mayas

Publié le 8 Mars 2021

Alberto Ruz Lhuillier est un archéologue franco mexicain né à Paris le 27 janvier 1906 et mort à Montréal le 25 août 1979.

Alberto Ruz Lhuillier est un archéologue franco mexicain né à Paris le 27 janvier 1906 et mort à Montréal le 25 août 1979.

Il s'est spécialisé dans l'archéologie mésoaméricaine, et est connu pour avoir dirigé les fouilles de l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) sur le site maya de Palenque, où il découvre le tombeau du souverain maya K'inich Janaab' Pakal I. La découverte de son tombeau en 1952 est considérée comme une des plus importantes de l'archéologie maya.

 

Alberto Ruz Lhuillier naît à Paris d'un père cubain et d'une mère française. Ses grands-parents paternels, José Francesco Ruz et Marie Miracla Mas quittent Cuba pour Paris. Sa tante, María Adolfina Clemencia Isaura Ruz, épouse en 1883 le compositeur et musicien Gustave Dauvin (1844-1902)234.

Lorsque Ruz a déménagé à Cuba dans les années 1930 et apprend l’impact de l’ingérence américaine dans les affaires cubaines, il s’est profondément impliqué dans la révolution socialiste pour libérer son pays de l’impérialisme des Etats-Unis5, en outre, ces premières expériences de la vie étudiante l'ont exposé à d'autres étudiants qui ont épousé les théories et les idées de Karl Marx. Plus tard, Ruz utilisera certaines de ces théories pour expliquer le développement et la chute de l'ancienne civilisation maya678.

Il fait ses études au collège de La Havane, à Cuba9, puis au Mexique où il obtient le titre d'archéologue de l’Escuela Nacional de Antropología e Historia10.

En 1936, il a adopté la citoyenneté mexicaine. De retour en France , il a fait des études de troisième cycle à l'Institut d'Ethnologie, au Musée de l'Homme et à l'École des Langues Orientales à Paris.

Après plusieurs années en France, il est retourné au Mexique pour travailler à l'Université nationale autonome du Mexique notamment comme directeur du séminaire sur la culture maya11.

À la mort de Miguel Ángel Fernández en 1945, il est chargé des recherches de l'INAH sur le site maya de Palenque12. Pendant qu'il officie en tant que Directeur des Monuments Pré-Hispaniques dans la section sud de l'INAH, Ruz Lhuillier fouille une grande partie de la ville, et gère la restauration et la conservation certains édifices, comme le palais de Palenque. En 1948, il découvre l'entrée de la tombe du souverain maya K'inich Janaab' Pakal I, cachée sous le Temple des Inscriptions.

Après quatre saisons passées à déblayer l'escalier enfoui sous les décombres, il met au jour le sarcophage et le corps de Pakal. Il découvre également la Tablette du Palais, qui servit de dossier à un trône, et la Tablette des Esclaves qui représente un cahal au milieu des captifs enchaînés. Il continue à travailler sur le site jusqu'en 195813.

En 1964, il a reçu le titre de docteur en anthropologie de l'Université autonome du Mexique.

Il était membre de plusieurs institutions académiques dont la Société mexicaine d'anthropologie, la Société des Américanistes, la Société Suisse des Américanistes et la Society of American Archaeology.

Ruz Lhuillier meurt à Montréal, au Canada, le . Plusieurs de ses livres sur les Mayas, y compris son ouvrage majeur Los Antiguos Mayas, ont été publiés à titre posthume. Rendant un ultime hommage au travail de cet homme, le gouvernement mexicain a donné son autorisation pour enterrer ses restes en face de la nécropole découverte par lui à Palenque.

 

Œuvres majeures

  • Los Antiguos Mayas, Una Antologia (français : Les Anciens Mayas : Anthologie) - ()
  • El Pueblo Maya (français : Le peuple Maya) - ()
  • Al Frente Pasado De Los Mayas (français : Face au passé des Mayas) - ()
  • El Templo De Las Inscripciones, Palenque (français : Le Temple des Inscriptions) - ()
  • Palenque 1947-1958 - ()

