jacqueline taieb

Publié le 16 Avril 2016

Homère a fait L’Iliade, et ce pouvoir nous l’avons tous, sinon dans le domaine de l’art, du moins dans celui de la vie. Un peu de courage, de bonne humeur, d’énergie, d’attachement à l’humanité. Beaucoup de poésie pour transfigurer ce que l’on vit et le hausser au niveau d’une expérience exaltante. Citation de Beate Klarsfeld

Homère a fait L’Iliade, et ce pouvoir nous l’avons tous, sinon dans le domaine de l’art, du moins dans celui de la vie. Un peu de courage, de bonne humeur, d’énergie, d’attachement à l’humanité. Beaucoup de poésie pour transfigurer ce que l’on vit et le hausser au niveau d’une expérience exaltante. Citation de Beate Klarsfeld

J'ai le plaisir de vous faire partager cette magnifique chanson de Jacqueline Taieb qui rend hommage à Beate Klarsfeld qui tout au long de sa vie a travaillé pour la mémoire des victimes la Shoah. A l'heure justement où l'on lit les horreurs de l'immonde négationiste Faurisson et de l'ignoble Soral poursuivi pour "apologie de crimes de guerre et contre l'humanité". Je pense qu'il n'est jamais trop tard pour remettre les pendules à l'heure !

"La justice, la justice tu rechercheras": tel est le message de Moïse au peuple d’Israël qui se prépare à entrer en Terre Promise. "La justice, la justice": des moyens justes pour arriver à une juste fin, dans une société juste qui protège les innocents, sanctionne les coupables et condamne les crimes, sans vengeance, sans représailles, sans la prétendue "Loi du talion" qui n'existe pas dans le droit hébraïque.

Cette justice sans vengeance, dans la dénonciation solennelle, des crimes contre l’humanité, sera l’idéal de Serge et Beate Klarsfeld à travers un demi-siècle d’action tenace pour que les entreprises génocidaires du national-socialisme au cours de la Seconde Guerre mondiale ne tombent pas dans l’oubli et l’indifférence des nouvelles générations.

Cette thématique chantée par Jacqueline Taïeb est une préocation qui concerne les gardiens de la Mémoire et l'humanité toute entière.

 

Jacqueline Taïeb rend hommage à Beate Klarsfeld
La gifle possède une certaine force symbolique, probablement parce que la tête est considérée comme la partie la plus noble du corps.

La gifle possède une certaine force symbolique, probablement parce que la tête est considérée comme la partie la plus noble du corps.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #2016, #Chanson française, #antisémitisme, #Beate Klarsfeld, #Racisme, #Jacqueline Taïeb

Repost0

Publié le 6 Mai 2015

Venez découvrir le nouveau clip de mon amie Jacqueline Taïeb. Sa devise, « Peace, love and action », la paix, l'amour et l'action sont les valeurs qu'elle veut transmettre à travers ses chansons.

Venez découvrir le nouveau clip de mon amie Jacqueline Taïeb. Sa devise, « Peace, love and action », la paix, l'amour et l'action sont les valeurs qu'elle veut transmettre à travers ses chansons.

Peace Love and Action » tourné en Tunisie est encore une fois la démonstration de la faculté d’adaptation qu’a Jacqueline Taieb pour coller à l’actualité musicale du moment.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #2015, #Artistes du Paradis, #Tunisie, #Chanson française, #Jacqueline Taïeb

Repost0

Publié le 17 Août 2010

Dana Dawson, née le 7 août 1974 à New York et morte le 10 août 2010 à New York, est une chanteuse et comédienne américaine principalement connue en Europe au début des années 1990.

Jacqueline Taïeb, la compositrice de cette chanson, rend hommage à la chanteuse américaine Dana Dawson, une "artiste exceptionnelle". Elle était l'interprète de la chanson à succès, Ready to follow you, en France, en 1988.

http://www.musiqueenligne.com/resources/works/work_760.jpg

Dana Dawson nous a quittés à l'âge de 36 ans des suites d'un cancer, révélait, mardi, le site internet américain Broadway World, sur base de commentaires de condoléances laissés par les internautes sur la page Facebook de la chanteuse américaine.

