immigration

Publié le 25 Juillet 2021

Au Guatemala, il existe un musée qui commémorer l'histoire et la culture de la diaspora chinoise dans ce pays.  Le bâtiment a été créé par les premiers migrants arrivés dans le pays

Le musée est installé dans une maison dont l'architecture et la décoration commémorent la culture chinoise, comme de grandes fenêtres circulaires à l'avant, avec des toits et des corniches incurvés, avec des dragons et des lions ornementaux aux couleurs symboliques (rouge et jaune). Le bâtiment a été construit il y a 50 ans et comporte 3 niveaux. 

Il se situe au 10ª calle 9-42 zone 1, Guatemala City et est ouvert du lundi au vendredi de 13h à 15h et le samedi de 10h à 13h.

Le musée a été inauguré le 24 novembre 2016 avec l'exposition inaugurale intitulée "Première vague : cantonais d'outre-mer au Guatemala (1880-1930)". Cette collection proposait un voyage à travers les étapes de la migration des premiers immigrants chinois au Guatemala. La visite se fait visuellement à travers des photographies données par les petits-enfants, arrière-petits-enfants et autres descendants de ces immigrés. De même, ce premier échantillon montrait certaines manifestations culturelles du pays. 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Guatemala City, #Guatemala, #Immigration, #Chine

Repost0

Publié le 12 Juin 2020

C'était au temps où les Belges émigraient. 60% des Belges jugent qu’il y a «trop de migrants» dans leur pays. Il faut se rappeler le contexte économique et social de l’Europe dans la seconde moitié du XIXème siècle : une grave crise économique secouait la contrée due à la Révolution industrielle, qui provoquait le chômage en masse, la faim et l’appauvrissement de la population rurale.

Les Belges sont-ils eux aussi des immigrés ? Le Belge, champion de l'émigration.

Conférence par Anne Morelli, Professeure d’histoire à l’ULB

L’histoire de la Belgique se caractérise par de multiples flux migratoires de ressortissants belges à l’étranger. Toutefois, leur émigration figure rarement dans les programmes ou manuels scolaires. Une analyse de cette histoire permet d’identifier différentes formes de migrations (réfugiés politiques et religieux, réfugiés de guerres, réfugiés économiques, émigrations de peuplement) et d’appréhender les causes et les conséquences de ces départs tant sur le plan économique que sur la façon dont ces ressortissants belges étaient perçus alors dans les pays d’accueil.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Émigrants belges, #Anne Morelli, #Histoire, #Immigration, #Belgique

Repost0

Publié le 11 Octobre 2019

Pozuzo est la seule colonie austro-allemande au monde et est située dans la jungle centrale du Pérou.

Pozuzo est une ville de la province d'Oxapampa, département de Pasco, et capitale du district de Pozuzo. Pozuzo a été la première colonie de ce type fondée en 1859, quatre ans après que le gouvernement péruvien ait octroyé la terre aux colons autrichiens.
Pozuzo est une ville de la province d'Oxapampa, département de Pasco, et capitale du district de Pozuzo. Pozuzo a été la première colonie de ce type fondée en 1859, quatre ans après que le gouvernement péruvien ait octroyé la terre aux colons autrichiens.
Pozuzo est une ville de la province d'Oxapampa, département de Pasco, et capitale du district de Pozuzo. Pozuzo a été la première colonie de ce type fondée en 1859, quatre ans après que le gouvernement péruvien ait octroyé la terre aux colons autrichiens.

Pozuzo est une ville de la province d'Oxapampa, département de Pasco, et capitale du district de Pozuzo. Pozuzo a été la première colonie de ce type fondée en 1859, quatre ans après que le gouvernement péruvien ait octroyé la terre aux colons autrichiens.

Au milieu du XIX° siècle, avec le boum du caoutchouc, la nécessité de peupler la forêt amazonienne devient de plus en plus forte. Un contrat est passé entre le gouvernement péruvien et un baron allemand : en échange de terres et de facilités pratiques une fois sur place, plusieurs dizaines de familles prendraient la route du Nouveau Monde, afin de fuir les difficultés économiques de l’époque en Europe. La première colonie s’installe en 1859 à Pozuzo, dans l’Amazonie centrale.

Aujourd’hui, les descendants de ces familles habitent toujours certaines régions. Dans des villages érigés selon des techniques et un style architectural typiquement germano-autrichien, ces grands blonds aux yeux bleus ont maintenu leurs traditions (particulièrement au niveau culinaire, et particulièrement les fromages alpins) : les vêtements, les danses, les fêtes traditionnelles (dates, motifs, manifestations), et même un dialecte tyrolien qu’ils continuent à parler. Cependant, sous certains aspects, ces coutumes se sont mélangées avec le temps avec les coutumes locales. Avec les matériaux disponibles, ces colonies ont reproduit l’artisanat de leur pays. Aujourd’hui, elles vivent principalement de l’agriculture, de leur artisanat et du tourisme, curiosité au milieu de la campagne indigène du Pérou. 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Pérou, #Tourisme, #Immigration

Repost0