Références

  1.  Archives en ligne de Paris, 8e arrondissement, année 1906, acte de naissanceno 197, cote 8N 141, vue 4/31 [archive]
  2.  frederic beziaud, « francegenweb.org - votre service benevole d'assistance genealogique » [archive], sur www.francegenweb.org (consulté le 8 mars 2021)
  3.  frederic beziaud, « francegenweb.org - votre service benevole d'assistance genealogique » [archive], sur www.francegenweb.org (consulté le 8 mars 2021)
  4.  « Gustave Dauvin (18..-1902) » [archive], sur data.bnf.fr (consulté le8 mars 2021)
  5.  (en) Elaine Schele, « Profile of Alberto Ruz Lhuillier as a Young Man », Bulletin of the History of Archaeology, vol. 22, no 2,‎ , p. 4–11 (ISSN 2047-6930, DOI 10.5334/bha.22202, lire en ligne [archive], consulté le8 mars 2021)
  6.  (en) Elaine Schele, « Profile of Alberto Ruz Lhuillier as a Young Man », Bulletin of the History of Archaeology, vol. 22, no 2,‎ , p. 4–11 (ISSN 2047-6930, DOI 10.5334/bha.22202, lire en ligne [archive], consulté le8 mars 2021)
  7.  (es) Carlos E. Bojórquez Urzaiz, « El modo de producción entre los mayas, una discusión inconclusa », dans El debate permanente : Modos de producción y revolución en América Latina, Ariadna Ediciones, coll. « Filosofía »,  (ISBN 979-10-365-6051-4, lire en ligne [archive]), p. 169–178
  8.  (es) Collectif, El debate permanente: Modos de producción y revolución en América Latina, Ariadna Ediciones,  (ISBN 979-10-365-6051-4, lire en ligne [archive])
  9.  (en) Elaine Schele, « Profile of Alberto Ruz Lhuillier as a Young Man », Bulletin of the History of Archaeology, vol. 22, no 2,‎ , p. 4–11 (ISSN 2047-6930, DOI 10.5334/bha.22202, lire en ligne [archive], consulté le8 mars 2021)
  10.  Pierre Becquelin, « Alberto Ruz Lhuillier 1906-1979 », Journal de la société des américanistes, vol. 68, no 1,‎ , p. 207–207 (lire en ligne [archive], consulté le 8 mars 2021)
  11.  « Alberto Ruz L'Huillier - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu (consulté le8 mars 2021)
  12.  @NatGeoFrance, « Le mystère de la Reine Rouge de Palenque » [archive], sur National Geographic,  (consulté le 7 mars 2021)
  13.  (en) Elaine Schele, « Profile of Alberto Ruz Lhuillier as a Young Man », Bulletin of the History of Archaeology, vol. 22, no 2,‎ , p. 4–11 (ISSN 2047-6930, DOI 10.5334/bha.22202, lire en ligne [archive], consulté le8 mars 2021)

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Archéologie, #Alberto Ruz Lhuillier, #Mayas, #Histoire mexicaine, #Culture mexicaine

Repost0

Publié le 6 Mars 2021

L'eau constituait une ressource rare chez les Mayas, et ces citernes faisaient partie de leurs systèmes d’approvisionnement et contrôle de ce précieux liquide.

Un chultún (pluriel : chultuns, pluriel maya : chultunob' et pluriel espagnol : chultunes) désigne une citerne qui servait au stockage, souterraine en forme de bouteille construite par les Mayas. Le mot proviendrait probablement de la combinaison de deux mots mayas qui signifient eau de pluie et pierre (chulub et tun). Une autre possibilité étymologique, suggérée par l'archéologue Dennis E. Puleston, est que le terme vient du mot pour nettoyer (tsul) et pierre (tun). En langue maya yucatèque, le terme fait toujours actuellement référence à un trou au sol humide ou qui retient l'eau1.

Les chultuns sont construits dans des endroits où il n’y a pas de cénotes, comme dans la région Puuc où la nappe phréatique se situe à 30 mètres de profondeur. Leurs entrées étaient entourées de murs intérieurs rendus imperméables avec une épaisse couche de stuc afin de récolter un maximum d’eaux pendant la saison des pluies. Ils devaient servir comme réserves d’eau potable234. Si le Yucatán n’avait pas eu ces ressources en eau souterraine, cette région serait restée inhospitalière et la civilisation maya n'aurait pas pu s'y développer aussi largement5. Les conditions de vie des habitants et les ressources naturelles que disposaient la péninsule du Yucatán dépendaient des conditions environnementales.

L'existence de ces puits ont été décrits par l'évêque  Diego de Landa , qui, dans "Relacion de las Cosas de Yucatan" décrit comment les Mayas Yucatèques creusaient et utilisaient ces citernes près de leurs maisons pour stocker les eaux pluviales6.

Ces infrastructures de récolte d'eau de pluie pouvaient contenir jusqu'à 30 000 litres et chaque citerne répondaient aux besoins de 25 personnes pendant une année. Des chultuns de grande capacité existaient à l'intérieur des grandes cités mayas suffisaient aux besoins de 2 000 à 6 000 personnes7.

