histoire

Publié le 18 Juin 2020

Les premières expéditions coloniales belges sous Léopold Ier.

Alors que Léopold Ier a tenté de fonder une colonie belge en Amérique centrale et que les Belges ont principalement émigré aux États-Unis et dans les pays hispanophones d’Amérique latine pendant la grande crise économique et sociale des années 1840, Léopold II s’est intéressé, pour des raisons stratégiques, à la région inexploitée du Brésil actuel. Comme il allait le constater plus tard aussi en Afrique, Léopold savait que les grandes richesses se trouvent surtout à l’intérieur des terres. Par ailleurs, il ne souhaitait pas entrer en compétition avec l’Angleterre, la France ou l’Allemagne afin de s’emparer d’une région côtière (et il ne disposait pas du soutien politique ni militaire nécessaire pour cela).

 

La première tentative de colonisation, qui portait sur l’Amazonie, a échoué à cause de l’enthousiasme irréfléchi du souverain qui souhaitait explicitement que le Brésil lui concède une colonie belge, ce que l’empereur du Brésil, Pierre II (un ami de Léopold II) a habilement refusé. En effet, depuis son indépendance, le Brésil s’efforçait de garantir sa souveraineté nationale et l’intégrité de ses frontières, de sorte qu’une « colonie » explicite ne pouvait être envisagée. Léopold a alors changé de cap et fait appel à des entreprises belges (Compagnie des Produits Civils, Compagnie des Caoutchoucs du Matto Grosso et, plus tard, Compagnie de l’Urucum) afin d’acquérir des terres à l’intérieur du pays, principalement dans le Mato Grosso. Son plan a fonctionné à merveille pendant les vingt dernières années du xixe siècle. Un territoire de pas moins de 80 000 km² était alors sous contrôle « belge » et Léopold était même parvenu à donner un caractère officiel à cette présence, en établissant un vice-consulat à Descalvados. Les plantations aménagées servaient à la culture d’une multitude de plantes très rentables ainsi qu’à l’élevage de bétail. Elles abritaient également un abattoir et des installations de production d’extrait de viande, sur le modèle de Liebig. Toutefois, au début du xxe siècle, alors que le Brésil redessinait ses frontières à la suite de la crise de l’Acre qui l’avait opposé à la Bolivie, les Belges ont tout simplement été rachetés et ont ainsi vu s’éteindre leur présence dans cette région.

En 1845, une colonisation particulière avait eu lieu lorsque, avec la garantie de l’empereur, une concession agricole avait été accordée dans la vallée de l’Itajaí et qu’une centaine de familles, principalement venues de la région de Bruges, s’était installée dans l’État de Santa Catarina, dans la ville actuelle d’Ilhota. La garantie impliquait que les matériaux importés n’étaient pas frappés de taxes. Lors du débarquement du deuxième chargement de matériaux et d’immigrants, une altercation aurait eu lieu avec les douaniers, lesquels auraient été jetés par-dessus bord par les Belges. Les immigrants, qui étaient accompagnés d’un consul, ont alors été emprisonnés quelque temps. La cupidité et le manque d’organisation ont conduit cette aventure vers une catastrophe financière. Toutefois, les familles sont restées sur place et ont réussi à éviter une assimilation complète avec les communautés italienne et allemande, beaucoup plus grandes. Aujourd’hui, il existe encore une enclave fière de ses origines belges et où les patronymes belges sont très répandus. Toutefois, la plupart des noms belges ont été adaptés à la langue portugaise au fil du temps, afin de faciliter l’intégration. Des noms tels que Dutra (de Hurtere), Goulart (Hoeilaart) et da Silveira (Van der Hagen), par exemple, sont très présents dans l’histoire du Brésil.

