macedonio alcala

Publié le 3 Novembre 2020

Macedonio Alcalá Prieto (né à Oaxaca, Mexique, le 12 septembre de 1831, où il est mort le 24 août de 1869) était un violoniste, pianiste et compositeur mexicain se souvient aujourd'hui pour sa composition en particulier l'hymne «Dios nunca muere (Dieu ne meurt jamais)».

Macedonio Alcalá est né dans la ville d'Oaxaca en 1831. Dès son plus jeune âge, il s'intéresse à la musique et commence à fréquenter l'école fondée par le professeur José Domingo Martínez. Dans la ville d'Oaxaca, il y a une plaque située dans une maison où le compositeur de Dios nunca muere a vécu. Son talent musical devint rapidement évident et il apprit rapidement à jouer du piano, du violoncelle, de l'alto, de la flûte et de l' ophicléide. C'était un musicien accompli avec tous ces instruments, mais son instrument principal était le violon. En tant que violoniste, il a été largement sollicité non seulement dans les églises, mais aussi dans les danses populaires et les rassemblements sociaux.

Sa persévérance et son dévouement ont été récompensés par une bourse offerte par l'État d' Oaxaca, lui permettant de poursuivre ses études à Mexico. À la fin de ses études, il est retourné à Oaxaca, où il est devenu membre de l'Orchestre Philharmonique de Santa Cecilia, un orchestre spécialisé dans l'interprétation de l'œuvre de compositeurs locaux. Peu de temps après, il est devenu directeur du groupe de musique d'Oaxaca.

En 1850, il dirigeait déjà un petit groupe de danses, palenques, sérénades et soirées privées. À de nombreuses reprises, le jeune Macedonio Alcalá a été engagé avec son orchestre, pour organiser une réunion et des fêtes le même jour, il a donc dû se déplacer d'une municipalité à une autre, dans l'État d'Oaxaca, pour remplir ses engagements.

Quelques années plus tard, il s'installe à Saint-Domingue Yanhuitlán. Le 30 Juillet de 1854, à l'âge de 23 ans, Alcalá épousa Pétronille Palacios, 21 ans , originaire du même endroit. Ils ont eu trois enfants, deux garçons et une fille. Bien qu'il soit reconnu comme un musicien accompli, il n'a pas été en mesure de gagner suffisamment d'argent dans sa profession pour subvenir aux besoins de sa famille. Cela a conduit à la dépression et à l'alcoolisme. Il a essayé de retourner à Oaxaca, mais a contracté une maladie. Ses frères ont refusé de l'aider, mais des membres de l'Orchestre Philharmonique de Santa Cecilia sont venus à son aide, lui fournissant un médecin, des médicaments et d'autres types d'aide.

Pendant sa convalescence, une délégation d'indigènes d'une ville voisine, Tlacolula de Matamoros, est arrivée pour lui demander de composer une valse en l'honneur de la Vierge Marie, patronne de la ville. Bien qu'il soit encore loin d'être bien, Alcalá a travaillé dur sur la valse, "Dieu ne meurt jamais". Ce fut un grand succès dès la première fois qu'il fut présenté en public et les habitants de la ville furent très heureux.

Vers 1867, il devient professeur de musique à la Hacienda de la Concepción.

Il mourut à Oaxaca le 23 août 1869 de la tuberculose, à l'âge de 37 ans dans la misère et laissant Isabel Martínez veuve et ses trois enfants orphelins: José, 12 ans, Ignacio, 10 ans et Soledad, 9 ans. respectivement. Après sa mort, son frère Bernabé a publié la valse Dieu ne meurt jamais sous son nom, mais les natifs de Tlacolula ont protesté et ont démontré que l'œuvre était l'œuvre de Macedonio. La valse est aujourd'hui, mais pas officiellement, l' hymne d'Oaxaca. Les Oaxaqueños se lèvent lorsqu'ils l'entendent. Un théâtre et une rue de la ville d'Oaxaca portent son nom en son honneur.
 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #valse mexicaine, #Macedonio Alcalá, #Oaxaca, #Mort, #Dios nunca muere, #Musique mexicaine

Repost0

Publié le 2 Mai 2020

Le soleil meurt dans les montagnes
Avec la lumière mourante,
Eh bien la vie dans sa course,
Cela nous conduit à mourir.

Valse mexicaine composée par Macedonio Alcalá en 1868 . Près d'un siècle plus tard, en 1955, le compositeur Vicente Garrido Calderón écrivit un texte qui deviendra populaire. Sa version avec paroles a été réalisée en 1955 par Vicente Garrido pour que Pedro Infante la chante.

Last Night in Orient - LNO ©

Je vais laisser les choses que j'aimais
La terre idéale qui m'a vu naître,
Je sais que plus tard j'arriverai,
Le bonheur et la paix, que je trouverai en Dieu.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 16 Mars 2018

Muere el sol en los montes
Con la luz que agoniza,
Pues la vida en su prisa,
Nos conduce a morir.

Pero que importa saber
que voy a tener el mismo final,
porque me queda el consuelo
Que Dios nunca morirá.

Voy a dejar las cosas que amé
La tierra ideal que me vio nacer, pero
sé que después habré de alcanzar,
La dicha y la paz, Que en Dios hallaré.

Sé que la vida empieza
En donde se piensa
Que la realidad termina
Sé que Dios nunca muere
Y que se conmueve
Del que busca su beatitud.

Sé que una nueva luz
Habrá de alcanzar nuestra soledad
Y que todo aquel que llega a morir
Empieza a vivir una eternidad

C'est l'hymne de facto de l'État mexicain d'Oaxaca. Il reflète la douleur du peuple d'Oaxaca, forcé de migrer vers d'autres terres à la recherche de meilleures opportunités. Il a été chanté par des artistes aussi éminents que Pedro Infante et Javier Solís.

On dit que cette valse a été composée quand Macedonio Alcalá et sa femme Petronila Palacios ont traversé une situation économique précaire et que le compositeur risquait aussi de mourir. Une version de l'histoire souligne que son bienfaiteur et ami Roberto Maqueo, le voyant dans cette situation difficile, lui a discrètement laissé 12 pesos en argent. Une autre version indique que des indigènes lui ont rendu visite à Tlacolula pour commander une valse pour le saint patron de sa ville (Santamaria de la Asunción), lui laissant 12 pesos en argent en guise de paiement. En tout cas, il est affirmé que dès qu'Alcalá a reçu l'argent, il s'est levé dans son lit et a dessiné les premières mesures de la valse sur un mur, qu'il a retranscrit plus tard sur un papier pour musique, avec beaucoup d'effort de sa part. Il a appelé cette valse Dieu ne meurt jamais en reconnaissance qu'il avait reçu de l'aide quand il en avait le plus besoin.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Macedonio Alcalá, #Patricia Trujano, #Dios nunca muere, #Musique mexicaine

Repost0