jean-claude fontinoy

Publié le 10 Février 2021

Le Raspoutine de la rue de la Loi est montré du doigt pour avoir perçu un pot-de-vin d'une valeur de pas moins de50.000 euros.

Par Louis Colart et Philippe Engels («Médor») Journaliste au service Société.

Jean-Claude Fontinoy est un administrateur belge . Il est président du conseil d'administration de la Compagnie nationale des chemins de fer belges (SNCB).

Il a travaillé comme ingénieur à la Société nationale des chemins de fer belges (NMBS) et dans les années 1980, il était président du syndicat socialiste des ingénieurs ferroviairesDans les années 1990, Fontinoy a été licencié de la SNCB pour «faits graves». Au cours de cette période, il rencontre Didier Reynders (MR), alors président du conseil d'administration de NMBS. Fontinoy a depuis été considéré comme le bras droit de Reynders et le plus fidèle employé. Il a également travaillé dans le cabinet de Reynders, lorsqu'il est devenu ministre des Finances en 1999 et vice-premier ministre en 2004 Reynders est devenu ministre des Affaires étrangères en 2011et Fontinoy s'installe avec lui dans ce ministère, où il participe à la réorganisation des ambassades belges à l'étranger.

Fontinoy a été présent à plusieurs reprises à des sommets politiques en tant que membre de la délégation MR. Par exemple, en juin 2010, il était présent à une réunion de Reynders avec le leader de la sp.a Johan Vande Lanotte dans le restaurant bruxellois L'Ecailler du Palais Royal et il a organisé une réunion de réconciliation entre Reynders et Joëlle Milquet ( cdH ). En août 2010, Fontinoy était présent à une réunion entre la N-VA et le MR au restaurant Bruneau à Ganshoren, avec Reynders, Bart De WeverSiegfried Bracke et Koen Blijweert[2] [3]

En janvier 2018, il était à nouveau présent à un sommet avec Reynders, De Wever et Jan Jambon , toujours au restaurant Bruneau. [4] [5]

Sources, notes et / ou références

 

 

«Président de la SNCB Holding» est indiqué sur sa carte de visite. Mais ce n'est qu'une des casquettes parmi tant d'autre que porte Jean-Claude Fontinoy. En fait, Fontinoy aurait dû démissionner de son poste de président, en raison de l'atteinte de la limite d'âge de 65 ans. Mais parce qu'il pouvait rester sur place, la loi a été modifiée. Il parle lui-même de «la loi Fontinoy», écrite à sa mesure.
L'homme qui opère principalement dans l'ombre, souvent dans la zone crépusculaire entre politique et affaires, est le plus fidèle employé de Didier Reynders depuis près de trente ans. Et pas n'importe quel porteur d'eau. "Jean-Claude Fontinoy externalise le pouvoir de Reynders en Wallonie", déclare un haut responsable politique flamand.
 

Fontinoy vit dans la ferme du château de la Tour de Royer à Mozet (commune de Gesvesdepuis 1996 et est collectionneur et marchand d'antiquités. Le village de Mozet a été nommé l'un des plus beaux villages de Wallonie par l'association à but non lucratif Les Plus Beaux Villages de Wallonie, association à but non lucratif dont Fontinoy est vice-président. 

En novembre 2019, le parquet de Namur a ouvert une enquête sur Fontinoy. Cette enquête se concentrerait sur cette organisation à but non lucratif et les éventuels pots-de-vin versés. Ceux-ci auraient été payés par trois sociétés, y compris deux filiales d'Ackermans & van Haaren de Luc Bertrand après la fille de ce dernier, Alexia Bertrand, est devenue la nouvelle secrétaire privée de Reynders en 2015.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #SNCB, #Jean-Claude Fontinoy, #Didier Reynders, #Belgique, #Politique, #Aldo Vastapane, #Mouvement Réformateur

Repost0