monique andree serf

Publié le 30 Mars 2020

Dis, quand reviendras-tu ? est une chanson de Barbara. Elle sort en 1962.

La forme de poème régulier, très maîtrisée, en fait un classique de la chanson française. Elle se compose de trois couplets, des huitains en alexandrins, et d'un refrain, un sizain d'hexasyllabes. Les rimes sont suivies.

Le refrain se compose de deux phrases interrogatives, mais se ferme sur un point d'exclamation à l'évocation du temps perdu.

Le texte ne donne pas le genre ou le sexe des personnages, sauf dans les deux derniers vers (« Je ne suis pas de celles qui meurent de chagrin / Je n'ai pas la vertu des femmes de marins »). Il existe une variante du dernier vers pour les hommes (« des chevaliers anciens »)

Voilà combien de jours, voilà combien de nuits
Voilà combien de temps que tu es reparti
Tu m'as dit cette fois, c'est le dernier voyage
Pour nos cœurs déchirés, c'est le dernier naufrage
Au printemps, tu verras, je serai de retour
Le printemps, c'est joli pour se parler d'amour
Nous irons voir ensemble les jardins refleuris
Et déambulerons dans les rues de Paris
Dis, quand reviendras-tu?
Dis, au moins le sais-tu?
Que tout le temps qui passe ne se rattrape guère
Que tout le temps perdu
Ne se rattrape plus
Le printemps s'est enfui depuis longtemps déjа
Craquent les feuilles mortes, brûlent les feux de bois
À voir Paris si beau dans cette fin d'automne
Soudain je m'alanguis, je rêve, je frissonne
Je tangue, je chavire, et comme la rengaine
Je vais, je viens, je vire, je me tourne, je me traîne
Ton image me hante, je te parle tout bas
Et j'ai le mal d'amour, et j'ai le mal de toi
Dis, quand reviendras-tu?
Dis, au moins le sais-tu?
Que tout le temps qui passe ne se rattrape guère
Que tout le temps perdu
Ne se rattrape plus
J'ai beau t'aimer encore, j'ai beau t'aimer toujours
J'ai beau n'aimer que toi, j'ai beau t'aimer d'amour
Si tu ne comprends pas qu'il te faut revenir
Je ferai de nous deux mes plus beaux souvenirs
Je reprendrai la route, le monde m'émerveille
J'irai me réchauffer à un autre soleil
Je ne suis pas de celles qui meurent de chagrin
Je n'ai pas la vertu des femmes de marins
Dis, mais quand reviendras-tu?
Dis, au moins le sais-tu?
Que tout le temps qui passe ne se rattrape guère
Que tout le temps perdu
Ne se rattrape plus

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Dis, quand reviendras-tu ?, #Allan Vermeer, #Chanson française, #Monique Andrée Serf, #2020

Repost0