Contactée par TF1 News, l'auteur-compositeur Jacqueline Taïeb, qui a découvert Dana Dawson, adolescente, à New York, confirme "malheureusement ce décès foudroyant" : "Je ne savais pas qu'elle était malade. Elle n'avait que 36 ans. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle disparaisse avant moi. Je l'avais vue, par écran interposé, fin 2008, lors d'un duplex sur une chaine française. Elle n'avait pas l'air malade. Nous correspondions par e-mails. Elle souhaitait se remettre à chanter."

Une "artiste exceptionnelle"

Jacqueline Taïeb se souvient de sa première rencontre avec l'artiste, à New York, alors qu'elle faisait passer des auditions pour trouver l'interprète de la chanson qu'elle avait composée, Ready to follow you "Elle est venue avec sa maman. Elle avait treize ans et demi. Quand elle s'est mise à chanter, mon cœur s'est mis à battre. J'ai su que c'était elle qui allait incarner le personnage de Ready to follow you. Le 45 tours est sorti, avec succès, quelques mois plus tard, en France, avec cette pochette sublime, illustrée d'une photo d'elle en noir et blanc, celle qu'elle m'avait donnée, lors de notre première rencontre. Le clip de la chanson est sorti en 1989 en France. Dana Dawson a fait le tour de toutes les télévisions de France." 

"Je souhaite vraiment rendre hommage à cette artiste exceptionnelle", confie Jacqueline Taïeb : "Dana Dawson était dotée d'une voix extraordinaire, comparable à celle d'une chanteuse comme Whitney Houston, par exemple. Elle n'était pas seulement une chanteuse maîtrisant la technique vocale mais une femme qui avait du 'feeling', une innocence qui me touchait droit au cœur."

Rencontre avec Michael Jackson

"Dana Dawson a connu Michael Jackson, par le biais d'un concours musical. La maison de disques les a fait se rencontrer, par la suite", explique l'auteur-compositeur, observant : "Je suis très croyante. Je ne crois pas à la mort. Je pense que ça continue, après." "J'espère que leurs deux âmes se rencontreront", conclut-elle.

Dana Dawson a fait ses premier pas sur scène dans le spectacle Annie, à l'âge de sept ans. Elle était également l'interprète des titres Romantic world, Tell me Bonita ou encore 3 is family, dans les années 90. Elle avait fait partie du casting du spectacle Rent, en 2000, aux Etats-Unis.

 

Biographie

Dana Dawson est née au Jamaica, quartier de Queens, à New York.

Carrière

Dana Dawson fait ses débuts très tôt dans le monde du théâtre dès l'âge de sept ans dans la pièce Annie, dans le rôle de l'orpheline July. C'est à quatorze ans qu'elle entame une carrière de chanteuse, quand elle fait la rencontre de la chanteuse Franco-Tunisienne Jacqueline Taïeb, qui avait écrit le titre ''Ready To Follow You'' (« Prête à te Suivre »), et cherchait une adolescente talentueuse pour l'interpréter.

Jacqueline Taïeb raconte[réf. nécessaire] : « L'aventure commence en août 1986. J'étais chanteuse dans ma jeunesse, et j'avais fait le Festival international de Carthage en Tunisie (Jacqueline est juive tunisienne) où j'habitais à l'époque. Plein de gens sont venus me dire que c'était très très bien. Parmi ces personnes, il y avait un gars que je connaissais très peu et qui était de passage en Tunisie et qui me dit : « C'est vraiment très très bien ce que tu fais, pourquoi ne viens-tu pas tenter ta chance aux États-Unis ? ». Et moi, je n'attendais que ça. J'arrive chez lui à New-York et en ouvrant la porte, dans la chambre qui est en face de la porte d'entrée il y avait un piano. Et tout de suite, je commence à composer Ready To Follow You. Je décide de mettre une annonce dans le journal qui s'appelle The village Voice pour auditionner des chanteuses qui pourraient éventuellement interpréter le titre. Et là, je reçois à peu près cinquante chanteuses. Il y en a une qui sonne à la porte, je la fais entrer. Je commence à discuter avec elle, et puis je me dis « Oh la la elle est trop vieille. » Bon la pauvre, elle avait 25/27 ans, donc ce n'est pas très très vieux, mais ça n'allait pas pour le rôle. Elle était sur le point de partir quand sur le pas de la porte elle me dit : « Mais tu sais, je connais une fille qui chante très bien, une jeune noire qui s'appelle Dana Dawson qui a treize ans ». Je lui ai dit : « Ok. Qu'elle m'appelle ! ». Jacqueline reçoit Dana, accompagnée de sa maman : « Quand elle a commencé à chanter, j'avais des frissons partout, mon cœur faisait "boum boum", donc je me suis dit :  C'est elle ! ». Je lui ai dit : « Écoute, tu es trop mignonne Dana, qu'est-ce que tu chantes bien, tu me fais battre le cœur, quel plaisir d'entendre une chanson à moi chantée par toi ! » Sa mère me disait : « C'est tellement mignon, personne ne lui a dit des choses aussi gentilles ! » Il y avait une ambiance très amicale, je dirais même familiale entre nous. Je suis retournée en France, où je me suis fait jeter de partout, et moi je suis obstinée. J'y croyais parce que cette histoire était quand même assez dingue du début à la fin. Une petite voix me disait que ça mènerait quelque part. »

