homophobie

Publié le 1 Décembre 2020

Cet article est reposté depuis Encyclopædia of Gay and Lesbian Popular Culture.

En pleine crise du Coronavirus, une orgie alimentée par la drogue pleine de politiciens et de diplomates dans la capitale européenne de la bureaucratie est précisément la distraction dont nous avions tous besoin.

La soirée sexuelle s'est déroulée vendredi dernier, dans un bar de la capitale européenne situé rue des Pierres, au centre de Bruxelles et 25 hommes ont été retrouvés, ainsi que de la drogue et de l'alcool. Outre József Szájer, il y avait aussi d'autres diplomates.

Tous les hommes qui se trouvaient à l'intérieur du bar ont été condamnés à une amende pour ne pas avoir respecté la réglementation anti-coronavirus, car en Belgique il y a un couvre-feu nocturne depuis plus d'un mois, les contacts sociaux sont limités et les bars et restaurants sont fermés, entre autres mesures.

Rue des Pierres, 1 - Lieu des partouzes bruxelloises

David Manzheley, 29 ans, l'étudiant en doctorat qui organise régulièrement des soirées coquines chez lui, a assuré à Het Laatste Nieuws qu'il avait pris des précautions et que la soirée se déroulait « de manière responsable ». « J'ai invité dix amis et ils ont été autorisés à amener les leurs à une condition : tous les invités devaient déjà avoir eu le coronavirus et ne devaient présenter aucun symptôme. J'avais confiance : je savais que mes amis ne mentiraient pas à ce sujet. Pour être honnête, je ne vois pas où est le problème. Il y avait aussi deux infirmiers présents, ils ne pensaient pas non plus que c'était dangereux », a-t-il affirmé, sans expliquer le rôle que les infirmiers jouaient.

Il se trouve que le gouvernement hongrois, qui est composé du parti de l'eurodéputé, est régulièrement la cible des critiques des militants LGTBI+ qui le considèrent comme homophobe.

rue des Pierres, au centre de Bruxelles

 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Coronavirus, #Bruxelles, #2020, #Covid-19, #gang bang, #Politique, #Homophobie, #David Manzheley, #bacchanale, #Chemsex

Repost0

Publié le 8 Novembre 2020

Cet article est reposté depuis Encyclopædia of Gay and Lesbian Popular Culture.

America is going to Build Back Better! And we will definitely be the United States 🇺🇸! Of America. God bless America!

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Make America Great Again, #Joe Biden, #Racisme, #Homophobie

Repost0

Publié le 27 Septembre 2020

AMLO a résolu la quadrature du cercle: incarner une gauche à la fois souverainiste, anti-capitaliste et écologique et s’attaquer à la corruption ou aux pots de vin.

La nouvelle gauche latino-américaine de López Obrador

Un oligarque mexicain à la Trump, Gilberto Lozano, dirige une coalition de chefs d'entreprise et de fanatiques d'extrême droite se faisant appeler FRENA, afin de renverser le président Andrés Manuel López Obrador.

La victoire d'Andrés Manuel López Obrador à l'élection présidentielle de 2018 a marqué une étape historique, promettant un soulagement après une période de quelque 40 ans de décret néolibéral ininterrompu dans la république.

López Obrador, mieux connu sous le nom d'AMLO, guide le Mexique sur une nouvelle voie vers une plus grande autonomie nationale. Dans le cadre d'un processus révolutionnaire qu'il appelle la quatrième transformation, le président lutte contre la corruption systématique et le vol effréné des ressources publiques, ainsi que l'augmentation des avantages sociaux pour les pauvres.

Depuis le début de l'administration d'AMLO en décembre 2018, les membres des partis qui ont dominé la politique mexicaine pendant des décennies, en particulier le Parti d'action nationale (PAN) de droite et le Parti révolutionnaire institutionnel néolibéral (PRI), ont travaillé sans relâche pour empêcher les réformes de la nouvelle administration et pour faire avorter la quatrième transformation.

De puissants oligarques ont également profité de leur puissance économique considérable pour tenter de déstabiliser et finalement renverser López Obrador, et ont cherché du soutien à l'étranger pour le faire.

Le discours de haine de Gilberto Lozano, ses positions ultra-conservatrices, religieuses, anti-avortement et sa manière d'insulter tout ce qui vient de la gauche, rappellent beaucoup la rhétorique et le style bolsonaristes

Voir les commentaires

Repost0