. et 250 apr. J.-C.
Musée de L'Érotisme et de la Mythologie de Bruxelles (MEM)

 

Les céramiques Nayarit ont été réalisées avec différentes techniques d'élaboration et de finition, mettant en valeur la décoration avec des peintures négatives et positives, bien que les formes représentées soient assez homogènes. Les figures humaines sont assez naturalistes, bien qu'elles présentent certaines déformations, telles que l'allongement et la stylisation des formes du corps, pour obtenir une silhouette plus expressive. On y voit certains détails de la conception esthétique de cette ville, tels que la déformation crânienne, l'utilisation d'anneaux de nez, de boucles d'oreilles et de colliers ou la décoration des vêtements. On remarquera particulièrement certaines représentations féminines dressées tenant des vases, assises, agenouillées ou allongées. Les poteries, fort créatives, représentent ainsi l’un des rares vestiges de cette civilisation de cultivateurs, de chasseurs et de pêcheurs, ayant connu un déclin brutal, probablement dû à des bouleversements écologiques. Une bonne partie des objets produits par les peuples de cette culture a été retrouvée hors contexte archéologique, en raison de l'activité de pilleurs de tombes dont le mobilier funéraire avait été vendu au marché noir.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 4 Octobre 2021

En octobre, Hidalgo a déclaré l'esclavage aboli et les affrontements avec l'armée royaliste se sont poursuivis. En mars 1811, lui et ses chefs militaires sont capturés alors qu'ils se dirigent vers le nord du territoire. Après son exécution et celle des premiers caudillos, la deuxième étape de la guerre d'indépendance du Mexique se caractérise par la tentative de préciser une organisation politique et un programme qui définiraient les aspirations du mouvement.

Voir les commentaires

Repost0