Ces cavités étaient aussi utilisées pour le stockage des denrées alimentaires périssables ou encore la fermentation de boissons alcooliques. Quand un chultun n’était plus utilisable (fuite ou vieillissement naturel ?), il était transformé en dépotoir ou en tombe. Les chultunob’ constituent donc une double source d’informations sur la vie et la mort des anciens Mayas.

On y trouve parfois des représentations tridimensionnelles d'animaux aquatiques, en particulier de grenouilles et de tortues, sur le revêtement en stuc, ce qui indique qu’éventuellement les Mayas auraient pu utiliser ces animaux pour nettoyer  la vermine qui aurait pu s’y développer dans le chultún.

Notes et références

  1.  « Qu'est-ce que les anciens Mayas stockaient dans leurs chultuns? » [archive], sur Qu'est-ce que les anciens Mayas stockaient dans leurs chultuns?, (consulté le 6 mars 2021)
  2.  « Arqueólogos exploran un chultún en el barrio de San Francisco, Campeche » [archive], sur www.inah.gob.mx (consulté le 6 mars 2021)
  3.  (en) National Geographic Society, « Technology, Rainwater, and Survival of the Maya » [archive], sur National Geographic Society,  (consulté le6 mars 2021)
  4.  Poutrin, « Tozzer (Alfred M.). A preliminary study of the prehistoric rains of Nakum, Guatemala (Étude préliminaire des ruines préhistoriques de Nakum, Guatemala). A report of the Peabody Museum expedition, 1909-1910. Memoirs of the Peabody Museum of american Archaeology and Ethnology . Harvard University. Vol. V. № 3, 1913, p. 139-201. 54 figures, 23 planches . », Journal de la société des américanistes, vol. 11, no 1,‎ , p. 279–280 (lire en ligne [archive], consulté le 6 mars 2021)
  5.  Marie-Anne Héraud-Piña, « Chapitre VIII. L’homme et le karst dans le Yucatan : Des anciens Mayas à aujourd’hui », dans Le karst du Yucatan : Pays des Mayas, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « À la croisée des sciences »,  (ISBN 979-10-300-0384-0, lire en ligne [archive]), p. 233–254
  6.  « Qu'est-ce que les anciens Mayas stockaient dans leurs chultuns? » [archive], sur Qu'est-ce que les anciens Mayas stockaient dans leurs chultuns?, (consulté le 6 mars 2021)
  7.  Marie-Anne Héraud-Piña, « Chapitre VIII. L’homme et le karst dans le Yucatan : Des anciens Mayas à aujourd’hui », dans Le karst du Yucatan : Pays des Mayas, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « À la croisée des sciences »,  (ISBN 979-10-300-0384-0, lire en ligne [archive]), p. 233–254

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Chultún, #Mayas, #Culture mexicaine, #eau

Repost0

Publié le 27 Janvier 2021

La "Danza del Venado" est une danse rituelle préhispanique, célébrée par les Indiens Yaqui et Mayas des États mexicains de Sonora et Sinaloa.

Le temps du mythe est un temps musical. Non seulement parce qu’il rythme les évocations et cérémonies rituelles, mais aussi parce qu’il articule, comme chez les descendants des Mayas, un passé immémorial et son héritage d’aujourd’hui. La danse du Cerf (danza del venado) est l’emblème de la nation yaqui, des Amérindiens établis au nord de l’État mexicain de Sonora. Cette danse met en scène la relation entre divers mondes (ania) : le monde naturel des plantes et des animaux (juya ania) ; l’univers lui-même, où se dissimulent des êtres mythologiques donnant force et sagesse (yo’o ania) ; le lieu enchanté où habitent ces êtres (yo’o joara).

La "Danza del Venado" est une danse rituelle préhispanique, célébrée par les Indiens Yaqui et Mayas des États mexicains de Sonora et Sinaloa. L'une des plus belles danses du Mexique, c'est une dramatisation de la chasse au cerf, héros culturel de ces peuples, par les paskolas (chasseurs). Une partie très importante du patrimoine culturel de ces États dans une cosmovision de leurs peuples autochtones, les Mayas et les Yaquis, qui revendiquent leur identité à travers ces rituels dans la Danse du cerf, également appelée Mazoyiwua.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Yaqui, #Mayas, #Danse, #Culture mexicaine, #Danza del Venado, #Sonora, #Sinaloa, #Mexique

Repost0