jazz

Publié le 20 Mars 2018

Begin the Beguine est une chanson écrite et composée par Cole Porter et initialement parue dans sa comédie musicale Jubilee (en), créée à Broadway en 1935.

Le destin de cette excellente chanteuse française est très similaire à celui de la chilienne Rosita Serrano, qui, malgré la rupture avec le Reich à Berlin, a été répudiée plus tard par une partie de ses concitoyens.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 19 Février 2018

Version Latin-Jazz de "Cada vez" - Jona Camacho

Piano - Alexander Alfonso Miranda
Bajo Dieguito Valdes Dos
Guitarra - Pedro Gamero
Coros - Sugey Torres y Paola Vargas
Congas - Carlos Valdes

He aprendido a conocer tus fuegos
A ver todo como nada serio
Malo si actuo como el bueno
Malo si soy malo, no te entiendo

Me gusta todo de ti
Aunque mientas al hablar de mi
Esta todo claro así
No me atrevo a tocarte

Cada vez que yo te veo y siento que me pierdo amor
Me pierdo amor
Baby, te toco y se me olvida todo mi dolor

Me gusta amor
Que yo te veo y siento que me pierdo amor
Te siento amor
Baby, que yo se que tu quieres como quiero yo
Este amor

Tono mudo, aun mas que el tuyo
Poema de mi mundo que hace un tiempo escucho
Bohemia vida, aun más que la mia
Vienes bacilando como melodia

Me gusta todo de ti
Aunque mientas al hablar de mi
Esta todo claro asi
No me atrevo a besarte

(Baby, yeah)

Cada vez que yo te veo y siento que me pierdo amor
Me pierdo amor
Baby, te toco y se me olvida todo mi dolor
Te gusta amor (mon amour)
Que yo te veo y siento que me pierdo amor

Te siento amor
Baby, que yo se que tu quieres como quiero yo
Este amor

Malo si soy
Malo sino
Entiendo piensas ,corazón
No me atrevido a besarte
Ni a tocarte

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Cada vez, #Jona Camacho, #Jazz

Repost0

Publié le 16 Février 2018

De tous les titres, toutes les chansons, toutes les musiques jamais composées, il y en a certains qui ont connus des destinés fulgurante, égrainant leurs notes et leurs harmonies aujourd’hui connu de tous, au travers du monde et du temps ; il en est ainsi avec le plus célèbre des boléros cubains, « Quizás, quizás, quizás ». Composé en 1947 par le compositeur et animateur de radio cubain Osvaldo Farres, l’indolence du groove, et l’insolente légèreté du propos ont su largement séduire le public de Cuba, et d’au-delà !

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Iraida Noriega, #Quizás, quizás, quizás, #Jazz, #Osvaldo Farrés, #boléro

Repost0