Succès en France

En 1988, Jacqueline Taïeb rencontre au MIDEM à Cannes le jeune producteur David Ofer à qui elle fait écouter une maquette de la chanson Ready To Follow You qu'elle essaye de placer. David Ofer décide de produire Dana Dawson et la fait venir des États-Unis en France car il souhaite lancer une jeune artiste américaine en Europe. C'est donc avec le titre Ready To Follow You, dont il réalise les arrangements avec Bernard Estardy, qu'il lance la jeune Américaine. Les débuts de Dana Dawson sont fulgurants et l'artiste se retrouve la plus jeune chanteuse au Top 50 avec le plus jeune producteur de France.

Jacqueline Taïeb conclut dans une autre interview : « Le 45 tours est sorti, avec succès, quelques mois plus tard, en France, avec cette pochette sublime, illustrée d'une photo d'elle en noir et blanc, celle qu'elle m'avait donnée lors de notre première rencontre. Le clip de la chanson sort en 1989 en France. Dana Dawson a fait le tour de toutes les télévisions de France. » Ce titre devient donc un tube et reste plusieurs semaines classé en tête des meilleures ventes de 45 tours. Il faut cependant attendre environ trois ans avant que la chanteuse n'entame sérieusement sa carrière de chanteuse professionnelle.

À seize ans, elle enregistre enfin un premier album intitulé Paris, New York and Me (1991) (clin d'œil à sa ville natale, New York, et à celle qui lui a offert sa première chance, Paris). Le single chargé de promouvoir cet opus est Romantic World (1990). Il lui faudra néanmoins l'appui sérieux de sa maison de disques et, surtout, une nouvelle version (ainsi qu'une nouvelle pochette) pour que le single connaisse un plus grand succès. Le tonique Tell Me Bonita lui succède en 1991 et, accompagné d'une belle promotion (à l'époque, la chanteuse est invitée sur tous les plateaux télévisés), permet à Dana Dawson d'obtenir un nouveau tube à son actif.

Open Hearts, une ballade qui paraît en 1991 et Movin' On (1992) (chanson remixée pour l'occasion dans une version plus « dance ») - tous les deux toujours extraits de son premier album - prennent ensuite la relève avec un succès moindre. Dana Dawson ne reviendra qu'au milieu des années 1990 avec un nouvel album, laissant une période assez longue entre son précédent et son nouveau disque.

Succès en Angleterre

En 1995 sort Black Butterfly, un deuxième album prometteur qui contient notamment le titre aux allures de tube 3 Is Family. Le disque connaît une sortie internationale et rencontre cette fois-ci un certain écho au Royaume-Uni où trois de ses singles atteignent notamment le Top 40, 3 Is Family (classé dans le Top 10), Got To Give Me Love (1995) et Show Me (1996)1.

Vie privée

Dana s'est mariée avec le musicien de jazz, Jason Curry, le  à Hamilton aux Bermudes.

Fin prématurée

Après 1995, la carrière artistique de Dana Dawson se fait beaucoup plus discrète. Elle fait alors de la figuration dans des séries, des téléfilms, des films, et des courts métrages.

En 2001, elle enregistre un titre sur le label Black Station/Universal Records Europe Nice Life) avant d'entamer une carrière à Broadway dans la pièce Rent.

Elle meurt à l'âge de trente-six ans, trois jours après son anniversaire, le  des suites d'un cancer du côlon2. Elle repose dans sa ville natale, au Maple Grove Cimetery de New-York.

Références

 
  1.  [1] [archive]
  2.  « Dana Dawson est morte » [archive], sur L'Express (consulté le ).

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Ready to Follow You, #Dana Dawson, #Jacqueline Taïeb

Repost0