la calaca

Publié le 8 Mars 2018

La Catrina, à l'origine appelée La Calavera Garbancera, est une figure créée par José Guadalupe Posada et baptisée par le muraliste Diego Rivera.

La Catrina est un personnage populaire de la culture mexicaine ; il s'agit d'un squelette féminin vêtu de riches habits et portant généralement un chapeau. Ce personnage, représentation d’un squelette de femme portant un chapeau très élégant, provenant d’Europe et caractéristique de la bourgeoisie porfirienne, a une fonction de memento mori, destiné à rappeler que les différences de statut social n'ont aucune importance face à la mort. 

Ceci est remarquable par le fait que le crâne n'a pas de vêtements mais seulement le chapeau; du point de vue de Posada, c'est une critique pour beaucoup de Mexicains de la ville qui sont pauvres, mais qui veulent toujours prétendre un style de vie européen qui ne leur correspond pas. «... dans les os mais avec un chapeau français avec ses plumes d'autruche».

 

La Catrina o La Calavera Garbancera (1913). L'histoire de La Catrina commence pendant les gouvernements de Benito Juárez, Sebastián Lerdo de Tejada et Porfirio Díaz. Dans ces périodes, ils ont commencé à vulgariser des textes écrits par la classe moyenne qui critiquait à la fois la situation générale du pays et celle des classes privilégiées. Les écrits, écrits d'une manière moqueuse et accompagnés de dessins de crânes et de squelettes, ont commencé à être reproduits dans des journaux dits de combat. C'étaient des crânes vêtus de vêtements de gala, buvant du pulque, montés à cheval, dans des fêtes de la haute société ou dans un quartier. Tout pour dépeindre la misère, les erreurs politiques, l'hypocrisie d'une société, comme c'est le cas de "La Catrina".

La Catrina o La Calavera Garbancera (1913). L'histoire de La Catrina commence pendant les gouvernements de Benito Juárez, Sebastián Lerdo de Tejada et Porfirio Díaz. Dans ces périodes, ils ont commencé à vulgariser des textes écrits par la classe moyenne qui critiquait à la fois la situation générale du pays et celle des classes privilégiées. Les écrits, écrits d'une manière moqueuse et accompagnés de dessins de crânes et de squelettes, ont commencé à être reproduits dans des journaux dits de combat. C'étaient des crânes vêtus de vêtements de gala, buvant du pulque, montés à cheval, dans des fêtes de la haute société ou dans un quartier. Tout pour dépeindre la misère, les erreurs politiques, l'hypocrisie d'une société, comme c'est le cas de "La Catrina".

Sueño de una Tarde Dominical en la Alameda Central. Détail du centre d'une peinture murale de Diego Rivera où figure la « Calavera de la Catrina » en boa et chapeau à plumes, à côté de José Guadalupe Posada.

Sueño de una Tarde Dominical en la Alameda Central. Détail du centre d'une peinture murale de Diego Rivera où figure la « Calavera de la Catrina » en boa et chapeau à plumes, à côté de José Guadalupe Posada.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Eugenia León, #La Catrina, #Mexique, #La Calaca, #Marcial Alejandro, #Eduardo Langagne

Repost0

Publié le 12 Janvier 2018

J'ai rencontré un marchand
Bon à voler du client
Des choses qui valent cinq
Il les a toujours vendues à vingt
Mais il est mort de froid
Pauvre soudainement
Ils l'ont envoyé en enfer
Pour que le diable le réchauffe

L'équilibre de la vie
C'est très irrégulier
Il y en a peu qui gagnent beaucoup
Et beaucoup ne gagnent rien.

Une calaca (prononciation espagnole: [kalaka], un nom espagnol mexicain familier pour designer un squelette) est une figure d'un crâne ou d'un squelette (généralement humain) couramment utilisé pour la décoration pendant la Fête des Morts.

La Calavera Catrina. Une expression populaire parmi les Mexicains et les Latinos qui en connaissent personnellement est "se lova la caló" après la mort de quelqu'un, signifiant littéralement "la calaca l'a pris" ou "la mort l'a pris".  Au Guatemala, "calaca" est compris comme "mort". La figure d'un squelette nu représente la mort et implique la peur de la mort. Ainsi, il n'est normalement pas utilisé comme une image joyeuse.
La Calavera Catrina. Une expression populaire parmi les Mexicains et les Latinos qui en connaissent personnellement est "se lova la caló" après la mort de quelqu'un, signifiant littéralement "la calaca l'a pris" ou "la mort l'a pris".  Au Guatemala, "calaca" est compris comme "mort". La figure d'un squelette nu représente la mort et implique la peur de la mort. Ainsi, il n'est normalement pas utilisé comme une image joyeuse.

La Calavera Catrina. Une expression populaire parmi les Mexicains et les Latinos qui en connaissent personnellement est "se lova la caló" après la mort de quelqu'un, signifiant littéralement "la calaca l'a pris" ou "la mort l'a pris". Au Guatemala, "calaca" est compris comme "mort". La figure d'un squelette nu représente la mort et implique la peur de la mort. Ainsi, il n'est normalement pas utilisé comme une image joyeuse.

Mucho cuidado señores
Porque la muerte anda lista
En el Panteón de Dolores
Ya nos tiene una pocita
Para los compositores
Y uno que otro periodista
Licenciados y doctores
Todos están en la lista

Tuku, tuku, tuki, taka
Qué recanija calaca
Cuando menos lo pensamos
Nos hace estirar la pata
Yo me le escapé una vez
Pero por poco y me atrapa

La muerte no enseña el cobre
Tampoco hace distinciones
Lo mismo se lleva al pobre
Que al rico con sus millones
Uno va en estuche de oro
Y el otro en puros calzones
Pero pasadito el tiempo
Quedan igual de pelones

Tuku, tuku, tuki, taka
Qué recanija calaca
Débiles y poderosos
De morir nadie se escapa
Llevamos el mismo fin
En petate o en petaca

Yo conocí un comerciante
Bueno pa´robar al cliente
Las cosas que valen cinco
Él siempre las daba a veinte
Pero se murió de frío
Pobrecito de repente
Lo mandaron al infierno
Pa´que el diablo lo caliente

Tuku, tuku, tuki, taka
Qué recanija calaca
A todos esos careros
Llévatelos de corbata
Indeseables usureros
Chupan como garrapatas

El obrero gana el pan
Con el sudor de su frente
Para que sus hijos coman
Aunque no lo suficiente
Mientras muchos abusivos
Viven violando las leyes
Ganando lo que ellos quieren
Por andarse haciendo bueyes

Tuku, tuku, tuki, taka
Qué recanija calaca
Yo les pido una disculpa
Si es que ya metí la pata
Aunque son muy parecidos
No es lo mismo buey que vaca

La balanza de la vida
Está muy desnivelada
Hay pocos que ganan mucho
Y muchos no ganan nada
El trabajo del obrero
No tiene compensaciones
Con esto del minisueldo
No alcanza ni pa´camiones

Tuku, tuku, tuki, taka
Qué recanija calaca
Si tú conoces al diablo
Ruégale que no sea ingrato
Pa´que el costo de la vida
Se nos ponga más barato

Mucho cuidado señores
Los que ya son votadores
Ahí vienen las elecciones
Con sus manipuladores
Y cada partido dice
Que votar por ellos debes
Y que de aquí en adelante
Nos darán vida de reyes

Tuku, tuku, tuki, taka
Qué recanija calaca
Y ahí viene otro presidente
A sonarnos la matraca
Viene prometiendo mucho
Pero dará pura
Tuku, tuku, tuki, taka

Voir les commentaires

Repost0