Plus tard, durant la première moitié du xxe siècle, d’autres Belges ont tenté de trouver une vie meilleure au Brésil. C’est ainsi, par exemple, qu’a été fondée la colonie agricole coopérative de Botucatu, dans l’État de São Paulo, bien qu’elle soit restée très petite et modeste par rapport à la Holambra néerlandaise toute proche. Le manque de savoir-faire et la pure malchance ont conduit à de nombreux échecs, à quelques exceptions près. Citrobrasil, propriété de la famille Van Parys, qui a fourni des oranges aux foyers belges sous le nom d’Elvépé à partir des années 1930, est une des rares histoires à succès. Elvepe a été racheté par l’Américain Cargill, mais la famille jouit encore d’une bonne réputation à São Paulo.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Brésil, #Léopold Ier, #Colonie de peuplement, #Colonialisme, #Léopold II, #Histoire, #Belgique, #Émigrants belges

Repost0

Publié le 16 Juin 2020

Fabiola fue "la chica modelo del franquismo". Una mujer discreta y apoyo del marido, el símbolo de la femineidad que triunfó en el franquismo

Ella mantuvo relaciones "amorosas" con el dictador hasta su muerte. Aunque nadie ignoraba que se estaban cometiendo torturas y asesinatos en las cárceles de Franco.Ella mantuvo relaciones "amorosas" con el dictador hasta su muerte. Aunque nadie ignoraba que se estaban cometiendo torturas y asesinatos en las cárceles de Franco.

Ella mantuvo relaciones "amorosas" con el dictador hasta su muerte. Aunque nadie ignoraba que se estaban cometiendo torturas y asesinatos en las cárceles de Franco.

Estamos en 1960 y el primer ministro belga, Gaston Eyskens, anuncia a los belgas que el rey Baudouin se casará con Fabiola de Mora y Aragón. Desde el principio, se apresuró a especificar que la familia de la futura reina no estaba involucrada de ninguna manera en los eventos de la guerra civil.

En realidad, la familia de Fabiola era violentamente anti-republicana. Su hermano, Gonzalo, luchó así en las filas nacionalistas. Durante el período que precedió a su matrimonio, Fabiola también frecuentaba personajes desagradables del régimen de Franco, algunos incluso se mostraban junto a Hitler. Además, como lo demuestran los archivos de Franco, mantuvo relaciones "afectuosas" con el dictador, hasta la muerte de este último.

Después de la boda, aunque nadie ignoraba que se estaban cometiendo torturas y asesinatos en las cárceles de Caudillo, la pareja real se devolvió al antiguo dictador, se quedó en una casa de campo que le prestó, lo visitó en su yate ¡Una simpatía por el régimen franquista que no dejará de influir en la política real!

¿Intentó la familia real belga convencer a la España de Franco de entregar al líder rexista Léon Degrelle a Bélgica? Otra pregunta sin respuesta.

Mientras no podamos confrontar los archivos del rey Baudouin y los líderes políticos belgas de la época, la pregunta permanecerá sin una respuesta objetiva, creíble y definitiva.

Fabiola de Mora y Aragón, quien se convirtió en reina de los belgas, era un peón del franquismo.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Belgique, #Fabiola, #Histoire, #Politique, #Franquisme

Repost0

Publié le 15 Juin 2020

Du meurtre de George Floyd aux États-Unis Le débat des partisans de la «décolonisation de la mémoire», c'est-à-dire de la réappropriation du récit national, a été réactivé en France, mais aussi en Belgique et au Royaume-Uni.

La mondialisation du mouvement antiraciste initiée aux États-Unis a rayonné des mêmes gestes symboliques en Grande-Bretagne, en Belgique et en France : dévisser ou clouer les signes des souvenirs conflictuels incarnés par les statues de personnages qui, la plupart du temps, ont commis des actes de barbarie dans leurs croisades colonisatrices. En France, la figure la plus engagée est celle de Jean-Baptiste Colbert . Ce personnage historique (1619-1683) dont la statue est à l'Assemblée nationale, au Sénat et possède également une galerie à son nom, quatre rues de Paris, un lycée et une école privée. 

La démolition de bustes et de statues ou les pédagogies horizontales de l'histoire n'est pas une tâche réservée uniquement à l'Occident. Bien écrire l'histoire est la façon la plus lucide de reconstruire notre présent en sachant qui nous sommes.

Luciana Arias, anthropologue

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Colonialisme, #Histoire, #Esclavage, #Anthropologie, #Jean-Baptiste Colbert, #France

Repost0