musique arabo-andalouse

Publié le 16 Avril 2016

Abderrahim Abdelmoumen et Sergio Gomez Delgado

Natif de Tanger, Abderrahim Abdelmoumen, par ailleurs licencié en droit privé, a commencé son parcours dans le chant spiritual au sein de la zaouïa de Tanger, où il a appris les règles du chant soufi et reçu les principes et les valeurs du soufisme au contact des grands maîtres du domaine. Les liens tissés entre le chant spirituel marocain et la musique andalouse lui ont permis d’explorer les secrets de cet art et de former son propre style.

En 1999, il enregistre un CD de musique andalouse à l’Institut du Monde Arabe, avec le groupe du conservatoire de Tanger sous la direction de Cheikh Ahmed Zaitouni. Il est membre d'une association Italienne impliquée dans les traditions du monde, « Multifrazione Projettit », sous la direction du maestro Luigi Cinque avec lequel il enregistre « Tangerine Café » en 2003. En 2008, il participe aux semaines culturelles organisées par le ministère de la culture marocaine en Algérie, en Tunisie et en Syrie. Il enregistre également un CD de musique andalouse « Al Hadika Adai'a » (El jardín perdido) avec un groupe espagnol à Valence. En 2009, il enregistre la bande son d'un opéra pour marionnettes « Davia et le Sultan », avec la casa musicale de Corse, Amina Alaoui, Francine Massiani, Henri et Idriss Agnel.

Abderrahim a aussi chanté dans différentes villes du Maroc, avec les orchestres des conservatoires de Tanger (sous la direction de Cheikh Ahmed Zaïtouni), de Tétouan (avec Mohamed Amine Akrami), de Meknès (avec Tawfik Himmich), et les orchestres Omar Métioui, El Brihi (sous la houlette de Anas Attar), Chabab El Andalous (avec Amine Doubi), Abdelkrim Raïs (avec Mohamed Briouel), Layali Nagham (avec Abdesslam Khalloufi). Il a tourné en Afrique du Nord, en Europe et aux États-Unis.

Avec l'ensemble andalou de Tanger, Abderrahim Abdelmoumen interprétera pour l'Institut du monde arabe les meilleurs répertoires de sa ville natale.

Sergio Gómez est un puissant novateur qui a allié la tradition flamenca avec le jazz, le tango, le classique et même la pop. Ici il mêle le cante jondo - chant gitan profond - de son groupe Coloraíto à la nouba arabo-andalouse de l’Ensemble Andalou de Grenade d’Abderrahim Abdelmoumen. Avec sa voix mélodieuse de ténor, ce dernier figure parmi les meilleurs interprètes de la cantillation islamique et du samâ‘, le rituel chanté soufi.Son parcours dans le chant spirituel a commencé au sein de la « Zaouïa Seddikia »,  une confrérie soufie particulièrement active à Tanger dans le nord du Maroc; Il apprit le Coran, acquit les règles de l'art du « Madih et Samâa » et reçut les principes et les valeurs du Soufisme au contact des grands maîtres du domaine.
 
Le résultat de leur rencontre est une subtile alchimie de cultures hispano-mauresques.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #flamenco, #Musique arabo-andalouse, #influences de fusion musicales

Repost0

Publié le 15 Mars 2016

Elle est organisée par l’Association des jeunes de musique arabe de Monastir. Ce festival connaitra la participation de quatre pays à savoir la Tunisie, l’Algérie, le Maroc et l’Espagne.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Festivals de musique au Maghreb, #2016, #Tunisie, #Musique arabo-andalouse

Repost0

Publié le 14 Mars 2015

Durant sa carrière, elle a su se distinguer sur la scène artistique de la musique arabo andalouse , du melhoun , du dikr , du gharnati et du samaa Dini par sa voix magistrale et majestueuse ainsi que sa belle et forte présence artistique en puisant dans la richesse du patrimoine musical du Maghreb pour se forger enfin un style bien propre a elle, ce qui lui a valu Ie titre bien mérité a la cantatrice du patrimoine a notre cantatrice et non seulement membre de l’orchestre de musique andalouse marocaine de Meknès mais aussi professeur de chant traditionnel marocain au conservatoire national de Meknès et soliste chant de |'orcherstre de Meknès, elle partage son savoir avec la femme marocaine en occupant le poste de directrice de l’ensemble féminin de chant sacré (samae) aussi bien que l’orchestre féminin national de musique arabo-andalouse marocain.

Hayat a remporté plusieurs prix, dont le prix du meilleur soliste (chant) au festival de chefchaouen en 1990 , le premier prix en 1991 en musique andalouse du conservatoire municipal de Meknès, Maroc, le premier prix en musique arabo-andalouse marocain, le premier prix en 1992 en musique arabo-andalouse marocaine décerné par le ministère de la culture marocaine, le premier prix en musique de malhoun obtenu par le ministère de la culture marocaine et le prix d’honneur du festival de musique de Fès .

Elle a participé a plusieurs festivals nationaux et internationaux et l’on cite le festival national de musique andalouse a Chefchaouen ( 1990-2000-2001-2002-2003-2004- 2005-2006-2007), et le festival de rabat en 2001 ; elle a aussi participé au rencontres artistiques sur les traces de Ziryab organisée par les instituts Français de Casablanca et Marrakech en 1992 .

Aprés des tournées de concerts internationaux en France, Canada, Espagne, Belgique , Russie,, Egypte , Yemen , Syrie , Bahrayn, Qatar , Oman , HAYAT BOUKHRISS se produit depuis 2007, et ce après huit années d’absence , en compagnie de l’orchestre de musique andalouse de Méknès sous la direction du maestro M’hammed El Houari qui fait en même temps son mari.

En plus de tous ses atouts, la cantatrice du patrimoine a une trés bonne connaissance de le culture musicale orientale mais reste fidèle à son patrimoine dont elle est spécialiste de styles vocaux traditionnels maghrébins et orientaux .

Hayat Boukhriss, un nom mentionné dans deux Iivres, Figures du Maroc en 1998 et who is in morocco en 1999

 

 

Voir les commentaires

Repost0